Ouvrir le menu principal

Parc Parmentier
Image illustrative de l’article Parc Parmentier
Géographie
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Commune Woluwe-Saint-Pierre
Superficie 2,29 ha
Gestion
Propriétaire Région de Bruxelles-Capitale
Protection site classé depuis le 7 décembre 1981.
Localisation
Coordonnées 50° 49′ 47″ nord, 4° 26′ 18″ est

Géolocalisation sur la carte : Bruxelles

(Voir situation sur carte : Bruxelles)
Parc Parmentier

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Parc Parmentier

Le Parc Parmentier est un parc de promenade bruxellois de la commune de Woluwe-Saint-Pierre, le long de l'avenue de Tervueren et de l'avenue Edmond Parmentier. Il est une relique de la forêt de Soignes.

Il fait partie d'un ensemble avec le parc de Woluwe, le parc des Étangs Mellaerts et le domaine du Bovenberg. Il fut desservi à l’époque par la gare de Woluwe.

Sommaire

HistoriqueModifier

Le Parc Parmentier, vestige d’un parc privé de 12 ha, fait partie d’un ensemble paysager homogène voulu par le Roi Léopold II pour embellir les abords de l'avenue de Tervueren et de son embranchement avec le boulevard du Souverain.

L’entrepreneur Edmond Parmentier commença la construction de l’avenue de Tervueren en 1895. Il se constitua une propriété le long de l'avenue et du talus situé à l’angle de l’avenue qui porte aujourd’hui son nom. Dans un souci de cohérence urbanistique, il s'engage à l’aménager ainsi que le talus du parc de Woluwe voisin, d’après un plan de l’architecte paysagiste Emile Lainé englobant les tracés des parcs voisins de Woluwe et des Étangs Mellaerts.

À l'origine, l’endroit était une zone marécageuse parsemée d’étangs. Les terres provenant du percement de l’avenue de Tervueren vont en partie remblayer cette zone humide et deux étangs alimentés par un petit ru affluent de la Woluwe seront réaménagés. De sa maison norvégienne haut perchée, Parmentier domine les deux artères. Il meurt cependant en 1910 au moment où s’achève le chantier du boulevard.

Pendant la Première Guerre mondiale, la Comtesse de Merode y accueille des combattants mutilés pour leur réapprendre un métier compatible avec leur handicap.

En 1919, l’État devient propriétaire des lieux. Un hôpital militaire y est établi, qui disparaîtra en 1925 à la suite d'un incendie.

En 1933, le parc et les bâtiments restants seront mis à la disposition de l’abbé Édouard Froidure. L’abbé crée au parc Parmentier les Stations de plein air, premières plaines de jeux bruxelloises, qui y sont toujours aujourd’hui, occupant la partie haute du parc. La partie basse fait partie des parcs publics de la Région bruxelloise.

DescriptifModifier

Reliquat des anciens marais de la Woluwe, le parc Parmentier présente une ambiance différente de celle des Etangs Mellaerts voisins. Il se compose de:

  • une partie haute avec un chemin de ronde bien exposé au soleil et avec vue panoramique sur les Etangs Mellaerts où fleurissent en été marguerite et la centaure jacée.
  • une partie basse plus ombragée où s’étirent les étangs.

L’ensemble forme une alternance de pelouses sèches, de hauts massifs boisés et de prairies humides. La floraison abondante de mai à juillet attirer de nombreux insectes et papillons.

Les deux étangs sont reliées par une cascade en faux rochers sur laquelle est jeté un pont rustique avec des rambardes imitant des branches entrelacées.

AccèsModifier

Les accès se situent :

Arbres remarquablesModifier

Ci-dessous, quelques-uns des plus gros arbres remarquables du parc répertoriés par la Commission des monuments et des sites :

nom français nom latin cir. en cm
Séquoia géant Sequoiadendron giganteum 467
Séquoia géant Sequoiadendron giganteum 432
Robinier faux-acacia Robinia pseudoacacia 362
Chêne rouge d'Amérique Quercus rubra 335
Chêne rouge d'Amérique Quercus rubra 333
Robinier faux-acacia Robinia pseudoacacia 325
Hêtre d'Europe Fagus sylvatica 308
Érable plane Acer platanoides 289
Robinier faux-acacia Robinia pseudoacacia 285
Chêne pédonculé Quercus robur 273

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier