Philippe II de Poméranie

Philippe II de Poméranie
Illustration.
Philippe II de Poméranie
Titre
Duc de Poméranie

(11 ans, 6 mois et 17 jours)
Prédécesseur Bogusław XIII de Poméranie
Successeur François de Poméranie
Biographie
Dynastie Maison de Greifen
Date de naissance
Lieu de naissance Neuenkamp
Date de décès (à 44 ans)
Père Bogusław XIII de Poméranie
Mère Claire de Brunswick-Lunebourg
Fratrie François, Bogusław XIV, Georges II, Ulrich
Conjoint Sophia de Schleswig-Holstein-Sonderburg
Enfants Aucun

Philippe II de Poméranie
Ducs de Poméranie

Philippe II de Poméranie (né le ) fut de 1606 à 1618 duc régnant de Poméranie-Stettin il est considéré comme le plus grand mécène parmi les ducs de Poméranie.

BiographieModifier

Origine et jeunesseModifier

Philippe naît le à Neuenkamp, qui deviendra ensuite Franzburg en Poméranie, il est le fils aîné du duc Bogusław XIII de Poméranie-Barth et de sa première épouse Claire de Brunswick. Il grandit dans la petite résidence de son père à Barth. En effet ce dernier, bien qu'il soit le second fils du duc Philipe Ier de Poméranie-Wolgast, lorsque les possessions de Philippe Ier sont partagées entre les ducs de Poméranie en 1569, abandonne ses droits à une part en faveur de son frère cadet Ernest-Louis et reçoit en compensation un apanage, assez modeste, consistant en la région de Barth et l'abbaye cistercienne sécularisée de Neuenkamp.

Comme enfant et adolescent Philippe reçoit l'éducation habituelle réservée aux fils de princes allemands à l'époque de la Renaissance. Toutefois son intérêt pour les arts et les sciences s'accroît au-delà du niveau commun. Dès l'âge de douze ans, il possède une collection de livres et de tableaux. Il écrit son premier essai scientifique à l'âge de 17 ans. Son goût des arts n'est pas qu'une expression de représentation royale, mais provient d'un goût personnel. À 18 ans il écrit : « C'est un plaisir de collectionner de belles choses, sélectionner des livres, des portraits fait de la main d'un maître, et d'anciennes pièces de monnaie de toutes sortes. De cela j'apprends comment m'améliorer moi-même et aussi comment je peux en faire bénéficier le grand public. »

Selon les coutumes de son époque il entreprend des Grands Tours, qui le conduisent dans de nombreux pays européens et dans les cours locales. Le séjour de deux ans qu'il effectue en Italie à la fin de son Grand Tour final est interrompu en 1598 quand sa mère tombe gravement malade. Cinq ans après la charge du gouvernement lui incombe. En 1603, le duc Barnim X meurt et le père de Philippe, Bogusław XIII de Poméranie, devient le duc régnant du Teilherzogtum (c'est-à-dire « Part de Duché ») de Poméranie-Stettin. Considérant sans doute qu'il est trop vieux pour gouverner Bogusław XIII nomme son fils Philippe II « gouverneur de Poméranie-Stettin ».

RègneModifier

Quand Bogusław XIII meurt en 1606, Philippe devient de plein droit le duc régnant de Stettin. Les caractéristiques principales de son règne sont liées à son mécénat pour les arts mais aussi aux réglementations paysannes de 1616, dans lesquelles les bases légales du servage sont établies.

Le il épouse à Treptow an der Rega, son douaire, Sophie de Schleswig-Holstein-Sonderburg (née le )[1], la fille de Jean de Schleswig-Holstein-Sonderbourg et de sa première épouse Élisabeth de Brunswick-Grubenhagen[2]. Leur union restera stérile comme tous les mariages de la dernière génération des ducs de Poméranie si bien qu'après la mort du dernier frère de Philippe II, le duc Bogusław XIV, la maison de Greifen s'éteint en ligne masculine.

La tendance de Philippe II à la « mélancolie » apparaît très tôt et est certainement renforcée par sa constitution maladive. Dès la première décennie du XVIIe siècle, il souffre de goutte, ce qui lui rend la vie difficile et entraîne progressivement son retrait de la vie publique. Il assiste toutefois en personne aux noces de son frère François avec Sophie de Saxe à Dresde en 1610, et à l'investiture de l'empereur Matthias lors de la diète de Ratisbonne en 1613. En 1612, il se rend dans un établissement thermal récemment découvert à Lunebourg, ce qui n'apporte aucun soulagement à ses souffrances. Il meurt le , avant d'atteindre l'âge de 50 ans, comme beaucoup des membres masculins de la dernière génération de la maison de Poméranie.

