Peintre de Sappho

Peintre de Sappho
Biographie
Époque
Domicile
Activités
Peintre de vases attique, peintre sur vase à figures noires, peintre sur vases à fond blanc, peintreVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
Vers - av J-CVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Mouvements
Céramique à figures noires, technique à fond blanc (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Partenaire
Peintre de Diosphos (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Genre artistique
Œuvres principales
Scène de prothesis (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Le Peintre de Sappho est un artiste grec, peintre sur céramiques. Anonyme, il doit son nom à un kalpis des environs de 510 av. J.-C., représentant la poétesse Sappho, conservé au musée national de Varsovie[1].

Scène de prothesis (déploration du mort), pinax attique à figures noires, vers 500 av. J.-C., conservé au musée du Louvre. Les inscriptions précisent les liens de parenté des personnages avec le défunt. « OIMOI », présent deux fois, est un cri de douleur.

Le Peintre de Sappho emploie différentes techniques, dont le fond blanc ou la technique de Six. Il a été actif jusque vers 480 av. J.-C.

Plus de quatre-vingt-dix vases lui sont attribués. Les trois quarts ont la particularité de porter des inscriptions. Parmi eux, les deux tiers sont de pseudo-inscriptions, formant des mots inconnus ou composées de fausses lettres[2]. L'une de ces inscriptions, sur un épinétron qui lui est attribué, conservé au musée d'Éleusis, a été interprétée par Annie Bélis comme une partition, ce qui en ferait la plus ancienne notation musicale de la Grèce antique.

BibliographieModifier

  • Annie Bélis, « Un nouveau document musical », Bulletin de correspondance hellénique, vol. 108, no 108-1, 1984 [lire en ligne].
  • Cécile Jubier-Galinier, « De l'usage des pseudo-inscriptions chez le Peintre de Sappho, du signe au sens », Mètis. Anthropologie des mondes grecs anciens, vol. 13, no 13, 1998 [lire en ligne] .

RéférencesModifier

  1. Ancient Art Gallery, musée national de Varsovie (deuxième vase à partir de la gauche).
  2. Jubier-Galinier 1998, p. 58.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :