Nicolaus van Aelst

graveur flamand

Nicolas van Aelst, né en 1526, et mort le , est un graveur et éditeur d'estampes flamand et peut-être peintre, résidant à Rome.

Nicolaus van Aelst
Naissance
Décès
Activités
Graveur, éditeur, peintre, éditeur d'estampes, graveur sur cuivreVoir et modifier les données sur Wikidata
Lieux de travail

BiographieModifier

 
Portrait du pape Sixtus V, eau-forte et pointe sèche (c. 1589, Metropolitan Museum of Art).

Nicolaus van Aelst est né en 1526 à Bruxelles[1]. Il apprend le dessin et la gravure dans sa ville natale[2]. À un jeune âge il s'établit à Rome, où de 1550 à 1612, il fait un commerce considérable dans le domaine de l'estampe[3].

Le nom des graveurs des planches exécutées pour sa collection sont souvent omis, tandis que le sien est inséré avec le mot formis, pour indiquer qu'il est l'éditeur[3]. Bon nombre de ces planches avaient déjà été publiées par d'autres éditeurs. Il imprime plusieurs planches qui appartenaient auparavant à Antonio Salamanca, que Van Aelst a peut-être acquises de son fils, Francesco Salamanca[1]. Il y a cependant des preuves qu'il produit certaines œuvres en tant que graveur lui-même, car sur plusieurs plaques, le mot fecit ou sculpsit, est ajouté à son nom[3]. Carl Heinrich Heineken mentionne un ensemble de douze planches d'oiseaux gravées par lui[3].

Il marque plusieurs estampes des lettres initiales de son nom « N. V. A. »[4].

Il meurt à Rome le [1].

ŒuvresModifier

  • Les quatre âges du monde, d'après Tempesta[5].
  • La création de l'homme, d'après Jules-Romain[5].
  • Psiché et l'Amour, d'après Jules-Romain, datée de 1554[5].
  • Vénus et Adonis, d'après Th. Ghisi[5].
  • L'enfant-Jésus lavé par la Sainte Vierge, qui est accompagnée de Sainte Elisabeth, d'après Jules-Romain[5].
  • Une suite de 24 sujets de l'Ancien testament, publiée sous le titre Imagines acierum et proeliorum veteris Testamenti, d'après Jules-Romain, Tempesta, et autres peintres[4].
  • Les églises de Rome, publiées en 1600[4].
  • Une suite d'oiseaux en 12 pièces[4].
  • Saint Joseph menant par la main l'enfant Jésus[4].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Witcombe 2004, p. 272.
  2. Bénézit 1924, p. 38.
  3. a b c et d Bryan 1886, p. 7.
  4. a b c d et e Baverel 1807, p. 3.
  5. a b c d et e Baverel 1807, p. 2.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :