Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Comte (homonymie).
Pierre-Charles Comte
Naissance
Décès
Nationalité
Français
Activité
Maître
Élève
Œuvres principales

Pierre-Charles Comte, né à Lyon le et mort à Fontainebleau le , est un peintre français.

BiographieModifier

Pierre-Charles Comte est l'élève de Claude Bonnefond à l'École des beaux-arts de Lyon entre 1840 et 1842. Il s'est ensuite installé à Paris pour entrer dans l'atelier de Robert-Fleury.

Il expose au Salon à Paris entre 1848 et 1887, et à Lyon. Il obtient une médaille de 3e classe au Salon de 1852, de 2e classe à ceux de 1853 et 1855 et un rappel en 1857. Il reçoit une médaille de 3e classe à l'Exposition universelle de 1867. Il s’établit ensuite à Fontainebleau

Il pratique d'abord la peinture d'Histoire, en particulier de l'histoire des Valois, et la peinture de genre. À partir de 1875, il change de style en adoptant une technique plus « moderne ». Il réalise également de nombreuses sculptures à la fin de sa vie.

Pierre-Charles Comte est le père d'Albert Comte qui a lui aussi vécu à Fontainebleau. Albert Comte est un neurologue spécialiste du syndrome bulbaire qui a longtemps travaillé avec Jules Déjerine et Jean-Martin Charcot. Marié avec Henriette Taschereau (petite-fille de Jules-Antoine Taschereau) Albert Comte marie ses deux filles à Philippe et Marc Langlois-Berthelot (qui passèrent une large partie de leurs vies à Fontainebleau et en Asie).

La rue Pierre-Charles Comte est une rue de Fontainebleau. Sa tombe repose dans le cimetière de Fontainebleau.

Œuvres exposées aux SalonsModifier

Peintures
  • Le Dernier coup de dé, Salon de 1848,
  • Le Couronnement d'Inès de Castro en 1361, Salon de 1849, musée des beaux-arts de Lyon
  • Visite de Charles IX à Coligny, blessé deux jours avant la Saint-Barthélemy, Salon de 1851,
  • Ah vous dirai-je maman ..., Salon de 1851,
  • Jeanne d'Albret, accompagnée de son fils Henri de Navarre et de Marguerite de Valois, vient acheter chez René, parfumeur de Catherine de Médicis, les gants qui l'ont empoisonnée, Salon de 1852,
  • Conseil tenu avant la Saint-Barthélemy, Salon de 1853,
  • Coligny blessé par Maurevert, Salon de 1853,
  • La Mazzana, Salon de 1853,
  • Henri III et le duc de Guise, Salon de 1855 (musée du château de Blois) [1], Galerie nationale d'art moderne et contemporain à Rome
  • Arrestation du duc de Guise et d'Espignac, archevêque de Lyon, après l'assassinat du duc de Guise, Salon de 1855,
  • Joueur de basse, Salon de 1855,
  • Jeanne Gray, Salon de 1857,
  • Henri III visitant sa ménagerie de singes et de perroquets, Salon de 1857,
  • François Ier et la duchesse d'Étampes visitant l'atelier de Benvenuto Cellini, Salon de 1857,
  • Alain Chartier et Marguerite d'Écosse, Salon de 1859,
  • Le Cardinal de Richelieu, Salon de 1859,
  • Jeanne d'Arc au sacre de Charles VII, le 17 juillet 1429, Salon de 1861, réexposé en 1867,
  • Charles Quint et la duchesse d'Étampes, Salon de 1863,
  • Récréation de Louis XI, Salon de 1863,
  • Seigni Joan Rabelais, 1390, Salon de 1863, réexposé en 1867,
  • Éléonore d'Este, veuve de François de Lorraine, duc de Guise, deuxième du nom, fait jurer à son fils, Henry de Guise, surnommé plus tard le Balafré, de venger son père assassiner devant Orléans par Poltrot de Méré, le 24 février 1563, Salon de 1864 (musée de Lyon), réexposé en 1867,
  • Charles Quint après son abdication, et avant de se retirer au couvent de Saint-Just, va revoir le château de Gand où il a été élevé, Salon de 1866,
  • Jeune dame hollandaise brodant, Salon de 1866,
  • Henri III pendant l'assassinat du duc de Guise, Salon de 1867,
  • Corps de garde au XVIIe siècle, Salon de 1867,
  • Bohémiens faisant danse des petits cochons devant Louis XI malade, Salon de 1869,
  • Le Miroir, Salon de 1869,
  • Marie Touchet, Salon de 1870,
  • Les Carpes de Fontainebleau, XIe siècle, Salon de 1874,
  • L'Hiver, Salon de 1876, réexposé en 1878,
  • Les Cartes, salon de 1877,
  • La Nièce de don Quichotte, Salon de 1877, réexposé en 1878,
  • Le Dante, Salon de 1878,
  • La Châtelaine, Exposition universelle de 1878,
  • Le Bouquet, Exposition universelle de 1878,
  • L'Amour chasse le Temps, Salon de 1879,
  • Le Temps chasse l'Amour, Salon de 1879,
  • François Ier mettant des anneaux aux carpes de Fontainebleau, Salon de 1880.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Émile Bellier de La Chavignerie, Dictionnaire général des artistes de l'École française depuis l'origine des arts du dessin jusqu'à nos jours : architectes, peintres, sculpteurs, graveurs et lithographes, tome 1, p. 282-283, Librairie Renouard, Paris, 1882 Gallica.
  • Émile Bellier de La Chavignerie, ouis Auvray, Dictionnaire général des artistes de l'école française, depuis l'origine des arts du dessin jusqu'en 1882 inclusivement : peintres, sculpteurs, architectes, graveurs et lithographes, Supplément, p. 154, Librairie Renouard, Paris, 1888 Gallica.
  • Patrick Cabanel, « Pierre-Charles Comte », in Patrick Cabanel et André Encrevé (dir.), Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, tome 1 : A-C, Les Éditions de Paris Max Chaleil, Paris, 2015, p. 716 (ISBN 978-2846211901)
  • (en) Bénézit (ISBN 9780199773787 et 9780199899913, lire en ligne)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. Photographie de l'œuvre sur le site officiel du château de Blois.