Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Nathalie Collin

femme d'affaires française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Collin.
Nathalie Collin
Description de cette image, également commentée ci-après
Nathalie Collin
Naissance (53 ans)
Charenton-le-Pont
Pays de résidence France
Diplôme
ESSEC . Maîtrise de Droit des Affaires et Fiscalité
Profession
Directrice Générale Adjointe Groupe La Poste
Distinctions
Mérite. Légion d'honneur.

Nathalie Collin est une femme dirigeante française, présente dans le secteur du numérique. Au cours de sa carrière professionnelle, elle a travaillé sur les enjeux numériques pour les secteurs du disque, de la presse, des médias et de la communication. Elle a été présidente du groupe EMI Music France avant de devenir co-présidente du directoire de Libération de 2009 à 2011 puis directrice générale du groupe Le Nouvel Observateur de 2011 à 2014.

Elle est directrice générale adjointe du groupe La Poste, chargée à la fois du numérique et de la communication.

Sommaire

CarrièreModifier

Titulaire d'une maîtrise de droit des affaires et fiscalité (Paris 2- Assas) et diplômée de l'ESSEC (1988), Nathalie Collin a successivement été consultante au cabinet Arthur Andersen (1987-1990 et 1992-1993), directrice financière de la Cité mondiale des vins et spiritueux (1990-92), directrice financière Europe d'Interleaf, basée à Londres (1993-1997), puis directrice administrative et financière (1997-99)[réf. nécessaire].

La musiqueModifier

Recrutée par Emmanuel de Buretel, elle rejoint Virgin Musique France en 1997, en tant que directrice administrative et financière, puis directrice générale en 2002, et enfin prend la même année la présidence de la nouvelle maison-mère EMI Music France[1],[2], à l'occasion de l'absorption de Virgin par sa société mère EMI Music[3]. Elle dirige EMI France jusqu'en 2009. Elle est également administratrice du Syndicat national de l'édition phonographique (SNEP)[réf. nécessaire], trésorière et vice-présidente du conseil de laSociété civile des producteurs phonographiques (SCPP)[1].

La presseModifier

Agnès Touraine et Édouard de Rothschild lui proposent de rejoindre la direction du journal Libération en 2009[2]. Elle quitte donc EMI Music en février 2009 et devient présidente du directoire de Libé, auprès d’Édouard de Rothschild, actionnaire de référence du journal. Elle met le journal à l'équilibre, lance une nouvelle formule, développe une offre numérique premium et fait entrer un nouvel actionnaire au tour de table, Bruno Ledoux, qui détient dès lors avec Édouard de Rothschild la majorité du journal.[réf. nécessaire]

En 2010, elle contribue avec cinq autres quotidiens et trois news magazines à la création d’un kiosque numérique des éditeurs de presse (Epresse Premium). La même année, elle participe, en tant qu'administratrice et présidente de la Coopérative des quotidiens, au plan de redressement de la messagerie Presstalis (ex NMPP)[réf. nécessaire].

Nouvel ObsModifier

Elle rencontre Claude Perdriel à l'occasion de la recherche d'actionnaires pour Libération et rejoint en 2011, à sa demande, Le Nouvel Observateur en tant que présidente du directoire et directrice générale du groupe[3],[4].

Nathalie Collin développe les activités numériques du groupe Nouvel Observateur. Elle favorise[réf. nécessaire] l'acquisition de Rue89[5]. En mars 2012, avec Olivier Wicker et Laurent Joffrin, elle lance le magazine de style de vie et de mode Obsession, diffusé avec le Nouvel Observateur à 500 000 exemplaires. Avec Claude Perdriel, dans un contexte économique difficile pour la presse et les news magazines, elle mène un plan de restructuration des activités pour redresser les comptes avec le passage en quinzomadaire de TéléObs, la renégociation de l'imprimerie, des départs et une croissance des revenus digitaux[réf. nécessaire][6][réf. insuffisante].

