OCP Répartition

Office commercial pharmaceutique
logo de OCP Répartition

Création 1924
Fondateurs Piot, Lemoine, Royer / J.Meveau & cie / Michelat Somillard & cie (3 entreprises)
Forme juridique SAS
Slogan Avec vous, pour vous, une nouvelle santé est en marche
Siège social Saint-Ouen
Drapeau de France France
Direction Hubert Olivier Président
Actionnaires Mc Kesson, Celesio
Activité Commerce de gros de produits pharmaceutiques (APE 4646Z)
Filiales Pharmactiv, Depotrade
Effectif 3 220 au 31 mars 2018 (effectif moyen annuel déclaré)
SIREN 388698201Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web http://www.ocp.fr

Chiffre d'affaires 5 707 100 K€ au 31 mars 2018
Résultat net 12 055 K€ au 31 mars 2018[1]

OCP Répartition, est une entreprise française spécialisée dans la distribution de produits et de services de santé à forte valeur ajoutée.

Historique de l’entrepriseModifier

L’OCP nait en 1924 de la fusion de 3 sociétés familiales exerçant la même activité de «commissaires en spécialités de la place de Paris», les sociétés Piot, Lemoine et Royer, J.Merveau & Cie et Michelat, Souillard & Cie. Les statuts de la nouvelle société, l’Office Commercial Pharmaceutique, au capital de 12 millions de francs, sont publiés le dans La Gazette du Palais.

1924 à 1934 : L’OCP organise ses établissements parisiens et développe son réseau de vente en province. En 1937, OCP compte 2 grandes succursales à Paris plus les Dépôts Généraux, 55 points de vente en province et emploie 1 600 collaborateurs.

1935 à 1945 : L’OCP affronte différentes épreuves

  • Épreuve commerciale puisque la société est confrontée à une vive concurrence de la part des coopératives et entreprises confraternelles locales, ancêtres des shorts-liners contemporains. L’OCP réagit en réajustant l’activité de certains établissements, en adoptant une nouvelle logique commerciale permettant de pratiquer de meilleurs prix et en ouvrant 26 nouveaux dépôts de proximité.
  • Épreuve sociale avec les mouvements sociaux de 1936 qui vont permettre l’ouverture d’un dialogue social.
  • Épreuve historique avec la Seconde Guerre mondiale durant laquelle l’entreprise s’organise et adapte son service pour continuer à assurer la livraison aux pharmaciens.

1945 à 1958 : À partir de 1946, avec la création de la Sécurité sociale, synonyme de droit à la santé pour tous, la consommation de médicaments croit fortement. L’OCP doit faire face à un double défi : reconstruire et mettre un nombre de plus en plus important de médicaments à la disposition de sa clientèle officinale.

1958 à 1977 : Ces années sont caractérisées par des changements importants de l’environnement économique de l’entreprise : réduction autoritaire du taux de marge, introduction de la TVA dans la comptabilité, réglementation plus stricte, engorgement des centres-villes. S’adaptant à ces nouveaux défis, l’OCP met en route de nouvelles installations rue des Ardennes à Paris (19e arrondissement), s’informatise, aménage son réseau de points de distribution tout en continuant à l’agrandir…

1977 à 1994 : OCP développe des activités d’orthopédie, de maintien à domicile, de vétérinaire, modernise l’outil de travail, crée des prestations complémentaires pour le pharmacien comme le merchandising, la formation et les outils de gestion de l’officine.

La deuxième étape est le déploiement d’une stratégie internationale : acquisition de filiales de répartition en Europe (Belgique, Pologne, Portugal, Espagne, Italie), acquisition du répartiteur américain Ketchum, création de Tredimed en association avec le répartiteur allemand Gehe et l’anglais AAH. En 1993, Gehe prend le contrôle du groupe OCP pour faire de l’ensemble le leader européen de la répartition pharmaceutique.

1994 à 2004 : La décennie est marquée par l’infléchissement de la croissance du marché sous la contrainte de la maitrise des dépenses de santé. La société est obligée de rationaliser son réseau, d'automatiser ses établissements et de transférer son établissement parisien sur le site de Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis.

En 1998 sont créés le site internet professionnel, lance la base de données documentaire Clickadoc accessible sur cédérom et en ligne et créé le centre d’appels Pharmaliens. En 2003, Gehe devient Celesio premier distributeur européen présent dans 14 pays.

Depuis 2004 : Avec le vieillissement de la population, les progrès thérapeutiques, l’expiration des brevets des médicaments blockbusters, c’est tout le modèle économique de l’industrie et de la distribution du médicament qui est remis en cause. De nouvelles relations s’instaurent entre les laboratoires pharmaceutiques, les officines et les répartiteurs.

Métiers de l’OCPModifier

  • La distribution de près de trois millions de produits dans les 16 500 pharmacies de ville et d’hôpitaux.
  • L’aide à l’installation[2].
  • La formation et le conseil via un centre d'appel, des offres documentaires et un site internet.
  • Les services aux laboratoires.

Métier de grossiste répartiteurModifier

Le grossiste répartiteur est un expert logistique au service de la santé publique[3]. L’accès du produit de santé pour tous serait en effet impossible sans l’implication quotidienne de cet acteur. Il caractérise le lien indispensable entre l’industrie pharmaceutique et les pharmaciens[4]. En , les grossistes-répartiteurs représentent 79 % de l’approvisionnement des pharmacies.

Répartis sur l’ensemble du territoire français, les établissements de Répartition sont garants d’une mission de service public confiée par l’État, garantissant des approvisionnements rapides et sûrs.

Bonnes pratiques de distributionModifier

L’exercice du métier de répartiteur est encadré par une réglementation européenne, transposée en droit français à travers un « Guide des bonnes pratiques de distribution ». Ce dernier a été transposé en droit français en 2000 et représente une assurance de qualité des opérations réalisées par cet acteur. En France, l’organisme contrôlant l’application de cette réglementation est l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé, l’ANSM (http://ansm.sante.fr) .

Les grossistes répartiteurs ont six obligations[5] :

  • Compter à sa tête un pharmacien responsable et un ou plusieurs pharmaciens assistants[6]
  • Desservir sur son secteur d’activité déclaré toutes les pharmacies qui en font la demande
  • Référencer au moins 9/10e des médicaments
  • Disposer d’un stock permettant de satisfaire au moins 15 jours d’approvisionnement
  • Livrer tout médicament dans les 24 heures
  • Assurer un service d’astreinte les week-ends et jours fériés dans les situations d’urgence[7]

ActeursModifier

Les contraintes réglementaires strictes du métier et le contexte économique concurrentiel ont contribué à la concentration du secteur de la répartition pharmaceutique. Quatre acteurs réalisent près de 98 % des ventes : OCP, Alliance Healthcare France, le réseau CERP et Phoenix Pharma.

BibliographieModifier

  • La route du médicament - OCP Répartition 1994
  • Parole d’hommes au service de la santé - OCP Répartition 2004
  • La distribution pharmaceutique en France - Olivier Le Guisquet, Jean Lorenzi (ISBN 2-84299-282-2)

Notes et référencesModifier

  1. https://www.verif.com/societe/OCP-REPARTITION-388698201/
  2. www.nouveau.ocp.fr/ OCP et vous/ Installation
  3. La Répartition Pharmaceutique (Panorama) / Chambre Syndicale de la Répartition Pharmaceutique
  4. http://www.csrp.fr/opencms/sites/fr/repartition/presentation.html
  5. http://www.csrp.fr / Réglementation et économie/ Réglementation de l'activité
  6. Article L5124-2/ Code de la Santé publique "Toute entreprise qui comporte au moins un établissement pharmaceutique doit être la propriété d'un pharmacien ou d'une société à la gérance ou à la direction générale de laquelle participe un pharmacien. Elle peut être, en tout ou partie, concédée en location-gérance à une société.[…]")
  7. L5124-17-1 / Code de la Santé Publique " Un système d'astreinte est organisé pour répondre aux besoins urgents en médicaments en dehors des jours d'ouverture généralement pratiqués par les grossistes-répartiteurs sur leur territoire de répartition.[…]"