Noyer du Queensland

Macadamia integrifolia

Le noyer du Queensland (Macadamia integrifolia) est un arbre de la famille des Proteaceae originaire des forêts tropicales du Queensland (Australie)[1] et cultivé pour son fruit, la noix du Queensland ou noix de macadamia.

Le nom générique de « Macadamia » a été donné à cette plante en l'honneur de John Macadam (1827–1865), chimiste et médecin australien d'origine écossaise.

DescriptionModifier

Le macadamier est un grand arbre pouvant atteindre jusqu'à 15 m de haut.

Les feuilles persistantes sont entières, coriaces, de forme allongée, bordées de dents espacées, de couleur vert sombre.

Le fruit - appelé noix de macadamia - est une noix ronde, dont la taille est intermédiaire entre celle d'une noisette et celle d'une petite noix. La coque, très solide et résistante, est recouverte d'une enveloppe charnue assez mince, verte et brillante. L'amande, de couleur blanche, de goût assez fin, est très riche en lipides : 78 %.

Le macadamier est cultivé en Australie ainsi qu'à Hawaii, en Californie (États-Unis) et au sud de la péninsule Ibérique. Le bois, d'excellente qualité, est apprécié en ébénisterie. L'arbre est aussi très ornemental.

CultureModifier

Le macadamier exige un sol acide et drainé et ne supporte que des gels brefs et légers (-2 °C).

Les sélections fruitières visent à obtenir des fruits de grande taille. Elles sont généralement greffées sur franc, la germination des noix fraiches est facile. Un arbre greffé produit vers l'âge de 5 ans.

La fleur est hermaphrodite, l'interfécondation n'est pas nécessaire à obtenir un bon rendement. Les fruits arrivent à maturité en janvier (hémisphère nord), juillet (hémisphère sud), ils se présentent en grappes.

Dans les 3 jours suivants la récolte on pratique un premier séchage en vue de sortir les noix des bogues. Les noix sont ensuite séchées de façon à libérer l’amande de la coque (on l’entend en secouant la noix). L’amande fraiche est adhérente et a un gout de noix de coco, après séchage elle acquiert le gout de noix de macadamia. Le séchage facilite également l’ouverture de la coque, extrêmement dure et qui nécessite des casse-noix puissants.

L’arbre a tendance à rejeter du pied et du porte-greffe, il doit être taillé pour former un tronc. Son ombre, froide et dense ne permet pas une culture sous macadamier.

SynonymesModifier

Autres noms vernaculaires : macadamier, noisetier d'Australie, noix marteau. Elle peut aussi être appelée Macadamia ternifolia auct. non F.Muell., mais ce terme est source de confusion avec l'espèce voisine Macadamia ternifolia F.Muell..

Statut de conservationModifier

À l'état sauvage, il reste moins de 1 000 arbres et l'espèce est donc considérée par l'Australie[2] et par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) comme étant une espèce vulnérable[3].


Espèces voisinesModifier

Les deux espèces suivantes, très proches, sont également cultivées comme « macadamiers », leurs fruits étant comestibles eux aussi :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. Jean Guillaume, Ils ont domestiqué plantes et animaux : Prélude à la civilisation, Versailles, Éditions Quæ, , 456 p. (ISBN 978-2-7592-0892-0, lire en ligne), « Annexes ».
  2. Nature Conservation Act 1992 du Parlement du Queensland, et Environment Protection and Biodiversity Conservation Act 1999 du Parlement australien.
  3. « Plus de 3 000 animaux et végétaux rejoignent la liste rouge des espèces menacées », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :