Ouvrir le menu principal
Philippe Pierre-Adolphe
Description de cette image, également commentée ci-après
Philippe Pierre-Adolphe au côté de James Chance
Naissance (58 ans)
Paris
Nationalité Française 🇫🇷
Activité principale
Scénariste, écrivain, producteur et éditeur de musique

Philippe Pierre-Adolphe né à Paris le a été journaliste avant de devenir scénariste, écrivain puis producteur et éditeur de musique au sein du label Le Maquis qu'il a créé en 1998.

Sommaire

BiographieModifier

Très jeune, Philippe Pierre-Adolphe s’intéresse à toutes les formes artistiques, cinéma, musique, littérature et dès le lycée, il se lie d'amitié avec José-Louis Bocquet. Diplômé de l'école supérieure d'études cinématographiques (ESEC) à Paris, il publie ses premiers articles sur le cinéma et le cinéma d'animation dans les revues Les Cahiers du cinéma, Le cinématographe et travaille pour la plupart des magazines de contre-culture des années quatre-vingt Métal hurlant, Actuel, Zoulou.

De 1985 à 1987, il participe à l'aventure du Mini-Journal et du Mini-Mag pour TF1 avec Patrice Drevet et José-Louis Bocquet. Il s'associe avec l'illustrateur et vidéaste Eric Roussel et crée la société Télévision. Ensemble, ils réalisent des génériques (Bonsoir les clips, le Mini-Journal), des programmes courts pour différentes chaînes, des vidéos clips et des documentaires (Marie et les garçons, Rebop, Tomber sous le charme).

Il revient au journalisme au début des années quatre-vingt-dix et se spécialise dans l’investigation et les faits de société pour Paris-Match, VSD, Actuel, Vingt ans, L'Écho des savanes.

Il arrête le journalisme en 1996 après avoir dirigé un journal éphémère de 4 numéros, Lola, et devient scénariste et écrivain avec José-Louis Bocquet.

Il crée label Le Maquis en 1998, puis la société d’édition musicale Le Son Du Maquis en 1999[1],[2]. Il devient le producteur de plus de 200 albums entre autres : Alan Vega, Marc Hurtado, Lydia Lunch, Big Sexy Noise, James Chance, A Certain Ratio, The Woodentops, Big Arm (ex Happy Mondays), Paul Haig, The Blow Monkeys, Dee Nasty, David Chong, Dj Mehdi, Cosmophonie (Marc Caro), Doudou Masta, Klement Julienne, Metropolitan Jazz Affair, Cercueil, Hi-Fi-Klub, The Neon Judgement, Neon Electronics, Trisomie 21, Joy, Ringel S, Faust, Dieter Moebius, Kluster, Jake Ziah, Adult, Linda Lamb, Delaney Blue, Cynick Jerome Pacman, Paul Haig, Certain General, Stuart Moxham, Jacques C, Angele Phase, Mist, The Mondrians, Eddie Roberts, Eric Le Lann & Stephan Powys, 202 Project, A Band Called Myself,Mars.

En 2014, il crée la boutique Maquis Megastore.

FilmographieModifier

PublicationsModifier

  • Porte-bonheur, éditions du Seuil, 1994.
  • Tchatche de banlieue, éditions la Sirène, 1995.
  • Le dico de la banlieue, première édition à la Sirène en 1995, réédité en 1998 aux Éditions Mille et Une Nuits[3].
  • Rap ta France, première édition à La Sirène en 1996, réédité chez Flammarion en 1997, édition augmentée en 2017 à la Table Ronde[4].
  • Henri Alekan, le Vécu et l’Imaginaire, La Sirène, 1999.
  • Rapologie, Éditions Mille et Une Nuits, 1997.
  • House Music, Éditions Mille et Une Nuits, 2002.

DiscographieModifier

  • Compilations A Man Machine (3 volumes anthologie de la musique électronique)[5].
  • Cocktail Molotov (BO de Mai 68) avec Caroline Cartier.
  • Berlin Wall Of Sound 6189 (30 ans de musique allemande) avec Caroline Cartier.
  • Free Africa (50 ans de musique africaine).
  • Loung Story (3 volumes anthologie de la musique Lounge).
  • Rap Sans Visa.
  • Decade (anthologie du Maquis).
  • Dee Nasty présente Le Diamant est éternel.
  • Cannabissimo (rap et electro).
  • Prestige.

Notes et référencesModifier

  1. « Bien ou Bien #127 reçoit Le Son du Maquis », Télérama,‎ (lire en ligne)
  2. « Le Son Du Maquis - Decade, Pierre-Adolphe et le Maquistador », Gonzaï,‎ (lire en ligne)
  3. Médioni Gilles, « La France du rap », L'Express,‎ (lire en ligne)
  4. Stéphanie Binet, « Hip-Hop, une histoire française », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. « A Man & A Machine - Jon Savage Presents Dreams Come True », Les Inrocks,‎ (lire en ligne)

Liens externesModifier