Pigeonite

minéral

Pigeonite
Catégorie IX : silicates[1]
Image illustrative de l’article Pigeonite
Pigeonite, plagioclases et augite (Tipogorree Hills (en), Tasmanie, Australie).
Général
Classe de Strunz
Classe de Dana
Formule chimique Ca2Fe2Mg2O18Si6(Mg,Fe,Ca)2(SiO3)2
Identification
Masse formulaire[2] 696,958 ± 0,02 uma
Ca 11,5 %, Fe 16,03 %, Mg 6,97 %, O 41,32 %, Si 24,18 %,
Couleur Brun, brun-noir verdâtre
Classe cristalline et groupe d'espace Prismatique (2/m)
(mêmes symboles H-M)
P21/c
Système cristallin Monoclinique
Réseau de Bravais a = 9,7, b = 8,95,
c = 5,24 [Å] ; β = 108,59° ; Z = 4
Macle Fréquemment macles simples ou multiples sur {100} ou {001}
Clivage Bon sur {110}, (110) ^ (110) ~ 87°
Cassure Conchoïdale
Habitus Cristaux prismatiques jusqu'à 1 cm ; granulaire, massif
Échelle de Mohs 6
Trait Gris blanc
Éclat Vitreux à terne
Propriétés optiques
Indice de réfraction nα = 1,683 - 1,722
nβ = 1,684 - 1,722
nγ = 1,704 - 1,752
Pléochroïsme Faible à modéré ; X = incolore, vert pale, brun ; Y = brun pale, vert brunâtre pale, rose brunâtre ; Z = incolore, vert pale, jaune pale
Biréfringence Biaxial (+) ; δ = 0,021 - 0,030
2V = 0 - 30° (mesuré)
Dispersion 2 vz ~ faible à distincte
Transparence Semi-transparent

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La pigeonite est un minéral d'aspect vitreux et mat, et de couleur brune — qui peut être un brun pourpré, violet ou verdâtre — ou noire[3]. De formule chimique (Mg,Fe,Ca)2(SiO3)2[a], c'est un clinopyroxène[4], c’est-à-dire un silicate de la famille des inosilicates à chaîne simple ; c'est une solution solide peu calcique, variant surtout d'un pôle ferrifère à un pôle magnésien. Cristallisant dans le système cristallin monoclinique[3] comme l'augite, elle en est cependant séparée par un hiatus de miscibilité.

La pigeonite est présente dans des roches lunaires et des météorites[3].

La pigeonite tire son nom de Pigeon Point dans le comté de Cook (Minnesota), péninsule inhabitée des rives du Lac Supérieur où elle a été découverte en [3],[4] par Alexander N. Winchell (it)[3],[5].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Cette formule peut aussi être écrite (Mg,Fe,Ca)(Mg,Fe)(SiO3)2 afin de distinguer les deux sites octaédriques, dont un seul peut contenir du calcium.

RéférencesModifier

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. a b c d et e « Pigeonite », sur euromin.w3sites.net (consulté le ).
  4. a et b (en) « Pigeonite », sur mindat.org (consulté le ).
  5. (en) Alexander N. Winchell, « Mineralogical and petrological study of the gabbroid rocks of Minnesota » [« Étude minéralogique et pétrographique des roches gabbroïques du Minnesota »], The American Geologist, vol. 26,‎ , p. 197-306.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier