Parc naturel Marismas de Isla Cristina

parc naturel d'Espagne

Les Marismas de Isla Cristina sont des zones humides côtières en partie inondées durant la marée haute. Elles sont situées à l'embouchure de la rivière Carreras qui amène au port de Isla Cristina, près de la rive gauche de l'embouchure du Guadiana en territoire espagnol, et sont réparties entre les municipalités de Ayamonte et de Isla Cristina dans la province de Huelva en Andalousie. Elles ont été classées en parc naturel en 1989 pour une superficie de 2 145 ha.

Parc naturel Marismas de Isla Cristina
Image dans Infobox.
Marismas de Isla Cristina
Géographie
Adresse
Coordonnées
Ville proche
Superficie
2 145 ha
Administration
Type
Catégorie UICN
WDPA
Création
1989[1]
Administration
Ministère de l'Environnement
Site web
Localisation sur la carte d’Espagne
voir sur la carte d’Espagne
Green pog.svg

GéographieModifier

 
Hydrographie de Huelva

L'hydrographie actuelle des marais est due à de multiples facteurs : tremblement de terre de Lisbonne de 1755, accumulations et retraits successifs de sédiments du Guadiana ainsi que du complexe fluvial Tinto-Odiel à la suite de la construction de la digue Juan Carlos I au port de Huelva et d'autres digues qui ont fait varier les flux de sédiments[2]. La rivière Carreras influence aussi beaucoup la zone.

La limite ouest est la ville de Ayamonte, et la réserve naturelle de Castro Marim et Vila Real de Santo Antonio ((es) Reserva Natural del Sapal de Castro Marim y Vila Real de Santo António) qui fait partie du réseau hydrique du Guadiana). La limite nord est l'ancienne voie ferrée « route verte du littoral » Via Verde Litoral Gibraleón-Ayamonte reconvertie en sentier. Du côté de la ville de Isla Cristina vers l'océan il y a une zone de pins maritimes et de dunes. À l'est se trouve une zone irriguée autour de La Redondela.

Le drainage et l'apport des eaux proviennent avant tout de la mer, mais le Guadiana dépose des sédiments par le système de canaux des marais et apporte de l'eau douce qui engendre par son mélange avec la mer différents degrés de salinité. Les marais sont exploités commercialement en plusieurs endroits pour l'extraction de sel. Interventions humaines, vents, marées, influence fluviale, se conjugent pour modeler cette zone[2].

 
Espaces Naturels de Huelva

StructurationModifier

Le parc est composé de différentes parties[3],[2]. Certaines sont restées naturelles, d'autres ont été transformées par les activités humaines notamment l'aquaculture.

Marisma del CarrerasModifier

Cette unité comprend 266,12 ha. Les spartines y sont abondantes ; genêts et joncs apparaissent dans les zones moins inondables. C'est une grande frange littorale formant transition entre la terre et la mer et sujette aux fluctuations de la marée. L'avifaune est dominée par de nombreuses espèces de canards et de limicoles. Sa flore est de grand intérêt autant pour sa qualité que pour sa fragilité. Elle est intimement liée à la ville de Isla Cristina et est bordée au nord par l'ancienne voie ferrée Via Verde Litoral Gibraleón-Ayamonte.

Marisma del PradoModifier

Nommé d'après Prado Hondo, c'est un bras du marais d'une superficie de 30,29 ha qui a été asséché pour la culture de la fraise. Cette petite partie des marais est reliée à La Redondela par un sentier du parc.

 
Marismas à Isla Cristina
 
Digues à l'embouchure du port de Isla Cristina
 
Ancien moulin à marée dans les Marismas
 
Carte des Isla Cristina de 1890
 
Faune des Marismas de Isla Cristina

Marisma del Caño del PuntalModifier

D'une superficie de 371,24 ha, elle comprend la zone ouest des marais entre les villes de Isla Cristina et Ayamonte. Le marais a subi d'importantes transformations, entre autres pour l'exploitation de salines et plus récemment d'aquaculture. On y trouve un moulin à marée bien conservé après une restauration en 1995 et qui sert de centre d'information pour les visiteurs.

 
Marismas de Isla Cristina, chenal du Puntal

Marisma transformée del CarrerasModifier

Similaire à la précédente, elle occupe 76,62 ha et est composée de trois bras de marais transformés pour l'aquaculture qui a fractionné le marais en multiples bassins, et la culture de la fraise après assèchement du marais.

El MoralModifier

Ce sont 311 ha qui sont sous l'influence des marées et ont été restaurés en espaces plus naturels que les deux précédents marais. On y trouve des tamarix (Tamarix canariensis, Tamarix africana) et des populations de salicornes et de spartines (Spartina densiflora) avec des bosquets d'espèces caduques méditerranéennes endémiques comme Teucrium algarviense, Thymus mastichina subsp. mastichina.

Salinas de los PérezModifier

C'est un marais de 166 ha sous influence des marées avec une végétation typique d'Arthrocnemetea, avec l'espèce Picris wilkommi - une plante endémique très locale. On y trouve aussi d'autres espèces rares comme Armeria linkiana et Spergularia fimbriata. Une partie a été transformée en salines.

El TamijarModifier

Conserve une importante formation halophyte (salicornes, Scirpus maritimus...) et des communautés de limicoles et autres oiseaux. C'est une des plus grandes unités du parc avec 589 ha, incluant des salines en exploitation. Elle est traversée au nord par l'ancienne voie ferrée Via Verde Litoral Gibraleón-Ayamonte.

Punta del RobalitoModifier

Incluant lagune de Canela et lagune de Pinillo au nord, cette unité forme une île de 237 ha très urbanisée.

Salón de Santa GadeaModifier

Ses 97 ha sont directement connectés à Ayamonte et plus de la moitié de sa surface a été transformée en marais salant.

FauneModifier

OiseauxModifier

laridés

 
Sterne hansel, une des espèces le plus représentatives des Marismas
 
Laridés dans les Marismas
 
Échasse blanche dans les Marismas
Oiseaux présents toute l'année Oiseaux migrateurs de passage

AmphibiensModifier

Le parc abrite plusieurs espèces d'amphibiens[4] :

PoissonsModifier

On y trouve[5] :

 
Sentier fait par une loutre

ReptilesModifier

Une espèce de tortue, l'émyde lépreuse (Mauremys leprosa), est présente mais rarement vue[4].

MammifèresModifier

La seule espèce autochtone des marais de Isla Cristina est la loutre (Lutra lutra).

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. Marismas de Isla Cristina sur le site protectedplanet.
  2. a b et c (es) Revisión adaptaión del plan general de ordenación urbanística de Isla Cristina. Estudio de Impacto Ambiental. Equipo de ingenieros de caminos del plan. Ayuntamiento de Isla Cristina, octobre 2007.
  3. (es) Consejería de Medio Ambiente de Andalucía
  4. a et b (es) Atlas y libro rojo de los anfibios y reptiles de España. R. Márquez & M. Lizana, J.M. Pleguezuelos. Ministerio de Medio Ambiente, 2002.
  5. (es) Atlas y libro rojo de los Peces Continentales de España. Doadrio Ignacio. Ministerio de Medio Ambiente, 2002
 
Pont Pano au-dessus des Marismas entre Isla Cristina et la mer

Liens externesModifier