Otto Nagel

artiste peintre allemand

Otto Nagel, né le à Berlin-Wedding (Empire allemand) et mort le à Berlin-Biesdorf (République démocratique allemande), est un artiste peintre allemand.

BiographieModifier

Né à Berlin-Wedding, Otto Nagel est le fils du menuisier Carl Nagel. Après l'école élémentaire, il commence un apprentissage chez un peintre de vitraux, mais l’interrompt rapidement. En 1912, il rejoint le Parti social-démocrate. Objecteur de conscience lors de la Première Guerre mondiale, il est emprisonné pour avoir refusé de servir. En 1917, il adhère au Parti social-démocrate indépendant d'Allemagne (USPD).

Après la guerre, il réalise ses premières peintures à l'huile et des pastels sous l'influence d'August Macke. Il devient membre du Parti communiste d'Allemagne (KPD) en 1920. Tout au long des années 1920, il est très actif sur la scène artistique berlinoise et fait la connaissance de Käthe Kollwitz, El Lissitzky et de nombreux autres artistes. Devenu secrétaire du Secours ouvrier international, il cofonde en 1922 avec Erwin Piscator le Künstlerhilfe (secours aux artistes). En 1924, Nagel rejoint le Rote Gruppe[1] à Berlin et accompagne une exposition de jeunes artistes en Union soviétique. Il est un ami proche de Heinrich Zille et de Käthe Kollwitz, dont il a administré la succession. Grâce à Otto Nagel, de nombreux écrits sur le travail de celle-ci ont été publiés. En 1925, il épouse la chanteuse et actrice russe Valentina (Walli) Nikitina[2]. De 1928 à 1931, il expose dans le Novembergruppe et cofonde l'Association des artistes visuels révolutionnaires. De 1928 à 1932, il est éditeur et rédacteur en chef du magazine satirique Eulenspiegel.

En 1933, Nagel est élu président de l'Association nationale des artistes en arts visuels d'Allemagne, mais les élections sont annulées par les nazis le lendemain. Une grande partie du travail de Nagel est déclarée « art dégénéré » et détruite. Il lui est interdit de peindre et, de 1936 à 1937, il est incarcéré dans divers camps de concentration nazis, notamment à Sachsenhausen.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Otto Nagel vit et travaille à Bergholz-Rehbrücke (Potsdam), dans le Brandebourg et, plus tard, en République démocratique allemande. En 1945, il est l'un des cofondateurs de l'Association culturelle Kulturbund. En 1952, il s'installe à Berlin-Biesdorf. De 1956 à 1962, il est président de l'Académie des arts. Il meurt à Berlin-Biesdorf en 1967 et est enterré au Zentralfriedhof Friedrichsfelde.

En 1970, il est nommé citoyen honoraire de Berlin à titre posthume.

Récompenses et distinctionsModifier

 
Otto Nagel recevant le Prix Goethe en 1957.

Notes et référencesModifier

  1. Association d'artistes communistes dirigée par George Grosz, John Heartfield et Rudolf Schlichter.
  2. Bernd-Rainer Barth, « Nagel, Otto * 27.9.1894, † 12.7.1967 Maler, Präsident der Deutschen Akademie der Künste », Bundesstiftung zur Aufarbeitung der SED-Diktatur: Biographische Datenbanken (consulté le )

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (de) Erhard Frommhold (de), Otto Nagel. Zeit, Leben, Werk, Berlin, 1974
  • (de) Wolfgang Hütt, Welt der Kunst – Otto Nagel, Henschelverlag. Kunst und Gesellschaft, Berlin, 1984
  • (de) Heinz Lüdecke, Künstler der Gegenwart 1 - Otto Nagel, VEB Verlag der Kunst, Dresde, 1959
  • (de) Gerhard Pommeranz-Liedtke, Otto Nagel und Berlin, VEB Verlag der Kunst, Dresde, 1964

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :