Opération Cottage

opération militaire de la seconde guerre mondiale
Operation Cottage
Description de cette image, également commentée ci-après
Débarquement de troupes américaines à Kiska.
Informations générales
Date 15 août 1943
Lieu Kiska, Territoire de l'Alaska
Issue Victoire tactique japonaise
Belligérants
Drapeau des États-Unis United StatesWar flag of the Imperial Japanese Army.svg Empire du Japon
(non présent)
Drapeau du Canada Canada
Commandants
Drapeau des États-Unis Charles Corlett (en)N/ADrapeau du Canada Harry Wickwire Foster
Forces en présence
7e division d'infanterie légère (États-Unis) 6th Infantry Division (en)
  • 13e brigade d'infanterie
  • Pertes
    92 tués et 221 blessés [1]

    Guerre du Pacifique

    Coordonnées 51° 57′ 36″ nord, 177° 25′ 48″ est

    L'opération Cottage (en anglais : Operation Cottage) est une opération militaire de la fin de la campagne des îles Aléoutiennes lors de la Seconde Guerre mondiale.

    Le , les Alliés débarquent sur l'île de Kiska, qui est occupée par les Japonais depuis . Ces derniers, cependant, avaient secrètement abandonné l'île le . Les débarquements alliés sont donc réalisés sans opposition.

    Malgré cela, après plus de deux jours dans un épais brouillard et dans un état de confusion important, Américains et Canadiens se prennent les uns et les autres pour l'ennemi, tandis qu'ils avancent dans une nature hostile et piégée par les Japonais.

    ContexteModifier

    Les Japonais commandés par le capitaine Takeji Ono débarquent à Kiska vers h le avec environ 500 marines. Peu après leur arrivée, ils s'emparent d'une station météorologique américaine et tuent deux officiers de l'United States Navy et en blessent huit qui sont envoyés au Japon comme prisonniers de guerre.

    Deux mille autres soldats japonais arrivent et débarquent dans le port de Kiska. À ce moment, Monzo Akiyama, un contre-amiral, commande les forces à Kiska. En , des unités anti-aériennes supplémentaires, des ingénieurs et quelques renforts d'infanterie arrivent sur l'île. Au printemps de 1943, le commandement est transféré à Kiichirō Higuchi.

    Plan d'invasion et bombardementsModifier

     
    Invasion alliée de Kiska,

    Un Consolidated B-24 Liberator repère des navires japonais à Kiska[Quand ?]. Aucune autre identification n'est visible. Pour les stratèges de la marine des États-Unis, cette indication est suffisante et les ordres d'envahir Kiska suivent bientôt, le [2]. Les Américains estiment la garnison japonaise entre 7 000 et 8 000 hommes[2]. Pendant le mois de juin, juillet puis début août, l'île est bombardée régulièrement par la 11th USAAF, dont les avions sont basés sur les îles voisines d'Attu, Shemya, Amchitka et Adak. Fin juillet, alors que les conditions météo s'améliorent, les bombardements s'intensifient, culminant le [2].

    En raison des lourdes pertes essuyées à la bataille d'Attu, les Américains s'attendent à une autre opération coûteuse en termes de pertes. Les planificateurs tactiques japonais ont cependant réalisé que l'île isolée n'est plus défendable et préparent une évacuation.

    Évacuation japonaiseModifier

    Le , le vice-amiral Tetuo Akiyama ordonne l'évacuation de Kiska. 700 Japonais sont d'abord évacués en sous-marin, puis les 7 000 soldats restants en navires de transport le , profitant du brouillard pour passer inaperçus[2].

    Bien que discrets, des signes de retraite des Japonais sont perceptibles. Les canons anti-aériens, autrefois actifs pendant les bombardements de Kiska, sont silencieux quand les avions alliés les survolent dans les jours qui précèdent l'invasion. De même, une reconnaissance aérienne début août montre que de nombreux bâtiments ont été détruits sans avoir été touchés par des bombardements, et qu'une dizaine de barges n'est plus sur l'île, tandis que les camions sont restés au même endroit[2].

    Débarquement alliéModifier

    Cependant, le commandement allié refuse de croire à une évacuation et estime que les combattants japonais se sont retranchés à l'intérieur de leurs défenses ; d'autre part, aucun navire de transport n'ayant été repéré par les Américains, ces derniers ne veulent pas prendre de risques et prévoient 34000 soldats pour prendre possession de l'île[2].

    Le , la 7e division américaine et la 13e brigade d'infanterie canadienne débarquent sur les rives opposées de Kiska. Après deux jours de « combats », les troupes au sol comptent 22 morts et 174 blessés, victimes de tirs amis, de mines et pièges laissés par les Japonais, d'accidents, etc. Au mouillage, une mine marine japonaise errante entraîne la perte d'une grande partie de la poupe du USS Abner Read (DD-526). L'explosion tue 70 hommes d'équipage et en blesse 47[1].

    Notes et référencesModifier

    1. a et b Opération Cottage : A Cautionary Tale of Assumption and Perceptual Bias
    2. a b c d e et f (en) The Army Air Forces in World War II, Volume Four: The Pacific, Guadalcanal to Saipan, August 1942 to July 1944, DIANE Publishing (ISBN 978-1-4289-1589-3, lire en ligne), p. 387-391

    Voir aussiModifier

    BibliographieModifier

    Liens externesModifier

    Sur les autres projets Wikimedia :

    Source de la traductionModifier