Pandémie de Covid-19 en Turquie

impact en Turquie de la pandémie de Covid-19

La pandémie de Covid-19 est une crise sanitaire majeure provoquée par une maladie infectieuse émergente apparue fin 2019 en Chine continentale, la maladie à coronavirus 2019, dont l'agent pathogène est le SARS-CoV-2. Ce virus est à l'origine d'une pandémie[note 1], déclarée le par l'Organisation mondiale de la santé.

Pandémie de Covid-19 en Turquie
Cas confirmés par million d'habitants par province au .
Nombre de cas par province :
  • 1 à 9
  • 10 à 99
  • 100 à 499
  • 500 à 999
  • 1000 à 9999
  • ≥10000
Maladie
Agent infectieux
Origine
Localisation
Date d'arrivée
Depuis le (4 ans, 4 mois et 10 jours)
Site web
Bilan
Cas confirmés
16 919 638 (au )[1],[2]
Cas sévères
975 (au )[1],[2]
Cas soignés
16 818 435 (au )[1],[2]
Morts
101 203 (au ),[2]

La pandémie de Covid-19 en Turquie démarre officiellement le . À la date du , le bilan est de 101 203 morts.

Le bilan serait cependant sous-estimé, et sous-évalué, de l'aveu même de nombreux responsables politiques Turcs, qui estiment par exemple que le taux de mortalité du covid 19 en Turquie serait similaire à celui de nombreux pays européens, dont la Grèce, et ce taux serait de 0,2 % fin Janvier 2021, contrairement au taux officiel affiché par l'état Turc, qui serait de l'ordre de 0,1 % . Ce taux serait donc proche de celui de la Grèce, qui affiche 0,2 % de décès du Covid, mais plus bas que les bilans de la Bosnie-Herzégovine, et de la Hongrie, qui affichent au moins 0,4 % de décès du Covid, fin Janvier 2022. Aussi, au Moyen-Orient, le taux de décès du Covid 19 en Turquie serait beaucoup plus bas que celui observé en Iran.

Bilan humain

modifier

Chaque soir, le ministère turc de la Santé publie le nombre de tests effectués, de cas confirmés, de cas en réanimation, de cas en intubation et de cas décédés[1]. À la mi-avril 2020, la Turquie est le pays du Moyen-Orient qui a présenté le plus grand nombre de cas de Covid-19[3].

Au 2020, plus de 4 000 morts sont officiellement recensés[4].
En décembre 2021, selon l'AFP, environ 80.000 personnes sont décédées en Turquie des suites du Covid-19.

 

Mesures sanitaires

modifier

Dans les aéroports, des contrôles thermiques ont été mis en place pour détecter les éventuels infectés et les vols internationaux ont été suspendus assez rapidement notamment en provenance d'Iran, un pays voisin qui compte de nombreux cas[5],[6].

Les écoles, collèges, lycées et universités ont été fermés ; l'enseignement se poursuivant à distance[7].

Dans un premier temps autorisées à huis clos, les compétitions sportives ont été reportées[8]. Les lieux de culte ont été partiellement fermés ainsi que les bars, les discothèques et plusieurs autres lieux de rassemblement[9].

Les personnes ayant au moins soixante-cinq ans ou celles qui ont une maladie chronique ne sont pas autorisées à sortir de chez eux tandis que les autres y sont invités[10],[11],[12].

L'eau de Cologne a été massivement utilisée par les Turcs comme désinfectant[6].

La Turquie va produire ses propres appareils d'assistance respiratoire à travers un groupement de compagnies appelé BİOSYS[13],[14].

Le 2020, le président turc lance une campagne nationale de collecte de dons. Par ailleurs, il annonce qu'un nouvel hôpital de ville a été ouvert à Istanbul avec une capacité de six cents lits. Il ajoute qu'au total plus de 24 millions de masques chirurgicaux, 3 millions de masques N95, 1 million de tenues et 181 000 lunettes de protection ont été distribués[15].

La situation des réfugiés syriens en Turquie interpelle les associations humanitaires. Près d'un quart de ceux vivant en ville et plus de la moitié de ceux vivant en campagne n'ont accès ni à un hôpital ni à un dispensaire de santé primaire. Environ la moitié des réfugiés vivent en dessous du seuil de pauvreté ; entassés dans des espaces réduits, avec des taux élevés de comorbidités et, pour une personne sur cinq, sans accès à l'eau potable, ils constituent une population particulièrement vulnérable[16].

