Ourika (roman)

livre de Claire de Duras

Ourika
Image illustrative de l’article Ourika (roman)
2e édition (1824).

Auteur Claire de Duras
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman
Éditeur Imprimerie royale
Collection Folio classique
Lieu de parution Paris
Date de parution 1823

Ourika est un roman publié anonymement, en 1823, par Claire de Duras.

Claire de Duras ne comptait pas faire carrière dans la littérature et c’est à contrecœur et afin d’empêcher les possibilités de plagiat, qu’elle céda aux pressions de Chateaubriand en publiant ce roman tombé de sa plume alors qu’elle s’était retirée à la campagne lors d’une maladie contractée vers 1820. Tombé dans l'oubli, le roman est exhumé du passé à la fin du XXe siècle grâce à sa réédition critique par l'historien irlandais Roger Little.

PrésentationModifier

Relation avec ChateaubriandModifier

La forte amitié qui liait Duras et Chateaubriand commença en 1808 au château de Méréville[1]. Elle tomba follement amoureuse de lui; un amour non réciproque qu’elle refoulera toute sa vie[2]. L’amour qu’elle ressentait pour lui a une ressemblance avec celui qu’Ourika entretient avec Charles: Chateaubriand lui donne le nom de «sœur» et Duras voyait sa laideur comme un obstacle à leur amour[3]. L’auteur devint un invité fréquent du salon de Duras, donnant du même coup de la notoriété à la Duchesse. Notoriété que Sainte-Beuve décrit comme «passagère» ainsi qu’«immédiate» et cela à cause de la présence de Chateaubriand comme «représentant politique» du salon[4].

Chateaubriand, en réponse à la réticence de Duras à publier, lui rapportait les bons commentaires que divers lecteurs donnaient sur ses manuscrits[5].

Processus de rédactionModifier

Claire de Duras ne s’attendait pas à poursuivre une carrière littéraire, elle préférait plutôt se distinguer parmi certains nombres de personnes de son entourage que de poursuivre la renommée[6].

Elle écrivait dans la solitude de ses temps libres. Cette solitude la peinait, et, puisqu’elle n’était pas occupée comme les hommes (notamment Chateaubriand, sachant qu’il entretenait des relations avec d’autres femmes qu’elle[7]), ses courts romans étaient empreints d’une tristesse développée à long terme[8]. Cette solitude eut un effet si marquant sur son écriture, qu’elle-même affirmait ne pas publier ses romans sous le prétexte qu’ils «aim[ai]ent la solitude»[9]. Malgré cela, un manuscrit d’Ourika circulait dans les salons de France anonymement, gagnant de la popularité. Sa décision de mettre l’histoire d’Ourika à l’écrit lui vint après l’avoir racontée chez la maréchale de Beauvau devant des amies, les ravissant. Elles lui donnèrent l’idée de l’écrire et Duras s’y mit dès le lendemain[10].

L’amour tragique, autant d’Ourika que d’Édouard, ne serait «que l’expression délicate et discrète [...] de ce je ne sais quoi du plus profond qui fermen[te] au sein de Mme de Duras»[10], ce qui supporterait les liens entre les obstacles amoureux des personnages durassiens et son affection pour Chateaubriand. De plus, elle comparait cet amour à de l’esclavage[11].

Réception de l'œuvreModifier

À sa parution en 1823, Ourika eut un énorme succès, un best-seller de l’époque[12] par le mystère qui tournait autour du manuscrit. La popularité du court roman vaut à Mme de Duras une certaine renommée dans les cercles culturels; son nom acquiert même une certaine autorité[13]. Balzac en fait même référence dans l’un des livres de la Comédie Humaine[13].

Le roman était si populaire que quatre troupes de théâtre françaises commençaient à monter des adaptations dès le printemps 1824[14]. Certaines troupes se permettaient quelques modifications dans la narration ou chez les personnages, mais leurs compositions restaient réactionnaires à l’œuvre de Mme de Duras[15]. Contrairement au livre, les adaptations théâtrales n’eurent pas le succès voulu et furent le sujet du ridicule dans la presse française[16]. Si le sujet du roman et de ses adaptations resta tout de même similaire, c’est-à-dire celui d’un amour impossible étant donné les préjugés raciaux, la critique fut sévère sur ce sujet en ce qui concerne les pièces. En effet, plusieurs journaux critiquent la mise en scène d’une actrice noire ouvertement en amour avec un acteur blanc[17]. Certains critiques iront même jusqu’à relever cette réception si différente, écrivant qu’en lisant un roman, «on peut bien se faire illusion, on peut bien oublier certains défauts physiques», tandis que «sur scène, [...] les personnages sont là avec leur difformité.»[18]

Bien qu’Ourika eut un grand succès à sa parution, il tomba dans l’oubli vers la fin du dix-neuvième siècle. Ce n’est que vers la fin du vingtième siècle qu’une nouvelle édition du roman est publiée, en Angleterre, éditée par le professeur Roger Little. Depuis, le roman a vécu une deuxième vague de popularité -quoique moins extravagante- qui le vit être le sujet de plusieurs études académiques[12].

