Nouvelle économie keynésienne

courant de pensée économique

La nouvelle économie keynésienne est un courant de pensée économique né dans les années 1980. Héritière du keynésianisme, elle cherche à améliorer la synthèse néoclassique en lui fournissant notamment des fondements microéconomiques solides. Cette école se fonde ainsi sur une explication de la rigidité des prix.

Elle est concurrente, au sein de la famille keynésienne, du post-keynésianisme, et plus largement, de la nouvelle économie classique. Les économistes nouveaux keynésiens les plus cités sont Joseph Stiglitz, George Akerlof, James Mirrlees et Michael Spence, Janet Yellen, Gregory Mankiw, Olivier Blanchard et Lawrence Summers[1].

Fonds théoriqueModifier

Imperfections des marchésModifier

Les nouveaux keynésiens, contrairement à la nouvelle économie classique, ne croient pas que les marchés s'équilibrent rapidement en suivant la loi de l'offre et de la demande. En effet, pour eux, les salaires et les prix ne sont pas flexibles mais visqueux (sticky prices)[2]. En plus de cela, les marchés souffrent de défauts de coordination et de « mauvais » équilibres de sous-emploi[3]. Gregory Mankiw affirme ainsi que le cœur de la NEK est la perception du système économique comme un « système d'équilibre général dynamique qui dévie d'une allocation efficiente des ressources sur le court terme à cause de prix « visqueux » et peut-être de nombre d'autres imperfections du marché »[4].

Les nouveaux économistes keynésiens considèrent les marchés comme n'ayant pas de prix flexibles. Contrairement à ce que soutient la théorie libérale, les entreprises sont plus souvent price makers que price takers[5]. Les salaires sont rigides du fait de différents facteurs internes à l'entreprise : changer les prix, ou les salaires, peut avoir un coût élevé pour l'entreprise, voire être impossible (conventions collectives, accords de branche). Les rigidités salariales nuisent à l'ajustement du marché. En plus de cela, les entreprises ont parfois intérêt à rémunérer leurs salaires au-delà du salaire d'équilibre[6]. L'idée est qu'il est difficile d'ajuster continuellement les prix et que les changements de prix ont des externalités à savoir qu'ils n'affectent pas que la firme et ses clients[7].

Viscosité des prixModifier

Les prix et les salaires ne s'ajustent pas, selon la NEK, de manière automatique. Ils sont en effet non pas fluides, mais visqueux (sticky), ce qui explique qu'ils requièrent du temps pour se modifier. Or, ce postulat des prix visqueux a des conséquences en chaîne sur toute la théorie : dès lors que les prix ne s'ajustent pas, cela signifie que la politique monétaire peut être réhabilitée, et que les défaillances de marché (market failures) sont possibles[8].

La NEK a ainsi cherché à comprendre les causes de la viscosité des prix et des salaires, à travers des concepts comme le coût de catalogue, ou encore le salaire d'efficience[8].

Asymétries d'informationModifier

La nouvelle économie keynésienne soutient que les marchés ne peuvent être parfaits car ils sont nécessairement marqués par l'asymétrie d'information. Les agents économiques ne sont pas omniscients, et ont une capacité de discernement imparfaite, ce qui entraîne des défaillances de marché. À partir de ce postulat, la NEK peut théoriser la sélection adverse étudiée par Akerlof[7].

Monnaie activeModifier

La NEK réintroduction l'idée d'une monnaie active, c'est-à-dire qui peut avoir des effets sur des grandeurs réelles, comme l'emploi et la croissance, au moins sur le court terme[8]. Cette monnaie peut être neutre dans certains cas[9].

Thèses principalesModifier

Accélérateur financierModifier

Reprenant la théorie de l'accélérateur d'investissement, les économistes de la NEK créent la théorie de l'accélérateur financier. Une récession augmente le risque pour les banques secondaires, qui réduisent le flux de crédits qu'elles accordent aux entreprises et aux ménages. Ce tarissement du crédit réduit les opportunités de dépenses, et donc accentue la récession. Le phénomène est d'autant plus fort que les banques subissent une asymétrie d'information : leur hypervigilance est due à ce qu'elles ne savent pas si elles peuvent faire confiance aux agents à qui elles voudraient prêter[8].

Cycles économiquesModifier

La NEK s'oppose à la conception des nouveaux classiques selon laquelle « les cycles s'expliquent par des chocs monétaires ou réels imprévisibles »[10]. La NEK considère que « les récessions sont provoquées par quelque grande défaillance du marché. Aussi la nouvelle économie keynésienne justifie-t-elle dans certains cas l'intervention du gouvernement en économie »[4].

ChômageModifier

La NEK réintroduit la notion de chômage involontaire refusée par la NEC. La NEK considère que le marché ne peut s'autoréguler pour réduire le chômage. Des salaires élevés permettent une hausse de la productivité des travailleurs ; une baisse réduirait leur productivité, et donc conduirait à une hausse du chômage[11].

Interventions étatiquesModifier

La NEK soutient que les marchés ne s'autorégulent pas du fait de certaines de leurs failles, regroupées sous le vocable de défaillances de marché (market failures). Ces failles sont en partie liées, pour certaines, au fait que les salaires et les prix ne s'ajustent pas automatiquement à la baisse ou à la hausse lors d'un choc économique, car ils sont sticky (visqueux). Dès lors, la NEK considère l'État comme une puissance positive lorsque ses politiques permettent de lutter contre les rigidités et de maximiser le bien-être collectif[12].

Les orientations principales des politiques publiques doivent être celles des restrictions des monopoles, réduire les imperfections de marché, assurer le service de biens publics, stabiliser l'environnement macroéconomique, réguler les revenus pour réduire la pauvreté et les inégalités, et définir des droits de propriété pour internaliser les externalités positives[12].

Politique monétaireModifier

La NEK réintroduit la possibilité pour la politique monétaire d'influer sur l'emploi et à la production[4]. Elle s'oppose ainsi aux nouveaux classiques, et est en cela plus proche des monétaristes. La possibilité de la politique monétaire à avoir un effet réel est liée à ce que les salaires et prix ne s'ajustent pas automatiquement. La gestion de la monnaie a des conséquences sur les variables réelles[13].

La baisse du taux d'intérêt incite les agents à arbitrer en défaveur de l'épargne et de l'investissement, et en faveur de la consommation ; la demande, qui augmente, stimule la demande de travail, ce qui provoque une hausse du salaire réel. Cette hausse incite les agents à travailler davantage, permettant l'accroissement de l'activité économique[14].

Concepts clefsModifier

Anti-sélection et aléa moralModifier

La NEK pense la sélection adverse et l'aléa moral comme des causes de l'imperfection des marchés et de la viscosité des prix. L'asymétrie d'information est ici clef : une des parties (par exemple, le salarié) a une meilleure information que l'autre, ce qui conduit à un fonctionnement inefficient des marchés[8].

Il y a une sélection adverse lorsque l'asymétrie d'information a lieu avant la signature d'un contrat : l'acheteur ne connaissant qu'imparfaitement le produit acheté (ou la productivité du salarié), il peut exiger un prix plus élevé. L'aléa moral a lieu lorsque le comportement d'un agent économique face au risque se modifie après la signature d'un contrat qui l'assure contre ce risque : sachant qu'il bénéficie d'une protection contre ce risque, son comportement se fait plus risqué[8].

Salaire d'efficience et salaire de réserveModifier

La NEK explique la difficulté à atteindre l'équilibre sur le marché du travail par des rigidités dues à la fixation par les entreprises de salaires qui ne correspondent pas à la productivité du salarié. En 1984, Carl Shapiro et Joseph Stiglitz créent le concept de salaire d'efficience : l'asymétrie d'information subie par les employeurs au sujet de la productivité des employés les incite à fixer un salaire supérieur à celui qu'ils devraient recevoir afin de les inciter à travailler au mieux[15].

Ce concept amène celui de salaire de réserve. Dans le cas où l'employé reçoit un salaire qui est au niveau de sa productivité, il ne perd théoriquement rien à changer d'emploi, et peut donc « relâcher » ses efforts au travail.

Contrat impliciteModifier

Les nouveaux économistes keynésiens ont établi la théorie du contrat implicite. Les salariés sont réputés pour avoir une aversion au risque (risk adverse). Dès lors, on peut supposer que l'entreprise lisse le salaire nominal ou réel dans le cycle économique, sous la forme d'une prime sur les salariés contre l'assurance de ce que leur salaire ne variera pas avec le cycle[8].

Fragmentation du marché du travailModifier

La NEK étudie le marché du travail et le considère comme fragmenté. Cette fragmentation est due à l'antagonisme entre les insiders et les outsiders théorisée par Paul Osterman. Les insiders sont les salariés avec un contrat stable (les titulaires d'un CDI), et les outsiders sont les travailleurs précaires ou chômeurs. Les outsiders dont il est question, souvent jeunes et peu qualifiés, nouveaux venus sur le marché du travail, seraient prêts à travailler pour un salaire moins élevé que celui des insiders (leur salaire de réserve est plus faible), alors qu'on ne leur en laisse pas la possibilité du fait de la pression exercée par les insiders.

Effet d'hystérèseModifier

L'effet d'hystérèse, qui trouve son origine dans une notion de physique, est le nom donné par Olivier Blanchard au phénomène selon lequel, dans une économie, le chômage peut persister même si les causes d'origine du chômage ont disparu. Quand l'explication originelle du chômage (une crise conjoncturelle par exemple) n'est plus là, le chômage peut se maintenir à un niveau élevé en raison, par exemple, de la baisse d'employabilité et de la moindre confiance des employeurs envers des personnes qui sont restées longtemps au chômage.

Coûts de catalogueModifier

Les coûts de catalogue (menu costs) font partie des imperfections qui peuvent conduire à des défaillances de marché. Selon cette théorie, les entreprises ne changent pas leurs prix car les changer exige un coût d'adaptation. Les entreprises évitent ainsi les petites variations de prix. Plutôt que de modifier le prix, les entreprises vont souvent jouer sur d'autres variables, comme la qualité, la quantité (réduflation) ou les délais[16].

Nouvelle courbe de PhilipsModifier

La NEK a développé une version mise à jour de la courbe de Phillips fondée sur l'écart de production[8].

Modèle WS-PSModifier

La NEK a mis en place un nouveau modèle explicatif du chômage, qui se fonde sur la boucle de rétroaction entre le salaire et le chômage. Mettant en place une alternative à la courbe de Philips, les économistes de la NEK créent ainsi un modèle à fondement microéconomique d'envergure macroéconomique[17].

Critiques et limitesModifier

Ressemblances avec la nouvelle économie classiqueModifier

Les nouveaux keynésiens s'opposent bien aux nouveaux classiques, dont les prescriptions sont marquées par le laissez-faire. Toutefois, certains estiment qu'il s'agit d'une « victoire à la Pyrrhus » pour la NEK : faisant de la viscosité des prix le cœur de sa théorie, ses conclusions sont le plus souvent qu'il faut s'opposer aux rigidités qui faussent le fonctionnement du marché en flexibilisant les salaires[18]. Il y a ainsi une véritable rupture avec Keynes, en ce que ce dernier craignait, lorsque la demande effective est trop faible, les adaptations du marché par la baisse des prix et des salaires, qui rend possible une spirale déflationniste[8].

Gregory Mankiw, lui-même affilié à la NEK, considère que si cette école de pensée a des éléments proprement keynésiens, elle se rapproche plus du monétarisme que du keynésianisme originel[19]. James K. Galbraith soutient que « les différences entre eux sont à la fois secondaires et obscures »[20].

Manque d'unificationModifier

Pierre Dockès relève que la nouvelle économie keynésienne, malgré ses apports, est encore loin d'être unifiée dans une doctrine. Ainsi, nous sommes « en présence d'un corpus désarticulé », cette école ayant « un caractère hybride, polymorphe », l'empêchant de déboucher sur une politique économique alternative[8].

OppositionsModifier

Les post-keynésiens critiquent la NEK en considérant que ses modèles, qui ne prennent pas en compte les frictions monétaires, donnent des résultats erronés. Ils considèrent que la politique monétaire a des effets à long terme sur les quantités réelles[21].

Notes et référencesModifier

  1. Clerc, 2007, p. 1
  2. Stiglitz, 2004, p. 314
  3. Gilbert Abraham-Frois, « La macroéconomie en l'an 2000 », Revue économique, vol. 52, no 3,‎ , p. 481–493 (DOI 10.2307/3502863, lire en ligne, consulté le )
  4. a b et c Mankiw,2008, p.4, consulté le 08/03/2009
  5. Marc Montoussé et Dominique Chamblay, 100 fiches pour comprendre les sciences économiques, Editions Bréal, (ISBN 978-2-7495-0499-5, lire en ligne)
  6. Philippe Deubel, Marc Montoussé et Serge d' Agostino, Dictionnaire de sciences économiques et sociales, Editions Bréal, (ISBN 978-2-7495-0512-1, lire en ligne)
  7. a et b Mankiw, 2008, p. 3
  8. a b c d e f g h i et j Pierre Dockès, Le capitalisme et ses rythmes, quatre siècles en perspective: Tome 2, Splendeurs et misère de la croissance, 2 volumes, Classiques Garnier, (ISBN 978-2-406-11155-9, lire en ligne)
  9. Robert J. Gordon, « What Is New-Keynesian Economics? », Journal of Economic Literature, vol. 28, no 3,‎ , p. 1115–1171 (ISSN 0022-0515, lire en ligne, consulté le )
  10. Pascal Combemale, 2008, p. 17
  11. (en) David A. Dieterle, Economics: The Definitive Encyclopedia from Theory to Practice [4 volumes], ABC-CLIO, (ISBN 978-0-313-39708-0, lire en ligne)
  12. a et b (en) Xiaoming Sun, World Health Systems, John Wiley & Sons, (ISBN 978-1-119-50892-2, lire en ligne)
  13. Gregory N. Mankiw et Mark P. Taylor, Principes de l'économie, De Boeck Superieur, (ISBN 978-2-8073-1321-7, lire en ligne)
  14. Virginie Monvoisin, Éric Berr, Jean-François Ponsot et James K.. Galbraith, L'économie post-keynésienne : histoire, théories et politiques, dl 2018 (ISBN 978-2-02-137788-0 et 2-02-137788-1, OCLC 1056851742, lire en ligne)
  15. Equilibrium unemployment as a worker discipline device. Shapiro, Carl & Joseph E. Stiglitz (1984) American Economic Review, 74 (3), 433-444
  16. Dennis W. Carlton, « Chapter 15 The theory and the facts of how markets clear: Is industrial organization valuable for understanding macroeconomics? », dans Handbook of Industrial Organization, Elsevier, (lire en ligne), p. 909–946
  17. Hoang-Ngoc Liêm, Salaires et emploi: Une critique de la pensée unique, La Découverte (réédition numérique FeniXX), (ISBN 978-2-348-02692-8, lire en ligne)
  18. Combemale, 2008, p. 18
  19. Ghislain Deleplace et Christophe Lavialle, Maxi fiches - Histoire de la pensée économique - 2e éd., Dunod, (ISBN 978-2-10-077094-6, lire en ligne)
  20. (en) James K. Galbraith, « Who Are These Economists, Anyway? », The NEA Higher Education Journal,‎ (lire en ligne [PDF])
  21. (en) Geoffrey Harcourt et Peter Kriesler, The Oxford Handbook of Post-Keynesian Economics, Volume 1: Theory and Origins, OUP USA, (ISBN 978-0-19-539076-6, lire en ligne)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (fr) Denis Clerc, 1999, « Nouveaux keynésiens, les chantres du salaire d'efficience », Alternatives économiques, n°168, .
  • (en) Joseph Stiglitz, Carl E. Walsh, 2004, Principes d'économie moderne, De Boeck.
  • (fr) Denis Clerc, 2007, « Les nouveaux keynésiens », Alternatives économiques pratique, n°31, .
  • (fr) Pascal Combemale, « Keynes et les keynésiens », Cahiers français n°345, juillet-.
  • (en) Gregory Mankiw, 2008, « New Keynesian Economics », The Concise Encyclopedia of Economics Lire en ligne
  • (en) Gregory Mankiw, « The Macroeconomist as Scientist and Engineer », NBER Working Paper 12349, Lire en ligne
  • (fr)[PDF] La nouvelle macroéconomie, autisme-économie,