Le 12 mars 2014, sa démission de ses fonctions au sein du Nouvel Observateur est actée, alors que le rachat de ce magazine, déficitaire, par le trio Xavier Niel, Pierre Bergé et Matthieu Pigasse est en cours de finalisation[7]. Elle quitte le Nouvel Observateur en avril 2014.

Présidente de l'AIPG et du SEPMModifier

À l'initiative, avec d’autres éditeurs, de la création en 2012 de l'Association de la presse d'information politique et générale (AIPG), elle en est présidente, initiant dans cette fonction un projet de loi sur le partage de la valeur de la publicité générée par les moteurs de recherche.[8]. Toujours dans cette fonction, elle participe aux négociations entre les éditeurs et Google pour obtenir la reconnaissance de la valeur des contenus presse et trouver les voies d'un partenariat commercial et d'une aide à la transition vers le numérique. Cette négociation est animée par un médiateur nommé par les pouvoirs publics, Marc Schwartz. Cet accord est signé à l’Élysée. Eric Schmidt et François Hollande qualifient cet accord d'historique, c'est la première fois dans le monde qu'un des acteurs majeurs d'Internet accepte de négocier avec un groupe d'éditeurs pour développer, au bénéfice commun, leurs activités numériques et les accompagner dans cette transition[réf. nécessaire]. Google finance les développements numériques innovants de ceux-ci par la création d'un fonds de 60 millions d'euros. Collin prend la présidence du Fonds Google pour l'innovation digitale de la presse (FINP) avec le vice président Europe de Google, Carlo d'Asaro Biondo[9]. Opérationnel depuis septembre 2013, le fonds a été étendu en 2016 à 150 M€ pour l'ensemble des éditeurs européens[10].

Elle soutient en 2014 la neutralité du taux de TVA pour la presse en ligne, qui est aligné sur celui du papier, à 2,1 %, en février 2014[11].

En 2013, alors présidente du Syndicat des éditeurs de la presse magazine, Collin soutient, avec ses homologues de la presse quotidienne nationale, régionale et gratuite, la recommandation de la Mission Lescure pour une taxe sur les matériels connectés[12].

La PosteModifier

En avril 2014, elle rejoint le président Philippe Wahl au comité exécutif de La Poste, en tant que directrice de la communication du groupe[13] et directrice générale adjointe[14]. Le 10 février 2015, en plus de ces fonctions, elle est nommée responsable de la branche numérique du groupe. Elle dirige alors les filiales Docapost et Mediapost, la distribution numérique, ainsi que la direction de la communication du groupe[15],[1],[16],[17].

Elle organise le service numérique de La Poste comme celui d'un « opérateur universel d'échanges », via notamment la proposition d'un « coffre-fort numérique intelligent »[18],[19], une stratégie qui reçoit le soutien du ministre de l'Économie et du Numérique Emmanuel Macron[20]. Elle fait également partie de la délégation officielle du ministre Emmanuel Macron dans son déplacement au CES de Las Vegas et à San Francisco[réf. nécessaire][21][réf. insuffisante]. Dans le cadre de ses fonctions, elle favorise le développement de la gestion des données numériques et de l'intelligence artificielle[22] via notamment le rachat par Le Groupe La Poste de la start-up grenobloise ProbaYes, spécialisée dans la valorisation des données[23].

En août 2016, Nathalie Collin co-signe la tribune "Chiffrement et lutte contre le terrorisme : attention à ne pas se tromper de cible", à l'initiative du Conseil national du numérique (dont elle est membre)[24]. Cette tribune défend le principe d'un chiffrement des communications afin de garantir la protection des utilisateurs[25].

