Ndeh Ntumazah

homme politique camerounais

Ndeh Ntumazah (1926 - ) était un leader du mouvement indépendantiste UPC au Cameroun dans les années 1950. Il a été contraint à l'exil et n'a pu rentrer dans son pays qu'en 1991, date à laquelle il est revenu dans la mêlée politique. Après sa mort, il a été honoré par un enterrement officiel[1].

Ndeh Ntumazah
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Mankon (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique

Début de carrièreModifier

Ndeh Ntumazah est né à Mankon, Bamenda, en 1926. Il a rejoint l'Union des peuples du Cameroun (UPC) au début des années 1950. En 1955, l'UPC a été interdite dans le Cameroun sous contrôle français. Ntumazah a ensuite fondé le mouvement One Kamerun dans le sud-ouest du Cameroun sous contrôle britannique, avec lui-même comme président, une tendance de l'UPC. Depuis cette base, il a aidé des militants de l'UPC tels que Ruben Um Nyobe et Ernest Ouandié qui ont mené la guérilla dans la zone sous contrôle français[2].

Vie en exilModifier

Les deux Cameroun ont été unifiés en 1961. En 1962, Ntumazah a quitté le Cameroun pour s'installer à Accra, au Ghana. [1] Le , les dirigeants de l'UPC en exil se sont réunis à Accra chez Ndeh Ntumazah et ont décidé d'exclure la "clique criminelle de Woungly" du secrétariat administratif. [3] À dix heures ce soir-là, alors que les participants étaient sur le point de partir, une bombe a explosé sans causer de blessures. Les autorités ghanéennes ont jeté toute la direction de l'UPC en prison. En octobre, ils ont libéré Massaga, Tchaptchet et Ntumazah, mais ont maintenu Abel Kingué en prison. [4]

Le , l'UPC organisa sa première Assemblée populaire sous maquis dans le Mungo, où fut nommé le Comité révolutionnaire. Le comité était présidé par Ernest Ouandié . Les autres membres étaient Abel Kingué, Michel Ndoh, Ndongo Diyé, Osendé Afana, Nicanor Njiawe et Woungly-Massaga . [5] Une direction à deux têtes était théoriquement en place, avec Abel Kingué menant les exilés du Ghana et Ernest Ouandié dans le maquis. L'organisation fonctionnait mal en raison de problèmes de communication et également de la scission sino-soviétique. L'année suivante, l'UPC s'est séparée, avec Abel Kingué et Osendé Afana alliés à Ntumazah et opposés aux autres dirigeants. [6]

Ntumazah a vécu en exil politique au Ghana, en Guinée et en Algérie avant de s'installer au Royaume-Uni. Pendant son temps d'exil, il a continué d'essayer de faire prêter attention à l'Occident de ce qui se passait au Cameroun. [1]

Des années plus tardModifier

Avec la réintroduction de la démocratie multipartite en 1991, Ntumazah est retourné au Cameroun et a réintégré la politique en tant que dirigeant de l'UPC renaissant, toujours radical. [1] L'UPC a été divisée par des désaccords internes au cours des années 1990. La faction modérée d' Augustin Frédéric Kodock, alliée au RDPC, est sortie des luttes intra-partisanes comme faction dominante, bien que opposée aux membres les plus radicaux du parti. [7] En 1996, l'UPC s'est scindée en différentes factions, dont l'une était dirigée par Kodock et l'autre par Ndeh Ntumazah. [8] La faction de Kodock a tenu un congrès à Makak en 1996, au cours duquel il a été réélu comme secrétaire général. [9] Kodock a également été réélu à l'Assemblée nationale de la circonscription de Nyong-et-Kelle lors des élections législatives de 1997 [9]

Ndeh Ntumazah est décédé à l'hôpital St. Thomas de Londres, au Royaume-Uni, le . [2] Paul Biya a décrété que son corps devait être ramené au Cameroun et recevoir une inhumation officielle à Bamenda . [1]

BibliographieModifier

RéférencesModifier

Liens externesModifier