L’histoireModifier

Achetée avant son embarquement sur un navire négrier par le gouverneur du Sénégal qui l’amène à Paris pour l’offrir à sa tante, la jeune Africaine Ourika reçoit une bonne éducation. À l’âge de douze ans, elle se rend compte du préjudice que suscite sa couleur de peau. Après le mariage de Charles, dont elle est amoureuse, avec une Française, elle se retire au couvent où elle finira par mourir prématurément.

IntroductionModifier

Un jeune médecin a été appelé un matin pour soigner une religieuse de couleur noire, qui était très renfermée sur elle-même à la suite de nombreuses déceptions personnelles, mais après plusieurs visites, le médecin obtient et gagne la confiance de cette jeune femme. Elle lui raconte ensuite son histoire et ses chagrins.

OurikaModifier

Ourika est une jeune orpheline sénégalaise que Mme de B. a sauvé de l'esclavage en la recueillant et en l'élevant comme sa propre fille.

Pourtant, Ourika est différente, c'est ce qu'elle apprend à l'âge de douze ans, en entendant une conversation qu'elle écoute sans être vue. Elle se rend compte alors qu'elle ne pourra pas se marier et qu'elle est condamnée à rester seule à cause de sa couleur et de son éducation. Elle se rend finalement compte qu'elle est amoureuse de Charles, le petit fils de Mme de B, qui ne la voit que comme une sœur et qui se marie avec une autre. Seule et désespérée, Ourika se tourne vers Dieu et devient alors religieuse dans un couvent. Elle finit par mourir au couvent de ses peines et de ses chagrins, après avoir raconté la fin de son histoire au médecin.

