Ouvrir le menu principal

Nicolas Joseph Desenfans

général français

État de serviceModifier

Lieutenant-colonel en second du 1er bataillon de volontaires du Nord, il sert en 1795 à l'armée de la Moselle. Il a travaillé à Mayence, sur le Danube et dans le département de la Sarre. En 1802, il devient commandant de la forteresse d'Ehrenbreitstein. Quand Napoléon arrive le 6 octobre 1804 à Trèves, Desenfans l'accompagne à la tête de la gendarmerie nationale.

Desenfans servit à Hanovre en 1806 et a pris part au siège de Dantzig (1807)[2]. En 1808, il tombe gravement malade et a été porté à Mayence, où il meurt[3].

  • 2 - 9 avril 1796 : Sous les ordres du Général de division Simon Canuel, le Général de brigade Desenfans participe à la pacification d'un mouvement contre-révolutionnaire, en Sancerrois, mené par l'officier d'artillerie royaliste Antoine de Phélippeaux. Lors de la prise de la ville de Sancerre, il commande la colonne du centre, composée un détachement de la Garde nationale de Sancerre, d'un bataillon de la 96e demi-brigade, d'un escadron du 21e de Chasseurs.
  • Commandeur de Heidelberg en 1799[4]

Carrière militaireModifier

 
Noms gravés sous l'arc de triomphe de l'Étoile : pilier Nord, 5e et 6e colonnes.

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. [1]
  2. French forces during the Siege of Danzig 10 March – 27 May 1807
  3. Base de données Rhenanie-Palatinat
  4. Georges Six, Dictionnaire biographique des généraux et amiraux français de la révolution et de l'empire (1792-1814), Tome 1.2, Paris 1934
  5. Bataille de Wattignies
  6. Desenfans (Nicolas Joseph)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Archives Biographiques Françaises I 308, 206
  • Dictionnaire de biographie française Band 10, 1317 f.
  • Guido Groß, Napoleon in Trier; in: Jahrbuch des Landkreises Trier-Saarburg, 1998, 214-224 (217)