Nonantola

commune italienne

Nonantola (Nunântla en dialecte modenese) est une commune italienne de la province de Modène dans la région Émilie-Romagne en Italie.

Nonantola
Blason de Nonantola
Armoiries
Nonantola
Façade de l'abbaye bénédictine de Nonantola
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Émilie-Romagne 
Province Modène 
Code postal 41015
Code ISTAT 036027
Code cadastral F930
Préfixe tel. 059
Démographie
Gentilé nonantolani
Population 16 037 hab. (31-08-2023[1])
Densité 292 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 41′ 00″ nord, 11° 02′ 00″ est
Superficie 5 500 ha = 55 km2
Divers
Saint patron San Silvestro
Fête patronale 31 décembre
Localisation
Localisation de Nonantola
Localisation dans la province de Modène.
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
Nonantola
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
Nonantola
Géolocalisation sur la carte : Émilie-Romagne
Voir sur la carte administrative d'Émilie-Romagne
Nonantola
Liens
Site web Site officiel

Géographie modifier

Localisation modifier

La commune de Nonantola située à une altitude variant de 21 à 35 mètres, sur une zone de la plaine du Pô à forte tendance alluvionnaire, dans le bassin hydrographique du fleuve Panaro qui, avec de nombreuses ramifications, baigne la partie ouest de la commune.
Nonantola, à 11 km au nord-est de Modène, est relié à celle-ci par la route SS255 qui continue à l’est vers San Giovanni in Persiceto (BO) à 13 km. La route provinciale SP14 relie la commune de Camposanto à 15 km au nord et à 7 km au sud rejoint la via Emilia ou 3 km plus loin, le raccordement de Modène-sud de l’autoroute du soleil A1 Milan-Bologne.
La commune fait confins avec la province de Bologne.
Grandes villes voisines :

Communes limitrophes modifier

Bomporto (6 km), Castelfranco Emilia (9 km), Crevalcore (11 km), Modène, Ravarino (7 km), Sant'Agata Bolognese (8 km).

Histoire modifier

Époque antique modifier

Les premiers témoignages d’un centre habité sur le territoire de Nonantola remontent à l’âge du bronze (-1500 à –1000), par la découverte dans le hameau de Redù des traces de la civilisation dite terramare, qui ont permis de reconstruire l’histoire du village. Le nom de ce lieu se réfère à la terre sous le dialecte marna (marne), qui signifie grasse, riche d’humus (fouilles de 1786).
En 182 av. J.-C., sur ce territoire, c’est le fait d’avoir créé une colonie de novanta centurie (90 centuries) qui aurait déterminé le nom du pays. Le réseau routier et le tracé des fossés d’écoulement de la centiriation, encore bien visibles dans les campagnes, sont le témoignage de cette colonisation.
La période d’occupation étrusque, celtique et romaine ont laissé un témoignage intéressant de leur passage, exposé aujourd’hui au musée archéologique de Modène : urne funéraire, objets divers (fibule de bronze, couteau, bracelet, clous, etc.), matériaux de construction en terre cuite, carrelage, amphore, etc. de fabrication romaine.
La présence romaine sur le territoire dura environ quatre siècles puis, à la chute de l’Empire romain, l’abandon de l’entretien des œuvres hydrauliques provoqua l’envahissement des zones cultivables par les alluvions et des marais insalubres.

Moyen Âge modifier

Ce fut Anselme, le duc du Frioul, et les frères bénédictins qui rendront de nouveau habitable cette terre qui leur avait été confiée en 751 par Aistolf roi des Lombards.
Le centre de Nonantola conserve de nombreuses traces de son passé médiéval, parmi lesquelles les deux tours dites dei modenesi et dei bolognesi, et l’église de S. Michele Arcangelo du IXe siècle.
Le monument le plus emblématique de Nonantola est sans aucun doute l’abbaye de Saint Sylvestre, édifice roman érigé à partir du VIIIe siècle.

Résistance contre l'holocauste modifier

Pendant la deuxième guerre mondiale, Nonantola fut un centre de résistance pendant toute la période de l’occupation allemande. Un épisode notoire fut celui de la Villa Emma dans laquelle fut hébergé puis mis en sécurité un groupe d’une centaine de jeunes orphelins juifs d’origine allemande.
Ces enfants, arrivés des Balkans en juillet 1942sur initiative de la DELASEM (Délégation Assistance Émigrants) et hébergés légalement pendant une année dans la localité.
Le 8 septembre 1943, l’occupation allemande envenima la situation et obligea à la dispersion des enfants dans divers monastères et familles en moins de 36 heures, puis par petits groupes, furent convoyés en Suisse grâce à de fausses identités[2] ; grâce à l’aide et l’organisation du docteur Giuseppe Moreali et des ecclésiastiques don Arrigo Beccari et don Ennio Tardini. Ces deux deniers furent arrêtés et incarcéré pour leur interrogation.
Le 28 février 1964, Giuseppe Moreali et Don Arrigo Beccari ont reçu déclarés Juste parmi les nations par l’institut Yad Vashem de Jérusalem.

Personnalités liées à Nonantola modifier

Administration modifier

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
depuis juin 2009 En cours Pier Paolo Borsari centre-gauche  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux modifier

La Grande, Casette, Bagazzano, Rubbiara, Redù, Via Larga.

Population modifier

Évolution de la population en janvier de chaque année modifier

1861 1901 1921 1951 1961 1971 1981 1991 2001
5 5636 5158 92011 00410 0129 12610 34710 99812 530
2011 - - - - - - - -
15 489--------

Ethnies et minorités étrangères modifier

Selon les données de l’Institut national de statistique (ISTAT) au 1er janvier 2012, la population étrangère résidente et déclarée était de 1 600 personnes, soit 10,3 % de la population résidente[3].

Les nationalités majoritairement représentatives étaient :

Pos. Pays Population
1   Maroc 323
2   Ghana 275
3   Tunisie 152
4   Ukraine 139
5   Roumanie 95
6   Albanie 91
7   Turquie 90
8   Nigeria 75
9   Moldavie 50
10   Inde 45

Jumelage modifier

Note modifier

Sources modifier

Articles connexes modifier

Liens externes modifier