Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bauby.
Pierre Bauby
Pierre Bauby.jpg
Fonction
Président
Mutuelle nationale des étudiants de France
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (76 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Directeur de thèse

Pierre Bauby, né le à Paris, est un syndicaliste, homme politique et politologue français.

Sommaire

BiographieModifier

Après son baccalauréat obtenu en 1962, Pierre Bauby poursuit ses études d'abord à l'école d'électricité industrielle de Paris, puis, à partir de 1966 à l'Institut d'études politiques de Lyon.

Militant à l'Union des grandes écoles, affiliée à l'UNEF, il préside la section lyonnaise de la MNEF en 1966, et obtient la mixité des résidences universitaires. Président de l'union générale des étudiants de Lyon (UNEF) de 1967 à 1968, il joue un rôle actif et important dans le mouvement de Mai 68 dans cette ville. Brièvement président national de la MNEF (février-mai 1969)[1], il entre alors dans la vie active, obtenant un emploi d'ingénieur à EDF. Il poursuit son engagement syndical au sein de la CFDT, qu'il quitte en 1981 pour rejoindre la CGT. Il a des fonctions de permanent syndical dans ces deux organisations.

Parallèlement à son engagement syndical, Pierre Bauby milite aussi au PSU à partir de 1965. Il est d'ailleurs candidat aux élections législatives de 1968 pour ce parti, mais n'obtient qu'un score marginal dans la circonscription tenue par Louis Joxe.

L'année suivante, il se rapproche de la tendance «gauche révolutionnaire» du PSU qu'il quitte pour rejoindre le Parti communiste marxiste-léniniste de France en 1974. Il prend rapidement des responsabilités au sein du PCMLF : membre du comité central (1974), du bureau politique (1975), puis du secrétariat (1980). Obtenant sa légalisation sous le nom de Parti communiste-Marxiste-léniniste (PCML) en 1978, le parti désigne Pierre Bauby comme candidat à l'élection présidentielle de 1981[2],[3]. Il ne parvient cependant pas à obtenir les parrainages nécessaires pour que cette candidature soit validée.

Pierre Bauby incarne alors la volonté de réorientation politique au sein du PCML, qui se traduit d'abord par un appel à voter pour François Mitterrand au second tour de l'élection présidentielle[4], tout en développant une théorie d'Etat stratège, finalement Etat neutre, et la transformation du PCML en Parti pour une alternative communiste en 1986, contre l'avis de son chef de file historique Jacques Jurquet[5].

Ce parti reste cependant très marginal et ne parvient pas à simplement conserver les effectifs militants du PCML. Après la dissolution du PAC, en 1989, Bauby adhère au Parti socialiste et en devient délégué national aux services publics. Après avoir fait sa thèse avec Jean-Louis Quermonne en 1990[6], il réintègre un poste professionnel à EDF. Et anime un projet de prospective sur Electricité et mutations idéologiques. En 1992, il devient animateur de l'Observatoire Electricité et sociétés. Il devient aussi enseignant en science politique. Il travaille sur les concepts de service public au sein de l'Union européenne.

OuvragesModifier

  • L'État stratège, éditions ouvrières, 1991
  • Les Services publics au défi de l'Europe (dir.), éditions ouvrières, 1993
  • Électricité et société, col. Cahiers de prospective, éd.intered, 1994
  • Pour une citoyenneté européenne : quels services publics ? (avec Jean-Claude Boual), éd. de l'Atelier, 1994
  • Energie et Société, sous la direction de Pierre Bauby, Alain Beltran, Boris Berkovski, Thierry Gerber, Marcel Locquin, Vicente Lopez-Ibor Mayor et Stephen Mills, Symosimum international UNESCO, Publisud, 1995.
  • Singulière jeunesse plurielle : les jeunes des années 1990 et leurs mobilisations (avec Thierry Gerber), Publisud, 1996
  • Le Service public Flammarion, coll. « Dominos », 1997 (disponible en ligne sur Gallica)[7]
  • Reconstruire l'action publique : services publics, au service de qui ?, Syros, 1998
  •  Les services publics en Europe : pour une régulation démocratique (dir. avec Henri Coing et Alain de Tolédo), Publisud, 2007
  • Europe, une nouvelle chance pour le service public ! (avec Françoise Castex), Fondation Jean Jaurès, 2010
  •  L'européanisation des services publics, Presses de Sciences po, 2011
  • Service public, services publics, la Documentation française, 2011 (2e édition 2016)
  • (Re)légitimer l'action publique en Europe (avec Françoise Castex), Fondation Jean Jaurès, 2014

RéférencesModifier

  1. Robert Butheau, « La lutte contre la médecine de classe a été le thème essentiel du congrès de la Mutuelle nationale des étudiants de France », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. « M. Bauby (P.C.M.L.) : un deuxième duel Giscard-Mitterrand n'apportera rien de nouveau », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. « M. Bauby : l'impérialisme », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. « Les prises de position en faveur de M. Mitterrand », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. « Le père du maoïsme français désavoue ses héritiers », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. http://www.sudoc.fr/097050598.
  7. Frédéric Lemaitre, « Quelle légitimité pour l'action publique ? », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Liens externesModifier