Pin tordu

arbre de l'ouest de l'Amérique du Nord

Pinus contorta

Le Pin tordu (Pinus contorta) est un arbre appartenant au genre Pinus et à la famille des Pinacées. On le trouve dans l'ouest de l'Amérique du Nord, de l'Alaska au Mexique.

Ses feuilles sont par paires, ont 5 cm de long, vert à vert foncé, et sont tordues.

VariétésModifier

Au Canada, on retrouve deux variétés de pin tordu. La première, le pin tordu latifolié (Pinus contorta var. latifolia) ayant une distribution de la chaîne Côtière aux montagnes Rocheuses. Il est aussi connu sous les noms de « pin lodgepole », de « pin de Murray » et de « cyprès »[1].

La seconde variété, le pin tordu (Pinus contorta var. contorta), se trouve sur la côte du Pacifique. Il est aussi connu sous le nom de « pin vrillé »[1].

Capacité à fixer l'azote de l'airModifier

Jusqu'en 2012, toutes les symbioses et endosymbioses permettant à des végétaux de fixer de l'azote atmosphérique avec l'aide de bactéries produisant de la nitrogénase avait été trouvées chez les herbacées, dont les graminées, tropicales notamment, ou, chez des arbres, (aulnes), au niveau racinaire. En 2012, Le pin tordu est le premier conifère chez lequel on a découvert qu'il abritait des colonies de Paenibacillus polymyxa, une bactérie diazotrophique, c'est-à-dire fixatrices d'azote[2]). Quatre ans plus tard (en 2016), une autre équipe de chercheurs montrait qu'il en allait de même pour le pin flexible (Pinus flexilis)[3].

PyrophilieModifier

Pinus contortata est connu pour sa pyrophilie : il a besoin de feu pour ouvrir ses cônes et libérer ses diaspores.

Cette connaissance est apparue dans le Parc national de Yellowstone où, initialement, les incendies avaient été combattus par les gestionnaires du parc. S'apercevant que les incendies étaient des perturbations nécessaires au renouvellement du couvert végétal et indispensables à la reproduction de Pinus contorta, ils ont modifié cette gestion et ont laissé les incendies se produire.

Des situations similaires ont été identifiées ailleurs dans le monde : voir l'article Pyrophyte.

Notes et référencesModifier

  1. a et b John Laird Farrar, Les Arbres du Canada, Saint-Laurent, Fides et service canadien des forêts, , 6e éd., 502 p. (ISBN 2-7621-1824-7), p. 60–61
  2. Bal A, Chanway CP (2012) Evidence of nitrogen fixation in lodgepole pine inoculated with diazotrophic Paenibacillus polymyxa. Botany 90: 891–896. doi: 10.1139/b2012-044
  3. Moyes AB, Kueppers LM, Pett-Ridge J, Carper DL, Vandehey N, O'Neil J et al. (2016) Evidence for foliar endophytic nitrogen fixation in a widely distributed subalpine conifer. New Phytologist in press. doi: 10.1111/nph.13850 (résumé)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :