Pierre-Nicolas Brisset

peintre français

Pierre-Nicolas Brisset, né à Paris le et mort également à Paris (9e) le [1], est un peintre et lithographe français.

Pierre-Nicolas Brisset
Naissance
Décès
(à 79 ans)
Paris
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Élève
Lieu de travail
Mouvement
Distinctions
Prix de Rome 1837 et 1840

BiographieModifier

 
View of the Ponte Nomentano (Roman Campagna)

Il est le fils de Pierre Denis Brisset et Marguerite Olivero[2].

Élève de Louis-Charles-Auguste Couder puis de François-Édouard Picot, Pierre-Nicolas Brisset obtient un deuxième prix de Rome en peinture en 1837[3] sur le thème Sacrifice de Noé et un premier prix en 1840 sur le thème Caïus Gracchus, cité devant le sénat, partant pour Rome[4].

Il est pensionnaire de la villa Médicis à Rome de 1841 à 1845[5].

En 1862, il dessine pour la Banque de France le nouveau billet de 100 francs bleu.

Il épouse en 1872 Félicie Labaume, reconnaissant et légitimant deux fils nés auparavant, Pierre Maurice et Félix.

Il a pour élève Henri Gervex[6].

Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1868[7].

Il décède à son domicile 19 rue du Delta à Paris le 29 mars 1890.

ŒuvreModifier

Notes et référencesModifier

  1. Son acte de décès (n°540) dans les registres de décès du 9ème arrondissement de Paris pour l'année 1890
  2. Acte de mariage V4E 3490, vue 14/31, acte 860 aux Archives de Paris en ligne
  3. (fr) « Archives de l'art français (1851) », sur gallica.bnf.fr
  4. (fr) « Archives de l'art français (1851) », sur gallica.bnf.fr
  5. (fr) « Pensionnaires », sur www.villamedici.it
  6. (en) « List of Artist Names », sur www.getty.edu
  7. « Dossier dans l'ordre de la Légion d'honneur de Pierre Nicolas Brisset », base Léonore, ministère français de la Culture
  8. Notice no 000PE012435, base Joconde, ministère français de la Culture
  9. Notice no 50510011447, base Joconde, ministère français de la Culture
  10. (en) « View of the Ponte Nomentano (Roman Campagna) », sur collectionsonline.lacma.org
  11. a et b (fr) « Paris, église de la Sainte-Trinité », sur www.patrimoine-histoire.fr

Liens externesModifier