PersonnagesModifier

    • Ourika : Ourika est la première grande héroïne noire de la littérature occidentale. Personnage principal du livre, elle est d'origine sénégalaise et a été achetée par le chevalier de B. à l'âge de deux ans, puis adoptée par Madame de B. Il est intéressant de s’attarder à l’aspect historique du personnage. Le roman « s’inspire d’un fait divers : le chevalier de Boufflers, gouverneur du Sénégal, ramène en France, en 1785, trois enfants noirs dont Ourika qu’il donne à la princesse de Beauvau, et qui meurt à l’âge de 16 ans[19] ». Madame de Duras ne dissimule pas que son roman emprunte à l’Histoire historique en attribuant à son personnage le nom de son modèle et en gardant l’initiale du nom du chevalier et de la maréchale[20]. L’étymologie du nom d’Ourika est intéressante, elle qui fut ramenée du Sénégal à l’âge de deux ans. Son nom est « formé de deux éléments : Ouri-ka, nom qui existe toujours parmi les Peulhs du Fouta-Toro (région du fleuve) et surtout du Fouta-Djallon (région montagneuse à cheval sur le sud-est du Sénégal et de la Guinée), sous la forme soit de Ouri-ka, soit de Wouri-Ka, selon le dialecte[21] ». D’emblée, le nom du personnage suggère tout son attrait exotique et son altérité dans le contexte de la société française aristocratique de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle.
    • Le roman est romantique par l’histoire qu’il met de l’avant, celle d’une héroïne mélancolique, victime de déshonneur social entrainant une fin inévitable, et éprouvée par un amour marqué par la souffrance[22]. Cependant, là s’arrête la ressemblance avec d’autres textes romantiques tels René, Oberman, Chatterton, ou Lorenzaccio[23]. Claire de Duras renouvelle le portrait de la solitude romantique en assignant à l’isolement un motif précis, la couleur d’Ourika[24]. En effet, il est possible de distinguer Ourika en ce qu’elle possède cette marque d’altérité dont elle se désole, sa couleur, qui la fera s’abîmer dans la douleur psychologique et morale, puis dans l’aliénation : « l’héroïne ne revendique pas sa différence comme une supériorité, mais la considère au contraire comme une infériorité qu’elle déplore et ne souhaite que s’intégrer à cette société qui la rejette[25] ». Le thème romantique de l’exil est aussi revu : « Ourika n’est pas étrangère au monde, mais une étrangère dans une société donnée, arrachée à sa patrie, en même temps qu’à l’esclavage, pour être jetée sur une terre d’exil[26]. ».
    • L’enfance d’Ourika est dès lors mise en lumière, car elle apparaît d’abord comme idéale dans le salon de Madame de B. C’est là que l’identité du personnage se forme et s’affirme, à l’aide d’un programme pédagogique raffiné et de diverses disciplines enseignées. Physiquement, elle a de grands yeux brillants ainsi qu'une dentition blanche et éblouissante. C'est une jeune femme charmante, cultivée, attentive, avec une belle voix ainsi qu'un talent pour la peinture. Elle parle d'autres langues étrangères telles que l'anglais et l'italien. C'est une femme éduquée à la mode des Lumières. On observe une harmonie presque parfaite entre la petite fille noire et l’univers aristocratique : elle devient un attrait exotique. Une référence au moment du bal (au « quadrille des quatre parties du monde[27]»), qui réhabilite l’Afrique dans l’espace de la société, est établie : « Pour permettre à Ourika de représenter sa terre natale, le continent noir fait l’objet d’une sérieuse enquête ethnographique[28]».
    • La révélation de sa couleur et de sa condition de femme sont mises à jour au moment de sa puberté (scène de la conversation entre Madame de B. et la marquise). Cette conversation révèle l’altérité qui fait d’Ourika une étrangère parmi la société à laquelle elle pensait être acclimatée. Il s’ensuit une période de profond découragement, d’abattement, voire de haine de soi. Puis, il est question de ce très fort et impossible sentiment amoureux que le personnage ressent envers Charles comme si c’était sa passion criminelle. Celui-ci bénéficie « du total don de soi d’Ourika qui se pose comme l’inessentiel par rapport à lui[29]». Constatant qu’il est amoureux d’Anaïs, l’héroïne éprouve des symptômes physiques très forts qui s’inscrivent dans sa corporéité. En effet, la tristesse et la douleur causent une fièvre violente et entrainent un dépérissement de sa santé; altération de la voix, flétrissement des joues, elle vacille dans un état de langueur et d’accablement[30]. Cette maladie physique et morale mène progressivement Ourika vers la mort.
    • De fait, la conversion « résulte d’une quête dont le sujet n’est pas conscient, et la grâce se produit à la faveur d’un événement qui donne rétrospectivement à tout le récit une signification particulière[31]». Le médecin, qui devient à la fois confesseur et thérapeute, est celui qui constate la détérioration que cause son chagrin. Elle s’adresse les reproches de la culpabilité et de la mésestime liés à son attachement envers Charles. Elle se livre à des rituels de camouflage, de purification, d’oubli et de mépris de soi. Le couvent semble être, pour Ourika, un refuge où elle trouve une forme de consolation : sa vocation religieuse ne se développe qu’à mesure que s’intensifie son isolement social[32]. Celle-ci « ne la guérit pas de ses blessures : la foi lui est finalement aussi inutile que la science du médecin[33]».
    • Il est juste de mentionner la folie dépressive du personnage causée par la déconsidération individuelle dont elle fait l’objet : face à son destin de femme noire, la protagoniste est aux proies avec la dépression. L’effet de civilisation sur la jeune femme se présente ironiquement par sa destruction et sa fin : « on peut voir en effet dans la couleur d’Ourika une métaphore de la féminité, de sa sexualité que Freud qualifiait de continent noir[34]». Ourika subit donc une altération psychologique au dénouement fatal. On assiste à la malheureuse condition d’une « féminité refusée[35]». Galatée noire, l’héroïne est éduquée pour parvenir à l’expression et à l’accomplissement, cependant elle ne peut espérer se marier et fonder une famille[36]. Pour Valérie Magdelaine-Andrianjafitrimo, « ce n’est pas tant le préjugé de couleur que démontre le roman, ni même l’esclavage qui est dénoncé par une abolitionniste engagée, mais plutôt la condition féminine dans une société patriarcale[37]». Ourika a été représentée par la peintre Sophie de Tott en 1793[38].
  • Le médecin : Appelé par le couvent, le jeune médecin soigne Ourika qui est très malade. C'est un homme des Lumières car il n'a pas de préjugés la concernant : « Je ne refuse pas de soigner Ourika à cause de sa couleur de peau. »
  • Madame de B. : Femme affectueuse, sans préjugés raciaux, généreuse, cultivée, femme des Lumières, grand-mère de Charles et mère adoptive d'Ourika. Sa générosité s'est retournée contre Ourika, en en faisant une personne qui ne pourra jamais vraiment s'intégrer dans la société de son époque.
  • Chevalier de B. : Gouverneur du Sénégal, neveu de Mme de B. Il a confié Ourika à Mme de B.
  • Charles de B. : Cadet de la famille, élevé avec Ourika qui la soutient et la protège depuis son enfance. Ourika finit par découvrir qu'elle est amoureuse de lui.
  • Anaïs de Thémines : Riche héritière intelligente et douce qui se fiance à Charles et l'épouse par la suite.
  • La Marquise de … : Amie intime de Mme de B, froide, elle est très franche quitte à blesser autrui. Ourika en a peur. Elle révèle le destin d'Ourika deux fois au cours du roman. Elle lui apprend d'abord accidentellement qu'elle ne pourra jamais se marier, puis en lui disant qu'elle est amoureuse de Charles

