Native American Church

La Native American Church (« Église des Amérindiens ») est un mouvement religieux syncrétique officiellement fondé dans l'Oklahoma (États-Unis) en 1918[1]. Son premier grand leader fut le Comanche Quanah Parker. Elle compte aujourd'hui environ 250 000 membres[2]. Elle est connue pour l'utilisation du peyotl, une substance hallucinogène[3]. Son usage a été rendu illégal aux États-Unis par le Comprehensive Drug Abuse Prevention and Control Act en 1970. Une dérogation autorise les membres de Native American Church à l'utiliser pour leurs sacrements. Les cérémonies ont lieu sous des tipis.

Symbole de la Native American Church

Notes et référencesModifier

  1. Anne Garrait-Bourrier, « Spiritualité et fois amérindiennes : résurgence d’une identité perdue », Cercles, vol. 15,‎ , p. 79 (lire en ligne).
  2. Anne Garrait-Bourrier, « Spiritualité et fois amérindiennes : résurgence d’une identité perdue », Cercles, vol. 15,‎ , p. 80 (lire en ligne).
  3. Michel Hautefeuille et Dan Véléa, Les drogues de synthèse, Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », , 127 p. (ISBN 2-13-052059-6).

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • (en) Huston Smith et Reuben Snake, One Nation Under God : the Triumph of the Native American Church, Santa Fe, Clear Light Publishers, , 176 p. (ISBN 978-1-57416-006-2, OCLC 39899913, lire en ligne).
  • (en) Thomas Constantine Maroukis, The Peyote Road : Religious Freedom and the Native American Church, Norman, University of Oklahoma Press, , 281 p. (lire en ligne).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier