Pierre Siankowski

journaliste français

Pierre Siankowski, né le à Moyeuvre-Grande, est un journaliste français.

Il a été directeur de la rédaction des Inrockuptibles de 2015 à 2018[1].

BiographieModifier

Jeunesse et étudesModifier

Son père, d'origine polonaise[2] , est cadre commercial chez Sollac, entreprise sidérurgique avalée plus tard par ArcelorMittal. Sa mère est professeur de français. Son grand-père était un mineur polonais venu travailler dans les mines de Joeuf-Homécourt, en Meurthe-et-Moselle[3]. Il a grandi à Rombas puis Clouange, dans un environnement culturel stimulant. « Ma famille, c’était la classe moyenne dans une région assez pauvre. Mes parents écoutaient les Beatles et Leonard Cohen », confie-t-il à ce propos[2].

Après une prépa' littéraire à Georges-de-la-Tour à Metz, il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Lyon[2] en 1998 et de l'École supérieure de journalisme de Lille en 2000 où il enseigne désormais[Quand ?][4].

Presse écrite et télévisionModifier

Il entre en 2000 aux Inrockuptibles[2] par l'intermédiaire de Jean-Daniel Beauvallet. Il devient ensuite grand reporter puis rédacteur en chef[5]. A l’été 2014, il quitte le journal et rédacteur en chef culture du Grand Journal de Canal +. Il justifie cette décision en disant qu'il est « un fan absolu de De Caunes »[2]. Parallèlement, il collabore à Arte et au Mouv'.

Il retrouve les Inrockuptibles en 2015 après son passage au Grand Journal[2], et devient directeur de la rédaction après le départ de Frédéric Bonnaud à la Cinémathèque française en [6]. Il est nommé directeur général adjoint des Nouvelles Éditions indépendantes en [7] puis, en décembre, directeur de la rédaction des Inrockuptibles[4]. Il incarne la deuxième génération du magazine, celle d’après les fondateurs. Celle qui a définitivement pris le pouvoir sous Pigasse[2].

À la tête du journal culturel, « il impose des textes d’écrivains, exige une rubrique séries télé, consacre le retour de la bande dessinée et veut un mag « moins parisien ». Se situant entre la génération rock et celle de l’électro-rap, il veille à « faire se rencontrer tout cela » »[3]. Sous sa gouverne, les Inrockuptibles obtiennent le prix du meilleur coup éditorial suite à une « enquête sur les pratiques de Jean-marc Morandini » lors du palmarès du Prix Relay des Magazines de l'année 2017[8][source insuffisante].

Le , Mehdi Meklat fait la une des Inrockuptibles avec Christiane Taubira et Badroudine Saïd Abdallah[9]. Devant la polémique provoquée par la découverte d'anciens tweets racistes, antisémites, homophobes et misogynes de Mehdi Meklat et les questions soulevées par la « complaisance médiatique » dont il aurait bénéficié, Pierre Siankowski, directeur de la rédaction, nie avoir eu connaissance de ces tweets[10], ce qui est remis en cause par L'Express qui exhume quelques échanges sur Twitter[11], et décide de lui demander des excuses[12],[13].

Sous sa houlette, Les Inrockuptibles change de formule le avec un recentrage sur la culture et la prescription[14]. A la fin de l'année 2018, il quitte le journal pour se consacrer à de nouveaux projets[1].

PublicationsModifier

FilmographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Le journaliste Jean-Marc Lalanne prend la tête des « Inrockuptibles » », Le Monde avec AFP.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 5 août 2020)
  2. a b c d e f et g « Pierre Siankowski, mine de rien », sur Libération.fr, (consulté le 5 février 2016)
  3. a et b Philippe Marque, « Pierre Siankowski: rock’n’roll attitude », sur republicain-lorrain.fr, (consulté le 12 septembre 2019)
  4. a et b « Pierre Siankowski devient le nouveau directeur des Inrocks », sur lesechos.fr, (consulté le 25 janvier 2016)
  5. « Marc Beaugé et Pierre Siankowski rédacteurs en chef des « inRocKuptibles » », sur L'ADN, (consulté le 14 février 2016)
  6. « Pierre Siankowski prend les rênes des Inrocks », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 14 juin 2016).
  7. CB News, « Matthieu Pigasse affiche les nouvelles ambitions de LNEI », sur www.cbnews.fr, (consulté le 14 juin 2016)
  8. « Palmarès du Prix Relay des Magazines de l'année 2017 », sur lapressemagazine.fr, (consulté le 12 septembre 2019)
  9. « Gauche, Macron, Présidentielle: Christiane Taubira dit tout », lesinrocks.com, 31 janvier 2017.
  10. Tweets haineux de Mehdi Meklat: Les Inrocks au coeur d'une controverse, Audrey Kucinskas, lexpress.fr, 21 février 2017
  11. « Tweets haineux de Mehdi Meklat: Les Inrocks au coeur d'une controverse », sur LExpress.fr, (consulté le 10 janvier 2019)
  12. L’édito de Pierre Siankowsi : « @mehdi_meklat », lesinrocks.com, 20 février 2017.
  13. Laurent Bouvet, « Réflexions sur la sidérante affaire Mehdi Meklat », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 14 juin 2016)
  14. « «Les Inrocks», comme un air de retour aux sources », sur Libération.fr,

Liens externesModifier