Palomena prasina

espèce d'insectes

DescriptionModifier

Adulte, elle mesure de 12 à 14 mm. Sa couleur verte (sauf à l'extrémité de ses ailes membraneuses) la rend très mimétique ; elle devient brune à l'approche de l'hiver mais redevient verte au retour du printemps. Ses larves sont entièrement vertes[1].

Confusion possible

Palomena prasina peut être confondue avec la Punaise verte puante (Nezara viridula) mais Nezara virudula a, elle, souvent 3 petits points blancs bien visibles à la limite du pronotum sur la partie dorsale, sur l’écusson.

HabitatModifier

Elle habite des milieux humides, des jardins aux forêts de feuillus. Au début de la saison des pluies, elle monopolise les maisons.

BiologieModifier

La punaise verte est inoffensive. Elle émet une odeur nauséabonde si elle se sent menacée.

SystématiqueModifier

L'espèce a été décrite par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1761 sous le nom initial de Cimex prasinus.

SynonymieModifier

  • Cimex prasinus Linnaeus, 1761 Protonyme
  • Cimex roseus Müller, 1776
  • Cimex dissimilis Fabricius, 1781
  • Cimex viridis Harris, 1781
  • Cimex discolor Wolff, 1811
  • Pentatoma subrubescens Gorski, 1852
  • Palomena rhododactyla Horváth, 1883

Nom vernaculaireModifier

  • Punaise verte
  • Punaise verte des bois; à noter que ce terme désigne aussi "Nezara smaragdula" (Fabricius) [2]

RéférenceModifier

  1. Michael Chinery, Insectes de France et d'Europe occidentale, Paris, Flammarion, , 320 p. (ISBN 978-2-0812-8823-2), p. 74-75
  2. L'Agronomie coloniale - Volumes 2 à 3 - Page 82 1914

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier