Ouvrir le menu principal

Paul Baignères

peintre français
Paul Baignères
Evenepoel-L'homme en rouge.jpg
L'Homme en rouge, portrait de Paul Baignères par Henri Evenepoel, Bruxelles, Musées royaux des beaux-arts de Belgique (1894-1895).
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Formation

Paul Louis Baignères, né le 14 novembre 1869 à Paris (9e arrondissement) et mort le 7 octobre 1945 à Fontainebleau[1], est un peintre, illustrateur et décorateur français.

BiographieModifier

Paul Louis Baignères est le fils d'Arthur Baignères (1834-1913), homme de lettres et critique d'art, et de la salonnière Charlotte Baignères, née Borel. Il est le neveu de la salonnière Laure Baignères et le cousin germain de Jacques Baignères, ami de Marcel Proust[2].

Il fait ses études au lycée Condorcet, comme Proust et Jacques Baignères, et souhaite se tourner vers la peinture. Sa mère essaye de l'obliger à préparer le concours de Polytechnique, mais il abandonne assez rapidement.

Il étudie avec Léon Bonnat et Henri Gervex. C'est à cette époque qu'il fait la connaissance de Maxime Dethomas (avec lequel il travaillera plus tard comme décorateur), d'Ignacio Zuloaga et de Gustave Leheutre.

Il est ensuite accepté dans l'atelier de Gustave Moreau, aux Beaux-Arts, où il se lie d'amitié avec Henri Evenepoel et Georges Rouault et où il a aussi pour condisciples Matisse, Albert Marquet ou Simon Bussy.

Il s'engage en 1914, ce qui lui vaut la Légion d'honneur et la Croix de guerre.

Il a peint des portraits[3] et des paysages, ainsi que des scènes de genre. Il a exposé au Salon des indépendants, au Salon des Tuileries et au Salon d'automne. Il a illustré plusieurs livres et a eu une certaine réputation comme décorateur[4].

Il se marie en 1900 avec Jeanne Stieldorff. Son fils, Jean Baignères (1902-1982), après avoir été cadre dans diverses entreprises, ouvre en 1944 une petite galerie au 142, boulevard Saint-Germain. Plus tard, il renonce à sa galerie et organise des expositions dans différents pays d'Europe et jusqu'à New York[5].

ŒuvresModifier

Il a peint des portraits de Marcel Proust[7] (en 1892 et 1893), de son cousin Jacques Baignères.

DistinctionsModifier

  • Chevalier de la Légion d'honneur (à titre militaire).
  • Croix de guerre 1914-1918.

Notes et référencesModifier

  1. Archives de Paris, acte de naissance n°1805 dressé le 17/11/1869 avec mention marginale du décès, vue 21 / 31
  2. Proust passe une partie de l'automne 1891 et de l'été 1892 dans la propriété des parents de Paul Baignères à Trouville-sur-Mer. Leur villa – les Frémonts – est le modèle de la villa de La Raspelière dans la Recherche du temps perdu.
  3. Il a lui-même été peint par Henri Evenepoel, Jacques-Émile Blanche et Vuillard.
  4. Il a travaillé pour le prince Edmond de Polignac et la princesse, née Winnaretta Singer.
  5. Site consacré au peintre René Teil.
  6. a b et c Site du musée d'Orsay.
  7. Christian Gury, Le mariage raté de Marcel Proust et ses conséquences littéraires, Kimé, 2001, p. 14.

Liens externesModifier