En novembre 2016, Nathalie Collin assure une convention de partenariat avec le Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, pour la mise en œuvre à titre gracieux d’une interface permettant aux élèves et aux étudiants de souscrire au service numérique de stockage et d'hébergement de documents, le coffre-fort numérique Digiposte+[réf. nécessaire][26][réf. insuffisante]. Devenue vice-présidente du conseil national du numérique, elle co-signe, dans le cadre des 4e Assises de la Médiation Numérique, sa tribune de novembre 2016 qui alerte sur les risques d'exclusion sociale liée à la dématérialisation des services publics[réf. nécessaire][27][réf. insuffisante].

En janvier 2017, Nathalie Collin s'est rendue au CES Las Vegas pour y présenter les innovations technologiques de La Poste[28]. Elle y a notamment salué le partenariat de 2 ans entre La Poste avec l'entreprise Legrand[29].

En septembre 2017, Nathalie Collin marraine le concours organisé par Station F pour élire le meilleur développeur informatique du pays[30],[31].

En octobre 2017, elle est sélectionnée par le journal quotidien Les Echos parmi 200 personnalités politiques, artistiques et économiques pour l'édition spéciale "La Relève"[réf. nécessaire]. Elle y co-écrit une tribune avec Mathieu Galet, président de Radio France[32].

En janvier 2018, Nathalie Collin est présente au CES Las Vegas où elle y présente 14 startups dans les domaines des services de proximité, des services aux professionnels, de la maison connectée et de la e-santé[33]. Elle y annonce notamment le lancement des services et de l'application "La Poste eSanté" à destination des particuliers, des praticiens et des hôpitaux[34] (appareillages médicaux et d'outils connectés de santé)[35]. Elle affirme la place de La Poste comme premier hébergeur de données de santé en France[36]. Elle annonce également le lancement de Jaab, un objet censé permettre aux enfants de payer sans contact, leurs parents étant informés par l'application[37].

AutresModifier

Collin a été un moment envisagée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel pour la présidence de France Télévisions en 2015[38],[39]

DistinctionsModifier

Nathalie Collin a été décorée, à la demande du ministre de la Culture Frédéric Mitterrand, par Claude Perdriel, chevalier de l'ordre national du Mérite, (JO du 14/11/2010)[40].

Elle fait partie des 30 personnalités françaises (27 hommes et 3 femmes) les plus influentes des médias, selon le classement 2013 du magazine GQ[41].

Elle a également été décorée chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur, au 1er janvier 2015[42] par Mme Françoise Montenay à la demande du ministre Emmanuel Macron.

MandatsModifier

Vie privéeModifier

Nathalie Collin est mariée et a trois fils[2].

