Nipmuck

langue algonquienne morte

Nipmuck
Pays États-Unis
Région New York
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 xlo
Étendue langue individuelle
Type langue éteinte
IETF xlo

Le nipmuck ou loup A est une langue algonquienne. La langue est éteinte.

Le manuscrit de MathevetModifier

La langue a été conservée dans un unique manuscrit, seulement intitulé « Mots loups », qui se trouve à Montréal. L'auteur a été identifié comme étant un sulpicien, le père Jean-Claude Mathevet (1717-1781).

La langue est clairement une langue algonquienne de l'Est, mais son identification comme le lieu de la rédaction sont obscurs. Le terme « loup » était utilisé en Nouvelle-France pour désigner les Mahicans, puis, au XVIIIe siècle, l'ensemble des Algonquins, de Nouvelle-Angleterre et de Virginie[1].

Connaissance de la langueModifier

Gordon Day qui a publié le manuscrit, avec un facsimilé, identifie les « Loups » comme étant les Pocomtucs du Massachusetts.

Cette opinion est rejetée par Holly S. Gustafson[2], qui identifie la langue comme étant le nipmuck, qui était parlé au centre du Massachusetts, jusqu'au fleuve Connecticut, à l'Ouest. Ses arguments sont linguistiques. Gustafson s'appuie notamment sur le fait que le manuscrit montre un réflexe /-l-/ du proto-algonquien /*-l-/, alors que les Pocumtucks étaient entourés de langues ayant un réflexe /-r-/. Exemples :

nitankȣelima - je l'haïs
ȣlangȣ - le soir
kitȣlag - vaisseau

Notes et référencesModifier

  1. G. Day, cité
  2. Gustafson cité

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (en) Gordon M. Day, The Mots loups of Father Mathevet, Ottawa, National Museum of Man, National Museums of Canada, coll. « Publications in Ethnology » (no 8),
  • (en) Holly Suzanne Gustafson, A grammar of the Nipmuck language (M.A. Thesis), Winnipeg, Department of Linguistics, University of Manitoba, (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier