Ouvrir le menu principal
Dans ce nom chinois, le nom de famille, Nie, précède le nom personnel.
Nie Yuanzi
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
UniversitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour

Nie Yuanzi, née le dans le Xian de Hua au Henan, est une universitaire chinoise qui a enseigné la philosophie à l'université de Pékin.

BiographieModifier

Elle est connue principalement pour son Dazibao du 25 mai 1966 critiquant l'Université de Pékin pour être contrôlée par la « bourgeoise ». Ceci fut un facteur de la révolution culturelle[1]. La lecture de ce texte, et ceux d'autres auteurs, par de jeunes étudiants comme Xing Xing Cheng les conduisirent à participer à la révolution culturelle et rejoindre les gardes rouges. Le dazibao de Nie Yuanzi aurait été placardé sur ordre de Jiang Qing[2],[3]

Nie Yuanzi a soutenu au début la persécution d'autres universitaires, mais fut ensuite aigrie par les résultats de la révolution culturelle et a essayé de quitter sa fonction parmi les gardes rouges. En 1968, elle a été arrêtée et fut emprisonnée pendant 18 ans dans des camps de rééducation puis en prison[4].

Elle est maintenant critique du régime chinois et a exprimé un désir de plus grande liberté d'opinion[5]. Elle considère que le Parti communiste Chinois est responsable de la Révolution culturelle. En effet en 1966, aucun membre du comité central ne s'est opposé à celle-ci. Donc la « responsabilité de ce désastre » ne relève pas de la seule bande des Quatre, contrairement aux allégations du Parti en 1980[4].

Lien externeModifier

RéférencesModifier