Ouvrir le menu principal
Paul Chassagne
Naissance (97 ans)
Pessac, Gironde (Drapeau de la France France)
Nationalité Drapeau de la France France
Domaines aéronautique
Diplôme École nationale supérieure de l'aéronautique

Paul Chassagne, né le à Pessac, en Gironde[1], est un ingénieur aéronautique français.

BiographieModifier

Paul Chassagne est le fils d’un pilote de chasse de la Première Guerre mondiale, qui combattit au sein de l’escadrille des Cigognes avec Georges Guynemer et René Fonck. Après la guerre, il partage avec son fils sa passion de l’aviation[2].

Paul Chassagne est diplômé de l'École nationale des Arts et Métiers d'Angers en 1940, à dix-huit ans[1]. Durant la Seconde Guerre mondiale, il est envoyé au Service du travail obligatoire (STO) en Allemagne. Il travaille chez Junkers, qui met au point les premiers turboréacteurs Junkers Jumo 004. Paul Chassagne a l’occasion d’étudier leur conception[2].

Après la Libération, il entre à l'École nationale supérieure de l'aéronautique. Il en sort diplômé en 1948, et il est immédiatement embauché par Dassault, en septembre 1948[1],[3].

Il participe à la réalisation de la série des avions de transport militaires MD 311 et 312 « Flamant ». En 1955, il joue un rôle important dans la réalisation du chasseur-bombardier à réaction « Étendard IV » d'appui tactique[3], qui vole pour la première fois à Bordeaux le , piloté par Paul Brian[4].

Ensuite, il participe aux projets des bimoteurs à turbopropulseurs[1] MD 415 « Communauté » en 1959 et MD 410 « Spirale » en 1960[3]. Nommé sous-directeur technique de Dassault à Mérignac en 1961, son projet majeur est le biréacteur d'affaires « Mystère 20 », qu’il conçoit, calcule et réalise[1], sous la supervision de Paul Deplante. Premier biréacteur d'affaires lancé en France, le « Mystère 20 » connait un succès commercial fulgurant, consacré par une première commande américaine importante. Paul Chassagne ne cesse de multiplier les versions du Mystère 20, en déclinant la formule en toute une gamme : « Falcon 10 » puis « Falcon 50 »[3].

Paul Chassagne est nommé directeur technique adjoint à Mérignac en 1970[4], et directeur technique en 1975[1].

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f Jacques Nœtinger, Non à l'oubli ! : L'incroyable aventure française dans le ciel, Nouvelles Éditions Latines, , 251 p. (ISBN 2-7233-2030-8, EAN 978-2-7233-2030-6, lire en ligne), p. 187.
  2. a et b « Paul Chassagne », sur Dassault Aviation, (consulté le 21 mars 2018).
  3. a b c et d Jacques Nœtinger, « Paul Chassagne... succès garanti », Air et Cosmos, no 917,‎ (lire en ligne).
  4. a et b Bernard Marck, Dictionnaire universel de l'aviation, Tallandier, , 1129 p. (ISBN 2-84734-060-2), p. 213.

BibliographieModifier

Liens externesModifier