Masques

modifier

La vente de masques est interdite et leur exportation est soumise à une autorisation des autorités[17],[18]. Rendus obligatoires dans les lieux de rassemblement tels que les marchés et les supermarchés, les masques sont distribués gratuitement par les services de l'État. Ainsi, via une inscription en ligne, la poste envoie sans frais 5 masques par personne — à l'exception des moins de 20 ans et des plus de 65 ans puisqu'ils sont obligatoirement confinés chez eux — et ce chaque semaine[19],[20].

Environ 100 000 tests sont effectués quotidiennement[21].

Le 2020, au total, 9 721 687 tests ont été réalisés dans tout le pays[1].

Traitement

modifier

Médicaments

modifier

La Turquie utilise principalement l'hydroxychloroquine, l'azithromycine et le favipiravir. L'hydroxychloroquine, combiné à l'azithromycine, est donné à toutes les personnes testées positivement au virus. Si le patient manifeste des troubles respiratoires, le favipiravir est utilisé. Selon les autorités turques, cette combinaison permet de limiter le nombre de cas en réanimation. Par ailleurs, le plasma thérapeutique ainsi que la médecine hyperbare sont également utilisés[22],[23],[24].

Un laboratoire turc a d'ailleurs entrepris de fabriquer un médicament générique à base sulfate d'hydroxychloroquine, pour traiter les symptômes liés au Covid-19[25].

Vaccins

modifier

Selon les données du ministère turc de la Santé, 82,6% de la population adulte de plus de 18 ans a reçu au moins deux doses de vaccins.

En décembre 2021, La Turquie autorise en urgence son vaccin à virus inactivé Turkovac développé par des chercheurs turcs. M. Erdogan a promis l’envoi de 15 millions de doses du vaccin en Afrique[26].

 
Pays ayant reçu des fournitures médicales et de l'aide de la Turquie.

La Turquie a notamment envoyé des aides médicales (incluant des matériels de protections mais aussi des ventilateurs) à 150 pays et six organisations internationales pour lutter contre le covid-19[27].

Cas notables

modifier

L'entraîneur de football Fatih Terim a été testé positif au nouveau coronavirus[28]. Rüştü Reçber, ancien gardien de football, a aussi été testé positif tout comme le vice-président de Galatasaray, Abdurrahim Albayrak[29],[30].

Répression

modifier

La police turque a annoncé l'arrestation au cours du mois de mars plus de 400 personnes accusées d'avoir fait de la « provocation » sur les réseaux sociaux en lien avec la pandémie. Les autorités turques traquent les personnes soupçonnées de propager des rumeurs sur le virus ou qui critiquent la gestion de l'épidémie par le gouvernement. Pour le mois d'avril, ce sont à nouveau plus de 400 personnes qui sont arrêtées[31].

Critiqué pour sa gestion de la crise, le gouvernement décide en juin de durcir la répression à l'égard de ses opposants. Le , 414 personnes accusées d'avoir des liens avec le mouvement Gülen sont arrêtées, majoritairement des militaires. Plusieurs journalistes sont par ailleurs arrêtés et risquent dix-sept ans de prison pour avoir révélé des « secrets d’État ». La purge vise également les députés de l’opposition. Trois députés de gauche sont déchus de leur mandat et emprisonnés[32].

Critiques

modifier

Certains experts ont critiqué la gestion de la crise par le gouvernement turc car ce dernier n'a pas déclaré un confinement général de la population comme en Chine, suggérant un simple confinement volontaire à l'exception des seniors et des personnes atteintes d'une maladie chronique probablement parce qu'il n'a pas la capacité économique pour supporter une telle mesure, et qu'il n'y a pas eu de tests massifs comme en Corée du Sud par exemple. Pour ceux-ci, la Turquie pourrait ainsi se rapprocher du bilan humain catastrophique de l'Italie si ces mesures nécessaires ne seront pas décidées à temps[33]. Pour d'autres, il est déjà trop tard pour limiter la propagation du virus[34].