Contexte sociohistoriqueModifier

À la fin du XVIIIe siècle, la France est en état de crise, le peuple exige des changements politiques et sociaux[39]. En 1789, cette période hostile entraîne la Révolution française[40], qui se trouve en toile de fond du récit Ourika et qui représente le contexte historique de celle-ci. « Lorsque la Révolution française cessera d’être une belle théorie et qu’elle toucha aux intérêts intimes de chacun, les conversations dégénèrent en disputes, et l’aigreur, l’amertume et les personnalités prirent la place de la raison[41] ». Cette situation indique l’atmosphère de l’époque en périodes de révolte. Les aristocrates du salon de Madame de B. sont impliqués politiquement et idéologiquement dans cette Révolution qui occupe une place importante dans les discussions aux salons[42]. La Terreur, la période la plus meurtrière de la Révolution française, connaîtra d’innombrables exécutions à la guillotine, qui deviendra le symbole de cette ère sanguinaire[43]. Il est mentionné dans le récit que la société renaît tranquillement vers la fin des années 1795 à la suite de cette Terreur : « les débris de la société de Madame de B. se réunirent autour d’elle, et je vis avec peine le cercle de ses amis augmenter[44]».

Le salon de cette aristocrate est un élément central de la nouvelle Ourika puisqu’il représente le contexte historique de l’œuvre; le salon est directement influencé par le climat politique et les conversations salonnières y sont donc affectées[45]. C’est aussi après une rencontre aristocratique que l’héroïne entend des propos discriminatoires à son sujet, qui lui causeront des craintes identitaires et qui blesseront la jeune fille psychologiquement et émotionnellement[46]. À l’époque, ces salons dirigés par les membres de la haute société française occupent une place importante[47]. « Ils représentaient le spectre de l’opinion publique étant bien entourés, influents et socialement conservateurs[48]». Ces rencontres aristocratiques changent d’un salon à l’autre, ceux-ci peuvent être publics ou privés; simples ou structurés; divertissants ou sérieux; ou encore féministes ou masculinistes[49]. Peu importe le type de salon, la Révolution les transforme et ils deviennent politiquement influents[47]. La société mondaine et les salons sont liés puisqu’ils sont tous les deux formés de l’élite intellectuelle française[47]. Les aristocrates de l’époque comme ceux que l’on retrouve dans le roman sont issus pour la plupart de la haute société formée de nobles puissants et éduqués[50].

À cette époque révolutionnaire, l’Église se divise : une partie se tourne vers la modernité, alors que l’autre s’oppose strictement à la nouveauté[51]. En 1793, la Déclaration des droits de l’homme est adoptée et indique un changement éminent pour la population française[52]. Le XIXe siècle marque un temps d’incertitudes puisque la science influence la population vers de nouvelles valeurs et opinions[51]. L’origine des espèces de Charles Darwin entraîne de fortes réactions; la France est maintenant perçue comme une religion, ce qui ne réjouit nullement le clergé[51]. À la fin du XIXe siècle, il y a séparation entre l’Église et l’État, ce qui provoque une laïcisation politique[51]. L’héroïne du récit termine ses jours dans un couvent où elle trouve refuge, étant trop affectée par les préjugés raciaux qui lui imposent une vie sans amour; compte tenu de sa couleur de peau et de ce qu’elle représente[53]. Elle quitte sa famille malgré leur résistance et devient religieuse[53].

La jeune Sénégalaise est élevée dans une famille noble, elle a accès à une éducation que peu ont la chance d’avoir[54]. À ce moment de l’histoire, les filles et les garçons ne reçoivent pas la même scolarisation; le sexe faible « apprend à lire, à écrire et à compter » en plus d’être initié à la sphère domestique[55]. En , une ordonnance royale autorise aux filles l’accès à un champ d’études beaucoup plus varié, mais toujours propre à leur sexe[56]. De plus, les études supérieures leur sont autorisées et elles peuvent fréquenter des écoles privées ou publiques[57]. Malgré ces changements, les femmes demeurent inférieures aux hommes étant perçues comme « des idoles ou des jouets » par la société[58], elles demeurent subordonnées aux hommes n’étant pas perçues comme des êtres équivalents. Enfin, les lois Ferry votées en 1881-1882 déclarent l’enseignement obligatoire, gratuit et laïc; ce qui diminue une partie des inégalités sociales, permettant une éducation accessible à tous[51].

AnalyseModifier

On pense que ce roman est le premier dans la littérature française à étudier le problème des relations « interraciales » et, en particulier, de l’amour entre Noirs et Blancs ; c’est la raison pour laquelle l’intérêt littéraire et scientifique pour ce roman s’est beaucoup accru, à partir de la deuxième moitié du XXe siècle[59].

Ourika se démarque par sa narratrice qui est une femme originaire du Sénégal. Cela dit, contrairement aux autres romans de l'époque mettant en scène des personnages noirs, Ourika n'est pas une excuse pour donner de l'exotisme au texte ou pour ouvrir un débat sur l'esclavage. Elle est plutôt une façon pour l'auteure de présenter une réflexion sur l'altérité et sur la psychologie d'une personne qui se voit placée dans une situation de marginalité absolue, ce qui la mène à une aliénation totale. Effectivement, à l'opposé des autres héros romantiques, Ouika n'est pas prise d'un sentiment de révolte ; son idéal est représenté par la société aristocratique qui la repousse et elle a complètement intériorisé les valeurs de cette communauté qui la marginalise.

