Petit Saint-Antoine

couvent situé à Paris, en France
Petit Saint-Antoine
Plan de Turgot hôtel de Beauvais et Petit-Saint-Antoine.png
Petit-Saint-Antoine, en face de l'hôtel de Beauvais (Paris)
Géographie
Pays
Région
Métropole
Capitale
Fonctionnement
Statut

Le Petit Saint-Antoine était une maison de chanoines fondée à Paris en 1361 pour secourir les malades atteints du feu infernal ou mal des ardents (ergotisme).

HistoriqueModifier

Située à l'origine au no 67 rue Saint-Antoine, elle fut rebâtie en 1689 puis démolie en 1792. Sur son emplacement on a ouvert le passage du Petit-Saint-Antoine[1].

En janvier 1407 y est fondée la chapelle des rois d'armes et hérauts du royaume de France, avec la permission du commandeur des frères de Saint-Antoine. À ces hérauts était affectée une chapelle fermée de grilles située derrière le maître-autel avec permission de la décorer, d'y placer des sièges et des coffres (pour des vêtements, des objets liturgiques ou autres, peut-être des archives) et même de s'y faire inhumer. Des messes et des services étaient prévus, pour les vivants et les morts[2]. C'était là la création d'un collège ou d'une confrérie.[3]

BibliographieModifier

  • Odon Jean Marie Delarc, L'église de Paris pendant la révolution française, 1789-1801, Vol. 1, Desclée de Brouwer, 1801, p. 226-227
  • Edmé Béguillet, Description historique de Paris: et de ses plus beaux monumens, Frantin, 1779, p. 210
  • J. de La Tynna, Dictionnaire des rues de Paris accompagné d'un plan de Paris, Chez l'auteur, 1812, p. 15
  • Philippe Bonnichon et Joëlle Pion Graff, Le Petit-Saint-Antoine, Hospice parisien soignant le mal des ardents du XIème au XVIème siècle (.pdf), 2010-04-17.

Article connexeModifier

Notes et référencesModifier

  1. Dezobry et Bachelet, Dictionnaire de biographie, t.1, Ch.Delagrave, 1876, p. 107
  2. Copie des lettres de l'ordonnance et fondation de la chapelle des rois d'armes et héraults du royaume de France, fondée en l'église de monseigneur Saint-Anthoine-le-Petit, à Paris. In: Parties inédites de l’œuvre de Sicile, héraut d'Alphonse V roi d'Aragon, maréchal d'armes du pays de Hainaut, 1867, p. 99.
  3. Philippe Contamine : Office d'armes et noblesse dans la France de la fin du Moyen Âge. In: Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1994, 1996, p. 311.