Articles connexes

modifier

Notes et références

modifier

Références

modifier
  1. a b c d et e (tr) « Türkiye'deki Güncel Durum », sur covid19.saglik.gov.tr (consulté le ).
  2. a b c et d « Coronavirus Update (Live) - Worldometer », sur worldometers.info (consulté le ).
  3. « La Turquie compte désormais le plus grand nombre de cas de Covid-19 au Moyen-Orient », sur France 24, .
  4. « La barre des 4.000 morts dépassée en Turquie », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le ).
  5. Marie Jégo, « En Turquie, branle-bas de combat contre le Covid-19 », sur Le Monde, (consulté le ).
  6. a et b « Face au coronavirus, les Turcs s'en remettent à l'eau de Cologne », sur Le Figaro, (consulté le ).
  7. « Turquie/Coronavirus: Les écoles ferment à partir du 16 mars », sur trt.net.tr, (consulté le ).
  8. « Football. Après l’arrêt en Turquie, le championnat australien fait de la résistance », sur Ouest-France, (consulté le ).
  9. « Coronavirus : les autorités turques annoncent de nouvelles limitations », sur lepetitjournal.com, (consulté le ).
  10. « Coronavirus: Erdogan insiste pour que les Turcs restent chez eux », sur Le Figaro, (consulté le ).
  11. (tr) Kerem Congar, « Türkiye'de 65 yaş üstüne sokağa çıkma yasağı sosyal medyanın mizah konusu oldu », sur tr.euronews.com, (consulté le ).
  12. (en) « Turkey to ground all international flights to curb COVID-19, Erdoğan says », sur dailysabah.com, (consulté le ).
  13. « Covid-19: La Turquie va produire ses propres appareils d'assistance respiratoire », sur trt.net.tr, (consulté le ).
  14. (en) « Turkish defense firms back domestic medical ventilator », sur aa.com.tr, (consulté le ).
  15. (en) « Turkey launches national fundraising campaign against COVID-19 », sur dailysabah.com, (consulté le ).
  16. Ariane Bonzon, « Ces indésirables réfugiés syriens », sur Le Monde diplomatique, .
  17. (en) Selcan Hacaoglu, « Turkey Restricts Exports of Medical Protective Gear », sur bloomberg.com, (consulté le ).
  18. (tr) Arif Anbar, « Devlet yasak dedi, Valilik ihaleye çıkardı », sur cumhuriyet.com.tr, (consulté le ).
  19. (en) « Turkey to deliver 5 free masks a week to each citizen », sur dailysabah.com, (consulté le ).
  20. (en) Gökhan Ergöçün, « Turkey distributes free face masks to citizens », sur aa.com.tr, (consulté le ).
  21. (en) « Turkey's coronavirus death toll surges to 214 », sur dailysabah.com, (consulté le ).
  22. (en) Pinar Sevinclidir, « Turkey claims success treating COVID-19 with broad use of drug touted by Trump », sur cbsnews.com, (consulté le ).
  23. (en) « COVID-19 cases drop further in Turkey while plasma therapy gets results », sur dailysabah.com, (consulté le ).
  24. (en) « Turkish model proves effective in COVID-19 treatment: Minister », sur hurriyetdailynews.com, (consulté le ).
  25. "Une société turque met au point un médicament à base d'hydroxychloroquine", trt.net, 07 juin 2020[1]
  26. https://archive.wikiwix.com/cache/20221115160305/https://www.7sur7.be/monde/la-turquie-autorise-en-urgence-son-vaccin-turkovac.
  27. (en) Firdevs Bulut, « 'Turkey has sent medical aid to 150 countries': President », sur aa.com.tr, (consulté le ).
  28. « L’entraîneur de Galatasaray Fatih Terim testé positif au Covid-19 », sur 20minutes.fr, (consulté le ).
  29. « Coronavirus. Un ancien gardien de football de la Turquie hospitalisé », sur Ouest-France, (consulté le ).
  30. « Terim et le vice-président de Galatasaray positifs au coronavirus », sur eurosport.fr, (consulté le ).
  31. « Coronavirus: plus de 400 arrestations pour «provocation en ligne» en Turquie », sur Le Figaro, (consulté le ).
  32. « Turquie : en baisse dans les sondages, Recep Tayyip Erdogan mise sur la répression », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne).
  33. (en) Hamdi Firat Buyuk, « Turkey’s Coronavirus Crisis Risks Rivalling Italy, Experts Warn », sur balkaninsight.com, (consulté le ).
  34. (en) Inan Dogan, « There Are At Least 500,000 Coronavirus Infections In Turkey Today », sur finance.yahoo.com, (consulté le ).