Selon Chantal Bertrand-Jennings, Ourika figure la condition féminine, la situation marginale vécue par Ourika étant analogue à celle vécue par les femmes lors de la Restauration. De ce fait, il est impossible de dissocier Ourika de son contexte d'écriture. Les femmes, au début du XIXe siècle, sont dans une situation ambiguë de malaise. En fait, elles sont victimes d'une désillusion : la Révolution française avait promis des droits universels accessibles à tous, or, cette universalité s'est incarnée dans et a été définie par la figure de l'homme et a mis la femme de côté. Le personnage d'Ourika incarne donc ce malaise. Il n'est pas étonnant, conséquemment, que de nombreuses références à l'histoire soient faites tout au long du récit. L'histoire d'Ourika suit les événements de l'Histoire en s'articulant autour de la séquence Ancien Régime - Révolution - Restauration : l'Ancien Régime correspond à l'enfance d'Ourika, alors qu'elle n'a pas encore conscience de son statut de femme noire, la Révolution correspond au moment où elle réalise finalement qu'elle est marginale et la Restauration, finalement, correspond à son retrait au couvent qui lui donne une certaine place dans la société, quoique non satisfaisante. Ce même schéma est également vécu, de façon différente, par toutes les femmes de la société française du début du XIXe siècle qui sont représentées, dans les œuvres de Claire de Duras, par ses personnages.