MécénatModifier

Les plus importants travaux artistiques commandés par Philippe II datent de la période comprise entre 1606 à sa mort. Ils comprennent :

Le collectionneur et marchand Philip Hainhofer (en) d'Augsbourg est son principal fournisseur en œuvres d'art. Philippe II correspond longuement avec lui. Pendant la visite de Hainhofer dans le duché de Poméranie en 1617, il tient un journal qui contient une description détaillée de la collection d'art du château ducal de Szczecin. Lorsque Philippe décède en 1618, un grand nombre des travaux dont il a passé commande ne sont pas terminés. Son frère et successeur, François de Poméranie, montre peu de goût pour poursuivre la politique artistique ambitieuse de son défunt frère. Il solde le prix des travaux commandés par Philippe II, mais avec lui l'ère de l'art à la cour ducale de Poméranie s'achève. Parmi les commandes terminées sous le duc François se trouve la nouvelle aile du château ducal sur le côté ouest de la place de Mint. De nombreuses œuvres se trouvent exposées dans cette nouvelle aile.

Il aurait inauguré une collection de dessins dont ferait partir la série de treize portraits, conservés par le musée des beaux-arts de Reims. Dix sont attribués à Lucas Cranach et trois à son fils. L'hypothèse de ce rassemblement d'œuvres par Philippe II reste à confirmer, mais la série contient un portrait de son grand-père Philippe Ier de Poméranie, datant de 1541[3].

Notes et référencesModifier

  1. Sophie est la sœur cadette d'Anne de Schleswig-Holstein-Sonderbourg que son père avait épousée en secondes noces en 1601 et l'aîné d'Élisabeth qui devient ensuite l'épouse de Bogusław XIV
  2. N.N., "VII. Sophie von Schleswig-Holstein, Witwe Herzog Philipps II. von Pommern, auf dem Schlosse in Treptow an der Rega", in: Baltische Studien (1832 to date), vol. 1, Gesellschaft für Pommersche Geschichte und Alterthumskunde and Historische Kommission für Pommern (eds.), vol. 1: Stettin: Friedrich Heinrich Morin, 1832, p. 247–258, here p. 249 et 258.
  3. David Liot, Le Musée des Beaux Arts de Reims, Réunions des Musées Nationaux, (ISBN 2-7118-4574-5), p.25-29

BibliographieModifier

  • (en) & (de) Peter Truhart, Regents of Nations, K. G Saur, Munich, 1984-1988 (ISBN 359810491X), Art. « Pommern / Pomerania: Pom.Stettin », p.  2 441.
  • Anthony Stokvis, Manuel d'histoire, de généalogie et de chronologie de tous les États du globe, depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, préf. H. F. Wijnman, éditions Brill, Leyde 1890-1893, réédition 1966, volume 3, chapitre VIII « Généalogie des ducs de Poméranie » et tableau généalogique n° 10
  • (de) Friedrich Ludwig v. Medem (ed.): Philipp Hainhofers Reise-Tagebuch, enthaltend Schilderungen aus Francken, Sachsen, der Mark Brandenburg und Pommern im Jahr 1617, in: Baltische Studien, vol. 2 issue 2, 1834, pp. I-XXXII and 1-180.
  • (de) Oscar Doering: Des Augsburger Patriciers Philipp Hainhofer Beziehungen zum Herzog Philipp II. von Pommern-Stettin. Correspondenzen aus den Jahren 1610-1619 im Auszuge mitgetheilt und commentiert, in: Quellenschriften für Kunstgeschichte und Kunsttechnik des Mittelalters und der Neuzeit, vol. 6, Vienne, 1894.
  • (de) Hellmuth Bethe: Die Kunst am Hofe der pommerschen Herzöge, Berlin, 1937.
  • (de) Dirk Schleinert: Das Stammbuch Herzog Philipps II. von Pommern, in: Findbücher, Inventare und kleine Schriften des Landeshauptarchivs Schwerin, vol. 10, Schwerin, 2004, (ISBN 3-9805560-9-3).
  • (de) Barbara Mundt: Herzog Philipp II. als Kunstsammler und sein Agent Philipp Hainhofer, in: Pommern. Zeitschrift für Kultur und Geschichte, issue 3/2009, (ISSN 0032-4167), p. 38–44.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :