Notre-Dame du Bon Secours

titre avec lequel la Vierge Marie est vénérée

Notre-Dame de Bon Secours
Image illustrative de l’article Notre-Dame du Bon Secours
Statue en céramique de la Vierge du Bon-Secours conservée dans l'église principale de Castellammare del Golfo.
Vénérée par l’Église catholique

La Bienheureuse Vierge Marie du Secours, également appelée (la) « Succurre Miseris » ou simplement Notre-Dame du Bon Secours (ou « de bon secours »), est l'un des noms avec lesquels l'Église catholique vénère la Vierge Marie, mère de Jésus.

Cette dévotion débute auXIVe siècle dans la péninsule italienne et, portée par les Augustins, elle se répand dans toute l'Europe et le monde chrétien. De multiples églises, chapelles et sanctuaires sont dédiés à la « Vierge du bon secours », sur tous les continents.

Au niveau de l'iconographie, elle est généralement représentée portant l'Enfant-Jésus dans le bras, tenant un bâton à la main, prête à frapper le démon accroupi à ses pieds. Il y a des variantes locales de sa représentation.

HistoriqueModifier

Le culte de la Vierge, sous cette dénomination débute à Palerme en 1306, à la suite de l'apparition présumée de la Vierge au père augustin Nicola La Bruna. Selon la tradition, le moine, souffrant d'une maladie incurable et alors mourant, aurait été guéri par la Vierge, qui en échange lui aurait demandé de répandre la nouvelle du miracle et de la faire invoquer sous le nom de « Mère du bon-secours ». À partir de ce moment, les Augustins répandent le culte de la Vierge du Bon-Secours dans toute l'Italie et dans d'autres pays européens.

Cette dévotion est accompagnée de récits de miracle et d'intervention de la Vierge envers ses fidèles comme à Sciacca (Sicile) en 1626, où la ville ravagée par une épidémie de peste, voit celle-ci s'arrêter brusquement après une procession de toute la ville jusqu'à l'église abritant la statue de la Vierge, qui est la patronne et protectrice de la ville[1]. À Castellammare del Golfo (Sicile) ou en 1718, lors de la guerre entre Philippe V et Amédée de Savoie pour le contrôle de la Sicile, un navire espagnol, poursuivi par cinq navires anglais, vient se réfugier sous le château, d'où les navires ennemis sont repoussés; ceux-ci répondent aux coups d'artillerie venant du château en bombardant la ville. Le peuple, effrayé, réclame une aide miraculeuse à sa sainte patronne (la Vierge du bon-Secours). Les habitants fuient la ville pour se mettre à l’abri, mais malgré les coups de l'artillerie anglaise, personne n'est tué ni blessé. Et, d'après les témoins, à la stupéfaction de tous, la Madone vêtue de blanc serait apparue en haut du mont de la Scale, suivie d'une foule d'anges, et ils se seraient tous mis à descendre vers le port. Cette vision aurait effrayé les Britanniques et mis en fuite leurs navires. Encore aujourd'hui, tous les deux ans, le 13 juillet, est célébrée dans la ville la « Reconstitution historique » de la prodigieuse intervention de sa protectrice, lors d'une grande fête avec procession, musique et feux d'artifices[2].

IconographieModifier

La Vierge du Bon Secours est généralement représentée alors qu'elle est sur le point de frapper un démon qui s'accroupit de terreur à ses pieds. Elle tient dans ses bras l'Enfant-Jésus, et dans sa main libre un bâton qu'elle brandit pour frapper le démon[1]. Cette image symbolise la « toute-puissance du divin sur le diable », invitant les chrétiens à faire confiance à la médiation, considérée comme salvifique, de la Vierge.

À noter que l'iconographie peut être différente dans certains lieux, en lien avec l'histoire (et la dévotion) locale, comme c'est le cas pour la Vierge du Bon-Secours à Mouterhouse[3] (Moselle). Et que sous d'autres titres, elle peut être représentée dans une attitude proche, comme pour la statue de « Notre-Dame du bon-Succès » à Finisterre (Galice).

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Dévotion de par le mondeModifier

De très nombreux lieux de culte sont dédiés à la Vierge du Bon-Secours, des églises, ainsi que des basiliques et cathédrales. Pour n'en citer que quelques-unes nous pouvons citer[4] :

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) « Who is the Madonna del Soccorso? » (version du 6 juin 2008 sur l'Internet Archive), web.archive.org, sur fishermansfeast.com.
  2. (it) « Rievocazione Storica Nostra Principalissima Patrona a Castellammare del Golfo », sur siciliainfesta.com, (consulté le 20 novembre 2020).
  3. Pour plus d'information sur la statue, son origine et sa dévotion, se reporter à l'article Chapelle Notre-Dame-de-la-Miséricorde de Mouterhouse.
  4. Pour une liste plus exhaustive se reporter à l'article Notre-Dame-de-Bon-Secours.

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  • (it) Francesco de Ambrosio, Ricordi storici della divozione alla Vergine Santissima del Soccorso : Patrona della Città di Sansevero e Novena in onore di essa SS. Vergine, Lucera, Tipografia di Salvatore Scepi, .
  • (it) Giovanni Checchia de Ambrosio, Nigra sum, sed formosa…, San Severo, Dotoli, .
  • (it) Antonio Masselli, Cenni storici sulla devozione per la Vergine del Soccorso, San Severo, Cromografica Dotoli, .
  • (it) Armando Gravina, La Vergine del Soccorso e la comunità di San Severo. Riflessioni sulla devozione popolare e sulla festa patronale, San Severo, Dotoli, .
  • (it) Francesco Armenti et Mario Bocola, La Madonna del Soccorso tra storia e evozione mariana, San Severo, Esseditrice, .
  • (it) Leonardo Tricarico, Faccia nera : La Madonna del Soccorso nella festa dei fuochi a San Severo, Apricena, Arti Grafiche Malatesta, .