NotesModifier

  1. Agénor Bardous, La duchesse de Duras, Paris, 1898 p., p.89-90
  2. Agénor Bardoux, La duchesse de Duras, Paris, , p.91
  3. Agénor Bardoux, La duchesse de Duras, Paris, , p.101
  4. Sainte-Beuve, Portraits de femmes, Paris, , p.64
  5. Agénor Bardoux, La duchesse de Duras, Paris, , p.298
  6. Agénor Bardoux, La duchesse de Duras, Paris, , p. IV
  7. Gabriel-Paul-Othenin d'Haussonville, La baronne de Staël et la duchesse de Duras, Paris, , p. 7
  8. Bernard Degout, Madame de Duras et Chateaubriand. Temps cycliques, , p. 725-730
  9. Agénor Bardoux, La duchesse de Duras, Paris, , p. 302
  10. a et b Sainte-Beuve, Portraits de femmes, Paris, , p. 69
  11. Sainte-Beuve, Portraits de femes, Paris, , p. 70
  12. a et b Roger Little, « Ourika, un Bestseller de 1824 », Africulture,‎
  13. a et b Marie-Bénédicte Diethelm, Mémoire de Sophie, Paris, , p. 13
  14. Sylvie Chalaye, Les Ourika du boulevard, Paris, , xiii
  15. Sylvie Chalaye, Les Ourika du boulevard, Paris, , xv
  16. Sylvie Chalaye, Les Ourika du boulevard, Paris, , xxiii
  17. Sylvie Chalaye, Les Ourika du boulevard, Paris, , xxv
  18. Sylvie Chalaye, Les Ourika du boulevard, Paris, , xxxvi
  19. Éric Francalanzana, « Ourika de Claire de Duras (1824), un roman de la conversion à l’aube du XIXe siècle », Revue d’histoire littéraire de la France, vol. 117, no 3, 2017, p. 615-632, p. 615.
  20. Voir Virginie Belzgaou, « Le texte en perspective », dans Madame de Duras, Ourika, Paris, Folioplus classiques, 2010, (ISBN 978-2-07-042433-7), p. 62-142, p. 99.
  21. Roger Little, « Le nom et les origines d’Ourika », Revue d’histoire générale de la France, vol. 98, no 4, 1998, p. 633-637, p.635.
  22. Voir Bertrand Jennings, Chantal., D'un siècle l'autre : romans de Claire de Duras, Chasse au Snark, (ISBN 2-914015-08-9 et 978-2-914015-08-0, OCLC 47673129, lire en ligne)
  23. Voir Ibid., p. 27.
  24. Voir Virginie Belzgaou, Op. cit., p. 91.
  25. Chantal Bertrand-Jennings, Op. cit., p. 27.
  26. Virginie Belzgaou, Op. cit., p. 91.
  27. Claire de Duras, Ourika, Paris, Flammarion, 2010, [1824], 121 p. (ISBN 978-2-0812-4559-4), p. 84.
  28. Virginie Belzgaou, Op. cit., p. 70.
  29. Chantal Bertrand-Jennings, Op. cit., p. 44.
  30. Voir Ibid., p. 44.
  31. Éric Francalanzana, Op. cit., p. 624.
  32. Voir Virginie Belzgaou, Op. cit., p. 79
  33. Ibid., p. 79.
  34. Ibid., p. 70.
  35. Valérie Magdelaine-Andrianjafitrimo, « La Galatée noire ou la force d’un mot : Ourika de Claire de Duras (1823) », Orages (ISSN 1635-5202), no 2 (« L’imaginaire du héros »), 2003, p. 103-123, p. 123.
  36. Voir Ibid., p. 123.
  37. Ibid., p. 104.
  38. Grégoire Fauconnier et Naïl Ver-Ndoye, Noir, Entre peinture et histoire., Paris, Omnisciences, , 238 p. (ISBN 979-1097502003), page 127
  39. Jean-Clément Martin, La nouvelle histoire de la Révolution française, Paris, Perrin, , 640 p. (ISBN 978-2262025960), p. 40-41
  40. Jean-Clément Martin, La Révolution française, 1789-1799, une histoire socio-politique, Paris, Belin, , 320 p. (ISBN 978-2701136974), p. 9
  41. Claire de Duras, Ourika, Paris, Flammarion, 2010 [1824], 121 p. (ISBN 978-2-0812-4559-4), p. 91
  42. Claire de Duras, Ouirka, Paris, Flammarion, 2010 [1824], 121 p. (ISBN 978-2-0812-4559-4), p. 90
  43. Jean-Clément Martin, La Terreur, vérités et légendes, Paris, Perrin, , 240 p. (ISBN 978-2-262-06773-1), p. 106
  44. Claire de Duras, Ouirka, Paris, Flammarion, 2010, [1824], 121 p. (ISBN 978-2-0812-4559-4), p. 97
  45. Claire de Duras, Ourika, Paris, Flammarion, 2010, [1824], 121 p. (ISBN 978-2-0812-4559-4), p. 90
  46. Claire de Duras, Ourika, Paris, Flammarion, 2010, [1824], 121 p. (ISBN 978-2-0812-4559-4), p. 85-86
  47. a b et c (en) Steven Kale, French Salons: High Society and Political Sociability from the Old Regime to the Revolution of 1848, United States, Johns Hopkins University Press, , 320 p. (ISBN 978-0-8018-8386-6), p. 2
  48. (en) Steven Kale, French Salons: High Society and Political Sociability from the Old Regime to the Revolution of 1848, United States, Johns Hopkins University Press, , 320 p. (ISBN 978-0-8018-8386-6), p. 27
  49. (en) Steven Kale, Ourika, United States, Johns Hopkins University Press, , 320 p. (ISBN 978-0-8018-8386-6), p. 4
  50. Claire de Duras, Ourika, Paris, Flammarion, 2010, [1824],, 120 p. (ISBN 978-2-0812-4559-4), p. 82-83
  51. a b c d et e Thibault, « Les Églises et le monde moderne au XIXe siècle », sur Philisto, (consulté le 24 novembre 2019)
  52. Catherine Guyon et alt., Liberté des consciences et religions, enjeux et conflits (XIIIeXXe), Renens, Presse Universitaire de Rennes, , 321 p. (ISBN 978-2753555297), p. 112
  53. a et b Claire de Duras, Paris, Flammarion, 2010, [1824], 120 p. (ISBN 978-2-0812-4559-4), p. 111
  54. Claire de Duras, Ourika, Paris, Flammarion, 2010, [1824], 120 p. (ISBN 978-2-0812-4559-4), p. 83
  55. Paul Rousselot, « Histoire de l'éducation des femmes en France », sur Google livres, (consulté le 24 novembre 2019), p. 322
  56. Paul Rousselot, « Histoire de l,éducation des femmes en France », sur Google livres, (consulté le 24 novembre 2019), p. 362
  57. Paul Rousselot, « Histoire de l'éducation des femmes en France », sur Google livres, (consulté le 24 novembre 2019), p. 363
  58. Paul Rousselot, « Histoire de l'éducation des femmes en France », sur Google livres, (consulté le 24 novembre 2019), p. 284
  59. Traduit en anglais par John Fowles en 1977, Ourika a eu, selon la critique universitaire Eileen Warburton, une certaine influence sur son roman Sarah et le Lieutenant français — cf. Warburton, Eileen (Spring 1996), « Ashes, Ashes, We All Fall down: Ourika, Cinderella, and The French Lieutenant's Woman », in Twentieth Century Literature, vol. 42 (1), p. 165–186.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Prosper de Barante, Madame la duchesse de Duras vient de mourir à Nice, Paris, imprimerie de Porthmann, , 7 p. (disponible sur Gallica), p. 225
  • Agénor Bardoux, La duchesse de Duras: étude sociale et politique, Paris, Calmann Lévy, , 436 p. (disponible sur Gallica)
  • Virginie Belzgaou, « Le texte en perspective », dans Madame de Duras, Folio, coll. « Folioplus classiques », (ISBN 978-2-07-042433-7), p. 62-142
  • Chantal Bertrand-Jennings, « Condition féminine et impuissance sociale : les romans de la duchesse de Duras », Romantisme, vol. 19, no 63,‎ , p. 39-50 (DOI 10.3406/roman.1989.5565)
  • Chantal Bertrand-Jennings, D’un siècle l’autre : romans de Claire de Duras, Jaignes, La Chasse au Snark, , 138 p. (ISBN 2-914015-08-9)
  • Chantal Bertrand-Jennings, « Problématique d’un sujet féminin en régime patriarcal : Ourika de Mme de Duras », Nineteenth-Century French Studies, vol. 23, nos 1-2,‎ automne-hiver 1994-1995, p. 42-59 (JSTOR 23537318)
  • Chantal Bertrand-Jennings, Un autre mal du siècle : le romantisme des romancières, 1800-1846, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, , 166 p. (ISBN 2-85816-783-4, lire en ligne)
  • Michèle Bissière, « Union et désunion avec le père dans "Ourika" et "Édouard" de Claire de Duras », Nineteenth-Century French Studies, vol. 23, nos 3-4,‎ printemps-été 1995, p. 316-323
  • Xavier Bourdenet, « Sentiment, histoire et socialité chez Mme de Duras », dans Catherine Mariette-Clot (dir.) et Damien Zanone (dir.), La tradition des romans de femmes, Paris, Honoré Champion, coll. « Littérature et genre » (no 2), (ISBN 9782745322876), p. 297-312
  • Sylvie Chalaye, Ferdinand de Villeneuve et Frédéric de Courcy, Les Ourika du boulevard, Paris, L'Harmattan, , 130 p. (ISBN 2747556832, présentation en ligne)
  • (en) Michelle Chilcoat, « Civility, Marriare and the impossible French Citizen and the Impossible French Citizen: From Ourika to Zouzou and Princesse Tam Tam », Colby Quarterly, vol. 37, no 2,‎ , p. 125-144
  • (en) Michelle Chilcoat, « Confinement, the Family Institution and the Case of Claire de Duras' Ourika », Esprit Créateur, vol. 38, no 3,‎ , p. 6-16 (DOI 10.1353/esp.2010.0265)
  • (en) Grant Crichfield, Three Novels of Madame de Duras: Ourika, Edouard and Olivier, Paris, Mouton, (ISBN 9783111637143, lire en ligne)
  • (en) Marylee Susan Crofts, Duras’s ‘Ourika’: Race and Gender in Text and Context, (présentation en ligne)
  • Bernard Degout, « Madame de Duras et Chateaubriand. Temps cyclique et temps de la politique », Revue d'histoire littéraire de la France, vol. 116, no 3,‎ (DOI 10.3917/rhlf.163.0725)
  • Martine Delvaux, « Le tiers espace de la folie dans "Ourika", "Juletane" et "L’Amant" », Mots pluriels, no 7,‎ (lire en ligne)
  • Claire de Duras, Ourika, Paris, Flammarion, (1re éd. 1824), 121 p. (ISBN 978-2-0812-4559-4, lire en ligne)
  • Claire de Dufort duchesse de Duras et Marie-Bénédicte Diethelm (ed), Mémoires de Sophie; suivi de Amélie et Pauline: romans d’émigration: 1789-1800, Paris, Éditions Manucius, , 203 p. (ISBN 9782845781368)
  • Thérèse De Raedt, « Ourika : L’Inspiration de Mme de Duras », Dalhousie French Studies, no 73,‎ , p. 19-33
  • Thérèse De Raedt, Ourika en noir et blanc : une femme africaine en France, (présentation en ligne)
  • (en) Thérèse De Raedt, « Ourika in Black and White: Textual and Visual Interplay », Women in French Studies, vol. 12,‎ , p. 45-69 (DOI 10.1353/wfs.2004.0011)
  • (en) Damon DiMauro, « Ourika or Galatea Reverts to Stone », Nineteenth-Century French Studies, vol. 28, nos 3-4,‎ printemps-été 2000, p. 187-211
  • Frantz Fanon, Peau noire, masques blancs, Paris, Seuil, , 239 p. (ISBN 9-7827-5784-1686, DOI 10.1522/030294726)
