Ouvrir le menu principal

Zuigaku Rempō Niwa Zenji (Shizuoka, 1905 - 1993) est un maître zen japonais.

En vertu du système de transmission familiale des temples introduit par la réforme de l'époque Meiji, il se fit moine assez tôt, après ses études au lycée de Shizuoka. Selon le système inauguré au XVIIIe siècle par Menzan, il reçut la transmission du Dharma (shiho) trois ans après avoir pris les préceptes. Il fut pour cela adopté par le supérieur du temple Tokei-in, de Shizuoka, selon un système complexe de rotation entre plusieurs temples de la localité, occasion à laquelle il prit le nom héréditaire de Niwa.

À 50 ans, il fut nommé supérieur de la branche de Tokyo du temple Eihei-ji. Fervent pratiquant de zazen, il y fit reconstruire le zendo (salle de méditation) afin que les jeunes en formation (pour la plupart fils de chefs de temple) puissent revenir à cette pratique essentielle.

Il devint ensuite le supérieur du Eihei-ji, dans les montagnes du Fukui (mer du Japon). Ainsi qu'à Tokyo, il y pratiquait zazen tous les matins avec les moines, selon les enseignements du fondateur du lieu, maître Dōgen.

Il a été le maître de Gudo Nishijima et de Moriyama Daigyo.

Dans le Zen, la tradition veut qu'un disciple dont le maître est décédé sans transmettre le Dharma doive se chercher un nouveau maître. Lorsque cette formalité est rendue difficile par une circonstance ou une autre, il est fréquent qu'un supérieur de temple important comme le Eihei-ji fasse entrer dans son lignage ceux qui se trouvent dans ce cas, et c'est ainsi que Zuigaku Rempō a été amené à donner sa transmission à trois disciples de Mokudō Taisen (Deshimaru), à la mort de ce dernier.

Zenji (littéralement, « maître zen ») est un titre honorifique accordé aux supérieurs du temple Eihei (Eihei-ji), siège principal de l'école Sōtō, fondé au XIIIe siècle par maître Dôgen.

La politesse veut, en principe, qu'on ne donne plus leur nom laïc aux moines bouddhistes après leur décès, mais seulement leur nom religieux.