Opéra national en région

Un opéra national en région est, en France, un opéra situé hors de l'Île-de-France, auquel le ministère de la Culture a décerné un statut d'« opéra national », à l'instar de l'opéra national de Paris. Ce label a été attribué à partir de 1996 à six opéras, qui se distinguent parmi le réseau des treize opéras en région.

ListeModifier

Les opéras nationaux en région sont au nombre de six[1] :

Cahier des chargesModifier

Les opéras ainsi labellisés doivent respecter un cahier des charges défini dans un contrat passé entre l'État et les collectivités territoriales responsables de l'établissement, pour une durée de cinq ans[3]. Les objectifs de ce contrat reflètent la politique culturelle de l'État[4] et sont de plusieurs ordres[3] :

  • artistique : qualité et programmation couvrant toutes les époques, y compris contemporaine ;
  • professionnel : entretien de troupes permanentes et insertion de jeunes artistes ;
  • territorial : représentations en région ;
  • social : sensibilisation de nouveaux publics.

AvantagesModifier

En contrepartie, le label d'opéra national en région permet de bénéficier de subventions de l'État et du conseil régional[5].

StatutsModifier

Ces opéras sont de statuts juridiques variés : associations (Lyon et Montpellier), régies municipales (Bordeaux, Nancy et Toulouse), ou syndicat intercommunal (Opéra national du Rhin) ; à titre de comparaison, l'opéra national de Paris est un EPIC[4].

EfficacitéModifier

En 2020 est rendu public un rapport de l'Inspection générale des affaires culturelles (IGAC) de 2018 sur les opéras nationaux en région[6], assez critique sur l'efficacité du dispositif[7].

RéférencesModifier

  1. « 50 ans de politique musicale du ministère de la Culture », médiathèque de la Cité de la musique, section 1-b-1, p. 4.
  2. Arrêté du portant attribution du label « Opéra national en région » au Théâtre du Capitole, sur Légifrance.
  3. a et b « Les principaux réseaux et programmes financés par le ministère de la Culture : Théâtres lyriques en région », Repères, DMDTS, no 3, février 2008, p. 10, sur le site du ministère de la Culture.
  4. a et b Sylvie Saint-Cyr (préf. Robert Abirached), Vers une démocratisation de l'opéra (d'après Les jeunes publics à l'opéra, thèse de doctorat à Paris-X, 2003), L'Harmattan, coll. « Logiques sociales / Musiques et champ social », , 359 p. (ISBN 2-7475-9917-5), p. 74–76 [lire en ligne].
  5. Bui-Xuan 2008, p. 58.
  6. Bertin et Meyer-Lereculeur 2018.
  7. Julien Bouvet, « Quelle place pour les opéras labellisés « opéra national en région » après la crise du Covid-19 ? », sur Toute la culture, .

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Olivia Bui-Xuan, « Opéra et décentralisation », dans Mathieu Touzeil-Divina (dir.) et Geneviève Koubi (dir.), Droit et Opéra (colloques des et , tenus successivement à l'Opéra national de Paris et à la Faculté de droit et des sciences sociales de Poitiers, organisés par le Centre d'études et de recherches, Fondements du droit public, Cergy-Pontoise, et la Faculté de droit et des sciences sociales de l'Université de Poitiers), LGDJ et Université de Poitiers, coll. « Collection de la faculté de Droit et des sciences sociales de l'Université de Poitiers » (no 30), , 374 p. (ISBN 978-2-275-02800-2, HAL hal-02176581), p. 55–63.
  • Johanne Tremblay, Bernard Schiele (dir.) et Emmanuel Ethis (dir.), Aux pieds du grand escalier : Ce que donne à voir l'attribution par le ministère de la Culture et de la Communication d'un label de « qualité » sur les opéras (nationaux) de région en France (thèse de doctorat), Université d'Avignon et des pays de Vaucluse et Université du Québec à Montréal, (HAL tel-00671908, résumé).
  • Marie Bertin et Catherine Meyer-Lereculeur, Les Opéras nationaux en région : État des lieux et scénarios d'évolution (rapport no 2018-11), Inspection générale des affaires culturelles, [lire en ligne] [lire en ligne].

Articles connexesModifier