  • Éric Francalanzana, « "Ourika" de Claire de Duras (1824), un roman de la conversion à l’aube du XIXe siècle », Revue d'histoire littéraire de la France, vol. 117, no 3,‎ , p. 615-632 (JSTOR 26368864)
  • Catherine Guyon, Bruno Maes, Marta Peguera Poch et Anne-Elisabeth Spica, Liberté des consciences et religions: Enjeux et conflits (XIIIe – XXe siècle), Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », (ISBN 9782753555297, présentation en ligne), p. 112
  • Gabriel-Paul-Othenin d’Haussonville, La baronne de Staël et la duchesse de Duras, Paris, Imprimerie du Figaro, , 49 p. (disponible sur Gallica)
  • (en) Doris Y. Kadish, Françoise Massardier-Kenney et al. (préf. Albrecht Neubert), Translating slavery : gender and race in French women's writing, 1782-1823, Kent State Univ Press, (ISBN 9780873384988)
  • (en) Doris Y. Kadish (éd), Francoise Massardier-Kenney (éd) et al. (préf. Albrecht Neubert), « Ourika’s Three Versions: A Comparison », dans Translating Slavery: Gender and Race in French Women’s Writing, 1783-1823, (ISBN 9780873384988, lire en ligne), p. 217-228
  • (en) Doris Y. Kadish, « Rewriting Women’s Stories: Ourika and The French Lieutenant’s Woman », South Atlantic Review, vol. 62, no 2,‎ , p. 74-87
  • (en) Steven Kale, French Salons, Johns Hopkins University Press, , 320 p. (ISBN 978-0-8018-8386-6, OCLC 75989413)
  • (en) Adeline Koh, « Marriage, "Métissage", and Women's Citizenship: Revisiting Race and Gender in Claire de Duras's "Ourika" », French Forum, vol. 38, no 3,‎ , p. 15-30 (JSTOR 43954565)
  • (en) Roger Little, « A Further Unacknowledged Quotation in Césaire: Echoes of Ourika », French Studies Bulletin: A Quarterly Supplement, no 43,‎ , p. 13-16
  • Roger Little, « Le Nom et les origines d’Ourika », Revue d'histoire littéraire de la France, vol. 98, no 4,‎ , p. 633-637
  • Roger Little et Sylvie Chalaye, « Ourika, un best seller de 1824 », Africultures, vol. 3, no 64,‎ , p. 62 à 66 (DOI 10.3917/afcul.064.0062)
  • Valérie Magdelaine-Andrianjafitrimo, « La Galatée noire ou la force d’un mot : Ourika de Claire de Duras (1823) », Orages, no 2 « L’imaginaire du héros »,‎ , p. 103-123 (ISSN 1635-5202)
  • Jean-Clément Martin, La Nouvelle histoire de la Révolution française, Paris, Éditions Perrin, , 585 p. (ISBN 978-2-262-02596-0)
  • Jean-Clément Martin, La Révolution française, 1789-1799, une histoire socio-politique, Paris, Éditions Belin, , 294 p. (ISBN 2-7011-3697-0)
  • Jean-Clément Martin, La Terreur, vérités et légendes, Paris, Éditions Perrin, , 288 p. (ISBN 978-2-262-06773-1)
  • Lisa McNee, « Ourika en famille : mémoire collective et altérité », dans Michael Bishop, Christopher Elson, French Prose in 2000, Amsterdam (Pays-bas), Rodopi, (ISBN 9789042010536, lire en ligne), p. 225-232
  • (en) David O’Connell, « Ourika: Black Face, White Mask », French Review « Spec. issue 6 »,‎ , p. 47-56
  • Anjali Prabhu, « Deux Nègres à Paris : La Voix de l’autre », Romance Languages Annual, no 7,‎ , p. 133-137
  • (en) Sylvie Romanowski, Through Strangers’ Eyes: Fictional Foreigners in Old Regime France, West Lafayette, Purdue University Press, (ISBN 9781557534064, JSTOR j.ctt6wq5bm)
  • (en) Mireille Rosello, « Ourika’s Mal », dans Mary Ellen Birkett et Christopher Rivers (dir.), Approaches to Teaching Duras’s Ourika, New York, The Modern Language Association of America, (ISBN 978-1-60329-019-7), p. 91-96
  • (en) Linda Marie Rouillard, « The Black Galatea: Claire de Duras’s Ourika », Nineteenth-Century French Studies, vol. 32, nos 3-4,‎ printemps-été 2004, p. 207-222
  • Paul Rousselot, Histoire de l'éducation des femmes en France, Paris, Didier et Cie, (présentation en ligne), p. 322-384
  • Sainte-Beuve, Portraits de femmes, Paris, Didier, , 542 p. ([bpt6k201416h.texteImage disponible] sur Gallica)
  • (en) Carol L. Sherman, « Race, Melancholy and Therapeutic Narrative in "Ourika" », Journal for Early Modern Cultural studies, vol. 1, no 1,‎ , p. 88-116
  • Marie-Ange Somdah, « Ourika ou l’univers antithétique d’une héroïne », LitteRealite, vol. 8, no 2,‎ automne-hiver 1996, p. 53-63
  • Thibault, « Les Églises et le monde moderne au XIXe siècle », sur Philisto, (consulté le 24 novembre 2019)
  • (en) Eileen Warburton, « Ashes, Ashes, We All Fall down: Ourika, Cinderella, and The French Lieutenant's Woman », Twentieth Century Literature: A Scholarly and Critical Journal, vol. 42, no 1,‎ , p. 165-186 (DOI 10.2307/441682)
  • (en) Kari Weil, « Romantic Exile and the Melancholia of Identification », Differences: A Journal of Feminist Cultural Studies, vol. 7, no 2,‎ , p. 111-126
  • (en) Kari Weil, « Telling stories of Melancholia: René and Ourika », dans Mary Ellen Birkett et Christopher Rivers (dir.), Approaches to Teaching Duras’s Ourika, New York, The Modern Language Association of America, (ISBN 978-1-60329-019-7), p. 79-84

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :