Palais des pionniers

Les Palais des pionniers étaient des centres de récréation pour la jeunesse, création, sport, formation et activités extrascolaires des pionniers de l'URSS et des autres pays communistes. Après la dislocation du bloc soviétique et de l'Union soviétique elle-même, ils ont été transformés en centre d'activités de récréation sans connotation politique. 

Palais des pionniers de Sébastopol.
Palais des pionniers de Togliatti.
Ancien palais des pionniers de Sormovo.

ArchitectureModifier

Les premiers Palais des pionniers apparaissent dans les années 1920 et 1930 à Moscou et, plus tard, à Leningrad, Sverdlovsk, Tbilissi, Kiev, Irkoutsk et dans d'autres villes de l'Union soviétique : ce sont, pour la plupart, d'anciennes grandes maisons aristocratiques confisquées à leurs propriétaires. L'ancien palais Anitchkov, par exemple, est devenu le « Palais Jdanov des jeunes pionniers » de Leningrad, ainsi nommé en l'honneur d'Andreï Jdanov. Le premier palais inauguré à Kharkov est l'ancienne Maison de l'Assemblée de la Noblesse le  [1]. À Bucarest, c'est l'ancien palais royal de Cotroceni qui devient le Palais des pionniers. Des Palais des pionniers sont également construits intentionnellement, parfois en imitant le style des anciens palais aristocratiques, d'autres fois en style utilitaire moderne. Deux des plus grands Palais des pionniers construits dans ce style nouveau se trouvent à Moscou[2], construits en 1959-1963, et à Kiev, construit en 1965[3].

En 1971, il y avait plus de 4 500 Palais des pionniers en URSS et dans les pays satellites.

FonctionnementModifier

Le mouvement des pionniers était la branche politique, culturelle, sportive et paramilitaire du parti communiste unique auprès de toutes les écoles des pays communistes, mais beaucoup de ses activités, hors des heures de cours, se déroulaient dans les Palais des pionniers, faisant office de centres de loisirs (très encadrés), d'entraînement (et de sélection d'éventuels champions) et d'activités périscolaires, par groupes et par sections spécialisées sur une activité et organisées par classes d'âge semblables à celles des classes de l'école.

Il existait également des centres locaux de pionniers dans toutes les capitales de district, les plus importants étant ceux de Leipzig (Maison des jeunes pionniers « Georg Schwarz ») et de Dresde (Palais des pionniers « Walter Ulbricht » dans le château d'Albrechtsberg).

L'accès aux Palais des pionniers est gratuit et obligatoire pour les pionniers. L'éducation politique sous-tend tout le travail, les compétences à acquérir, le développement des capacités, l'orientation professionnelle et les talents amateurs. L'un des principes de base des pionniers est la transmission de l'ardeur révolutionnaire, symbolisée par le logo de la torche aux trois flammes rouges : « toi qui as été formé, forme à ton tour tes camarades »[4].

Au XXIe siècle, fonctionnent toujours les Palais des pionniers de République populaire de Chine, d'Hanoi au Vietnam, de La Havane à Cuba (qui se nomme « Ernesto Che Guevara ») et de de Pyongyang en Corée du Nord [5],[6]. Les Palais des pionniers des autres pays anciennement communistes, quant à eux, ont entre-temps été convertis à d'autres usages[7].

GalerieModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier