Pietas (Rome antique)

divinité romaine

Sur les autres projets Wikimedia :

La pietas est une des vertus romaines. Elle est habituellement traduite comme le « devoir » ou la « dévotion », et elle suggère simultanément le devoir aux dieux et le devoir à la famille – en particulier au père (auquel est ajouté le devoir à la communauté et le devoir envers l’État par l'analogie entre la famille et l’État, conventionnel dans le monde antique).

Le héros Énée (pius Aeneas) de Virgile[1] incarne cette vertu, notamment quand il se sauve de Troie en portant son père sur son dos (Énéide, livre II). La pietas est, avec la uirtus, la clementia et la iustitia, l'une des quatre vertus impériales que reconnaît à Auguste l'inscription du bouclier d'or (clupeus aureus) placé en son honneur dans la Curia Iulia[2].

Sous l'empire, le surnom de « Pius » (pieux) fut souvent associé au nom des empereurs, en particulier à partir du IIe siècle et d'Antonin le Pieux.

Notes et référencesModifier

  1. Pierre Boyancé, La religion de Virgile (coll. « Mythes et religions »), Paris, Presses universitaires de France, 1963, p. 58-82 ; Jean-Paul Brisson, « Le “pieux Énée“ », Latomus, 31, 2, 1972, p. 379-412.
  2. Res gestae diui Augusti, 34. Cf. aussi les odes civiques d'Horace et spécialement Carm., III, 6.

Liens internesModifier

BibliographieModifier

  • Huguette Fugier, Recherches sur l'expression du sacré dans la langue latine (Publ. de la faculté des lettres de l'université de Strasbourg, fasc. 146), Paris, Les Belles Lettres, 1963 (particulièrement les chapitres VIII et IX).