Pandémie de Covid-19 en Hongrie

Pandémie de Covid-19 en Hongrie
COVID-19 cases in Hungary by district.png
Maladie
Agent infectieux
Origine
Localisation
Premier cas
Date d'arrivée
Depuis le
(2 ans, 8 mois et 23 jours)
Site web
Bilan
Cas confirmés
2 058 847 ()[1]
Cas soignés
1 976 808 ()[1]
Morts
47 367 ()[1]

La pandémie de Covid-19 est une crise sanitaire majeure provoquée par une maladie infectieuse émergente apparue fin 2019 en Chine continentale, la maladie à coronavirus 2019, dont l'agent pathogène est le SARS-CoV-2. Ce virus est à l'origine d'une pandémie[note 1], déclarée le par l'Organisation mondiale de la santé.

La pandémie de Covid-19 en Hongrie démarre officiellement le . À la date du , le bilan est de 47 367 morts. Le taux de décès est de 2,44%[2].

Lutte contre la propagationModifier

Le Premier ministre de Hongrie, Viktor Orbán, se fait voter les pleins pouvoirs pour une « durée illimitée » par le parlement dominé par son parti, le Fidesz, qui a ensuite suspendu ses travaux[3]. Deux personnes sont arrêtées par la police le 12 mai 2020 pour avoir critiqué sur Facebook la gestion de la crise par le gouvernement[4].

Des mesures exceptionnelles que connaissent, temporairement, la plupart des autres pays — telles que confinement, mises en quarantaine, restrictions de circulation…  — sont mises en place.

Masques sanitairesModifier

Le 1er février, le porte-parole du Commandement national de l'exécution des sanctions (BVOP) a annoncé que les prisonniers de Debrecen et de Sátoraljaújhely avaient commencé la production de masques sanitaires[5]. Ils produisent 20 000 masques par jour sur une période de 12 heures, qui sont stockés dans différents sites à travers le pays et livrés en permanence aux médecins généralistes[6].

InformationsModifier

Le 4 mars 2020, le gouvernement de la Hongrie a lancé un site Web officiel d'information sur le coronavirus et une page Facebook connexe mais techniquement indépendante[7],[8].

Dans le cadre de l'état d'urgence proclamé en 2020, la diffusion de « fausses nouvelles » sur la politique du gouvernement est passible d’une peine de réclusion de cinq ans[9].

Lors de la conférence de presse du , la médecin-chef Cecília Müller déclare qu'avec 1 763 cas de Covid-19 confirmés et en augmentation, la Hongrie entre dans le stade de la maladie de masse.

Le , la Hongrie compte 1 916 cas confirmés et 189 morts, elle est le 63e pays le plus touché au monde en nombre de cas et 38e pays le plus touché au monde en nombre de décès[10].

VaccinationModifier

Une campagne de vaccination menée avec le vaccin chinois Sinopharm permet à la Hongrie d'avoir vacciné 40 % de sa population adulte en avril 2021, l'une des meilleures performances d'Europe. Cependant, si le Sinopharm permet un approvisionnement plus rapide que les « vaccins occidentaux », il ne fait réellement effet que deux à trois semaines après la seconde injection[11].

En avril 2021, avec plus de 26 000 morts, malgré une large vaccination, la Hongrie présente le plus fort taux de mortalité d'Europe proportionnellement à sa population[11]. Cette situation s'expliquerait par les réticences des autorités à décréter un re-confinement face à la seconde vague, par une population un peu plus âgée et plus sujette à l’obésité que la moyenne européenne, et par un système hospitalier déficient[11].

En mai 2021, "six vaccins sont disponibles en Hongrie : Pfizer/BioNTech et Moderna, les vaccins d'AstraZeneca et de Johnson & Johnson ainsi que ceux du chinois Sinopharm et du russe Sputnik V". Les "16-18 ans vont pouvoir recevoir leur première injection du sérum Pfizer". Plus de 90 000 jeunes sont déjà inscrits, mais devront présenter une autorisation parentale. À la prochaine rentrée scolaire, "tous les enfants en âge d'aller à l'école", pourraient être vaccinés[12].

En octobre 2021, 60 % de la population a reçu les deux doses de vaccin et un million de personnes ont eu une troisième dose. Les entreprises peuvent exiger la vaccination de leurs employés sous peine de mise en congé sans solde et de licenciement au bout d'un an[13].

Passe sanitaireModifier

Le gouvernement instaure un passe sanitaire similaire à celui des autres pays européens à partir de l'été 2021[9].

La Hongrie est le pays européen où les mesures répressives adoptées au nom de la lutte contre la pandémie ont été poussées le plus loin. La loi sur l’état d’urgence, adoptée en 2020 par le premier ministre Viktor Orban, lui permet de suspendre n’importe quelle loi, sans l'aval du Parlement[9].

DésinformationsModifier

Une vidéo partagée sur les réseaux sociaux prétend montrer des policiers hongrois capturer des personnes âgées pour les mettre en quarantaine, alors que ces images n’ont pas été tournées en Hongrie, mais à Bakou, la capitale de l’Azerbaïdjan, lors d’une manifestation pacifique de l’opposition le [14].

StatistiquesModifier

 

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c « Coronavirus Update (Live) - Worldometer », sur www.worldometers.info.
  2. https://coronavirus.politologue.com/coronavirus-hongrie.HU
  3. Henri Vernet, « Covid-19 : en Hongrie, le virus emporte la démocratie », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. « Deux Hongrois arrêtés pour avoir critiqué Viktor Orban sur Facebook », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  5. « Büntetés-végrehajtás », sur Gov.hu (consulté le ).
  6. « Emmi : Több ezer doboz maszkot kaptak háziorvosok », sur hirado.hu (consulté le ).
  7. (hu) « Elindult az új koronavírus járványról tájékoztató kormányzati honlap és Facebook oldal », sur Nemzeti Kibervédelmi Intézet (consulté le ).
  8. (hu) « Elindította a koronavírussal kapcsolatos hivatalos Facebook-oldalát a kormány », sur Internet Archive (consulté le ).
  9. a b et c Gaël De Santis, « Passe sanitaire. En Italie, au Danemark, en Hongrie... stop ou encore ? », sur L'Humanité,
  10. Stanislas de Livonnière, « Coronavirus : suivez l’évolution de l’épidémie en Hongrie en direct », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. a b et c « Covid-19 : la Hongrie affiche la pire mortalité du monde mais continue de miser sur le vaccin chinois », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  12. https://fr.euronews.com/2021/05/13/covid-19-la-hongrie-vaccine-ses-16-18-ans
  13. https://www.ouest-france.fr/sante/vaccin/covid-19-les-entreprises-peuvent-desormais-obliger-leurs-employes-a-se-faire-vacciner-en-hongrie-34694e0a-37ee-11ec-91f1-9d137aad4b8a
  14. Jacques Pezet, « Non, cette vidéo ne montre pas des policiers hongrois enlever des personnes âgées pour les mettre en quarantaine », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).