Ouvrir le menu principal

Nicolás Frutos
Image illustrative de l’article Nicolás Frutos
Biographie
Nom Nicolás Alejandro Frutos
Nationalité Drapeau : Argentine Argentin
Naissance (38 ans)
Lieu Santa Fe, Argentine
Taille 1,94 m (6 4)
Poste Attaquant
Parcours professionnel1
SaisonsClub 0M.0(B.)
2000-2002Drapeau : Argentine Unión de Santa Fe38 (6)
2002-2003Drapeau : Argentine San Lorenzo26 (4)
2003Drapeau : Argentine Nueva Chicago1 (0)
2003Drapeau : Espagne UD Las Palmas18 (1)
2004Drapeau : Argentine Gimnasia y Esgrima17 (7)
2004-Décembre 2005Drapeau : Argentine CA Independiente28 (19)
Janvier 2006- Mars 2010Drapeau : Belgique RSC Anderlecht94 (52)
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
2010-2014Drapeau : Argentine Union de Santa Fe (espoir et directeur de l'école des jeunes)
2015-2016Drapeau : Belgique RSC Anderlecht(Espoirs)
2017Drapeau : Belgique RSC Anderlecht3v 0n 1d
1 Compétitions officielles nationales et internationales.

Nicolás Alejandro Frutos né le 13 mai 1981 a Santa Fe (Argentine), est un footballeur professionnel argentin jouant au poste d'attaquant. Il a officiellement pris sa retraite sportive le 30 mars 2010 à cause de douleurs récurrentes au tendon d'Achille.

Sommaire

BiographieModifier

Nicolas Frutos, dit le "Héron" commence sa carrière dans le club argentin de l'Union de Santa Fe à 18 ans, il y inscrit 6 buts en 36 matchs avant de partir en 2002, après la relégation de son club de Santa Fe (Argentine). Il est accueilli par San Lorenzo qui voit en lui de grosses qualités individuelles, mais n’y joue finalement qu'une saison, ne parvenant pas à répondre aux attentes placées en lui malgré 4 buts inscrits. Frutos est transféré au club de Nueva Chicago avant d'être de nouveau transféré cette fois-ci en Espagne à l'UD Las Palmas, pour sa première expérience européenne. Cela se conclura par une saison frustrante car Frutos ne jouera que 18 matchs. En 2004, il retourne ensuite en Argentine dans un des grands clubs du pays, Gimnasia La Plata où il inscrira 7 buts en 17 matchs pendant la phase aller. Ces bonnes prestations attirent les recruteurs d'Independiente, qu'il rejoindra pendant le mercato d'hiver. En une saison et demie, il marquera un total de 19 buts en 28 matchs.

En janvier 2006, il s'envole alors pour la Belgique, direction Anderlecht. Le RSC Anderlecht doit cependant payer la somme de 2,5 millions d'Euros pour s'attirer les services du géant argentin. Il deviendra l'un des chouchous du stade Constant Vanden Stock où il s'impose comme un attaquant puissant, technique et courageux. Il est souvent gêné par des blessures persistantes au niveau du tendon d'Achille qui risquait une rupture totale. Ceci l'oblige à mettre fin au contrat qui le liait avec le RSCA jusqu'en 2014 : les risques devenaient bien trop élevés car il ne pouvait plus supporter le rythme normal de séances malgré de nombreuses opérations.

Il joue son dernier match le 6 février 2010 contre le Saint-Trond et laisse une marque indélébile dans l'esprit des supporters d'Anderlecht, avec un ratio buts/matchs très élevé en Belgique (52 buts en 94 matchs) alors qu'il a manqué plus de la moitié des matchs d'Anderlecht en 4 ans, rentrant souvent en cours de jeu au cours de son passage au club.

S'il raccroche les crampons, l'Argentin reste actif dans le monde du football : il devient en effet directeur du club de ses débuts, l'Union de Santa Fe[1] et en 2015 il devient le coach espoir de son club de cœur, le RSC Anderlecht. Depuis la saison 2016-2017 il fait partie du staff technique du noyau A du RSC Anderlecht. Cette saison là, le club remporte le titre de champion de Belgique.

Le 18 septembre 2017, suite au départ de l'entraîneur du RSC Anderlecht, René Weiler, Nicolas Frutos est désigné entraîneur intérimaire. Il quitte le club après avoir dirigé les 4 matches prévus et suite à l'arrivée de Hein Vanhaezebrouck comme entraîneur principal

CaractéristiquesModifier

Il mesure 1,94 m pour 89 kg.

PalmarèsModifier

Article connexeModifier

Notes et référencesModifier

  1. Frutos directeur opleidingen bij Argentijnse tweedeklasser rédaction en ligne, demorgen.be, le 8 juillet 2010, page consultée le 27 juillet 2010.

Liens externesModifier