Ouvrir le menu principal

Jaguar européen

espèce de mammifères
(Redirigé depuis Panthera gombaszoegensis)

Panthera gombaszoegensis

Panthera gombaszoegensis
Description de cette image, également commentée ci-après
Partie supérieure d'un crâne de Jaguar européen
Classification
Règne Animalia
Sous-embr. Vertebrata
Super-classe Tetrapoda
Classe Mammalia
Cohorte Placentalia
Ordre Carnivora
Sous-ordre Feliformia
Famille Felidae
Sous-famille Pantherinae
Genre Panthera

Espèce

 Panthera gombaszoegensis
(Kretzoi, 1938)

Synonymes

  • Jansofelis vaufreyi Bonifay, 1971
  • Panthera toscana Schaub, 1949
  • Panthera schreuderi Koenigswald, 1960

Le jaguar européen (Panthera gombaszoegensis) est un genre éteint de félins du Pliocène supérieur et du Pléistocène inférieur. Il vivait il y a environ 1,5 million d’années sur le continent européen.

Les fossilesModifier

Les premiers restes fossiles de cet animal ont été mis au jour à Olivola, dans le nord de l'Italie ; d’autres ont été trouvés en Angleterre, en Allemagne, en Espagne, en France et aux Pays-bas.

Des restes fossiles attribués à une forme semblable ont été exhumés en Afrique de l’Est : elle possédait des caractères communs avec le tigre et le lion[1], ce qui laisse penser qu’il y a un lien entre ces trois espèces.

En France, la plupart des fossiles de cette espèce ont été trouvés dans des grottes (La Belle-Roche, Artenac, le Vallonet, etc.).

Apparences et habitudesModifier

Le jaguar européen était plus grand que les jaguars américains actuels[1], avec un poids de 70 à 210 kilos, ce qui laisse penser qu’il pouvait chasser de plus grosses proies que ceux-ci. L’espèce était probablement solitaire, comme la panthère ou le jaguar moderne. On a souvent pensé qu’elle vivait dans des forêts, avec les habitudes du jaguar, mais des travaux de 2002 suggèrent que ce n'était pas forcément le cas[2].

Il devait avoir un pelage semblable à celui de la panthère actuelle pour mieux se fondre dans son environnement.

Liens de parentésModifier

L’espèce Panthera gombaszoegensis a beaucoup de points communs avec le lion (Panthera leo) : on pense donc que c’est son ancêtre, mais on ne connait pas exactement le lien qui existe entre le jaguar européen (P. gombaszoegensis), le léopard (P. pardus), le lion (P. leo), le jaguar (P. onca) et le tigre (P. tigris).

Habitat et environnementModifier

L’environnement où vivait le jaguar européen n’est pas celui de l'Europe actuelle ; il ressemblait plus aux savanes africaines, c'est-à-dire des plaines herbeuses parsemées d’arbres.

Appelée Plio-pléistocène (Villafranchien), cette époque est caractérisée par un climat et une faune unique, qui mêle souvent Rhinocéros, Proboscidiens, Bovidés, Chevaux, Cervidés, Sangliers, Félins, Canidés et parfois des Primates (Macaques, Hommes primitifs).

PhylogénieModifier

Cladogramme basé sur l'analyse phylogénétique des espèces vivantes et éteintes () du genre Panthera réalisée par P. Piras et ses collègues en 2018[3]. P. gombaszoegensis y est placée en groupe frère du Jaguar actuel (Panthera onca) :

Panthera

Panthera palaeosinensis






Panthera blytheae



Panthera uncia (Panthère des neiges)  







Panthera zdanskyi (Tigre de Longdan)



Panthera tigris (Tigre)  









Panthera gombaszoegensis (Jaguar européen)  



Panthera onca (Jaguar)  







Panthera pardus (Léopard)  




Panthera leo (Lion)  




Panthera spelaea (Lion des cavernes d'Eurasie) 



Panthera atrox (Lion d'Amérique) 








Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) « New record of the European jaguar, Panthera onca gombaszoegensis (Kretzoi, 1938), from the Plio-Pleistocene of Langenboom (The Netherlands) », Cainozoic Research, vol. 8, nos 1-2,‎ , p. 35–40 (lire en ligne)
  2. (en) O'Regan, H.J., A. Turner & D.M. 2002. Wilkinson. European Quaternary refugia: a factor in large carnivore extinction? Journal of Quaternary Science 17(8) 789–795. (Full text pdf)
  3. (en) Piras, P., Silvestro, D., Carotenuto, F., Castiglione, S., Kotsakis, A., Maiorino, L., Melchionna, M., Mondanaro, A. et Sansalone, G., Serio, C. et Vero, V.A., « Evolution of the sabertooth mandible: A deadly ecomorphological specialization », Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, vol. 496,‎ , p. 166−174 (DOI 10.1016/j.palaeo.2018.01.034, Bibcode 2018PPP...496..166P)

Voir aussiModifier