RéférencesModifier

  1. a, b et c Lionel Steinmann, « Nathalie Collin au secours du numérique à la Poste », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  2. a, b et c Isabelle Girard, « Nathalie Collin, La Poste 3.0 c’est elle », Madame Figaro,‎ (lire en ligne)
  3. a et b Xavier Ternisien, « Le départ de Nathalie Collin fragilise Libération », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. Sandrine Bajos, « Libé perd sa présidente qui rejoint Le Nouvel Obs », La Tribune,‎ (lire en ligne)
  5. Isabelle Anne, « Rue89, le coup de jeune du Nouvel Obs », Libération,‎ (lire en ligne)
  6. Alexandre Debouté, « Claude Perdriel prêt à céder le contrôle du Nouvel Obs », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  7. Rédaction L'Express et AFP, « Laurent Joffrin et Nathalie Collin quittent la direction du Nouvel Observateur », L'Express,‎ (lire en ligne)
  8. "J'espère que Google vient avec des propositions concrètes", Le Figaro Économique, Enguérand Renault, 29 octobre 2012
  9. "comment Google et la presse ont fini par s'entendre", Challenges, Laurent Calixte, 3 février 2013
  10. Alexandre Piquard, « Presse : le fonds Google n’est plus une exception française », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  11. "Harmonisation express des taux de TVA dans la presse",Le Monde, Alexis Delcambre, 4 février 2014
  12. "La presse soutient le projet d'une taxe sur les appareils connectés",Le Figaro.fr, Paule Gonzalès, Alexandre Debouté, 5 juillet 2013
  13. "Nomination de Nathalie Collin à la direction de la communication du groupe La Poste", "CB News", Carole Soussan, 3 avril 2014
  14. "Nathalie Collin, de Libé à la Poste", "le Figaro", Enguérand Renault, 7 septembre2014
  15. Xavier Biseul, « Nathalie Collin, le nouveau visage du numérique à La Poste », 01Net,‎ (lire en ligne)
  16. « Nathalie Collin, groupe La Poste: «Le dirigeant numérique est sous l'attention du client» », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  17. Marie-Pierre Gröndahl, « Nathalie Collin invente la Poste 2.0 », Paris Match,‎ (lire en ligne)
  18. « Quand La Poste parie sur le numérique », sur Challenges
  19. Damien Licata Caruso, « La Poste accélère sa révolution numérique », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  20. Jean Kaminsky, « Emmanuel Macron soutient la transformation numérique de La Poste », Solutions Numériques,‎ (lire en ligne)
  21. « Emmanuel Macron sera au Consumer Electronic Show de Las Vegas puis à San Francisco et dans la Silicon Valley du 6 au 9 janvier », sur Boursier.com (consulté le 17 février 2016)
  22. « Pourquoi La Poste fonce dans l'intelligence artificielle », sur La Tribune (consulté le 31 mai 2016)
  23. « Comment La Poste concrétise sa stratégie numérique », sur lesechos.fr, (consulté le 20 mai 2016)
  24. « Tribune – « Chiffrement et lutte contre le terrorisme : attention à ne pas se tromper de cible » », Conseil National du Numérique,‎ (lire en ligne)
  25. « Chiffrement : la Cnil et le CNNum appellent le gouvernement à ne pas se tromper de cible », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  26. « Visite de Najat Vallaud-Belkacem au salon Educatec Educatice », sur education.gouv.fr, Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (consulté le 21 novembre 2016)
  27. « L'administration numérique ne doit pas accélérer l'exclusion sociale », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  28. BFM BUSINESS, « CES 2017: Pourquoi La Poste était à Las Vegas ? - 09/01 », sur bfmbusiness.bfmtv.com (consulté le 15 janvier 2017)
  29. 01net, « Veiller sur mes parents de La Poste : un nouveau métier pour les facteurs ! CES 2017 », sur www.01net.com (consulté le 15 janvier 2017)
  30. « Qui sera le meilleur développeur de France 2017 ? », RTL.fr,‎ (lire en ligne)
  31. « Nathalie Collin, Marraine du MDF17 », sur MDF17 (consulté le 18 septembre 2017)
  32. « French Tech : le gouvernement accélère sur la diversité », Les Echos Business,‎ (lire en ligne)
  33. La Tribune, « ADP, La Poste, Dassault Systèmes... : pourquoi les grands groupes vont au CES », La Tribune,‎ (lire en ligne)
  34. « La Poste va lancer une offre « e-santé » », lesechos.fr,‎ (lire en ligne)
  35. « La France mise à l’honneur au salon géant de l’innovation technologique de Las Vegas », Madame Figaro,‎ (lire en ligne)
  36. « La Poste, premier hébergeur de données de santé », sur live.lesechos.fr (consulté le 21 janvier 2018)
  37. Rémy Dessarts, « La Poste présente ses innovations numériques », LeJDD.fr,‎ (lire en ligne)
  38. « CSA : La chambre noire de l'audiovisuel », sur Teleobs
  39. Grégoire Poussielgue, « France Télévisions : des poids lourds écartés de la présidence », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  40. "Journal Officiel du 14 novembre 2010"
  41. « Chiffre. GQ. Femmes et médias », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  42. [PDF] JO du 01/01/2015
  43. « Présidence du CESE: Delevoye parmi les 40 membres nommés par Valls », sur lentreprise.lexpress.fr