Nadia Fahmy-Eid

enseignante et historienne égyptienne et canadienne
Nadia Fahmy-Eid
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions

Nadia Fahmy-Eid, née en 1936, est une enseignante et une historienne, égyptienne puis canadienne (elle émigre au Québec à 23 ans). Elle a notamment contribué au développement des études des femmes et de l’histoire des femmes au Québec.

Biographie modifier

Nadia Fahmy-Eid est née en Egypte, à Port-Saïd, en 1936, d'une mère catholique et d'un père copte. Elle étudie dans un lycée français tenue par des religieuses, puis, à 23 ans émigre au Québec. Elle obtient un doctorat à l'université de Montréal en 1975[1].

Elle enseigne ensuite à l'université du Québec à Montréal. Elle y obtient un poste de professeur en histoire et y exerce jusque sa retraite de l'enseignement en 1997. Elle y crée dès 1973 le premier cours sur l'histoire des femmes et participe aussi au séminaire à l'origine du Groupe interdisciplinaire d’enseignement et de recherche féministes (Gierf)[1].

Elle publie ou dirige la rédaction collective d'ouvrages devenus des références[1], dont, en 1983, Maîtresses de maison, maîtresses d'école : femmes, famille et éducation dans l'histoire du Québec[2], en collaboration avec Micheline Dumont, ou encore, en 1986, Les couventines: l'éducation des filles au Québec dans les congrégations religieuses enseignantes, 1840-1960, en collaboration avec Micheline Dumont et Johanne Daigle[1]. Elle s'intéresse également, par exemple, aux professions paramédicales, avec Femmes, Santé et Professions: Histoire des diététistes et des physiothérapeutes au Québec et en Ontario, 1930-1980 publié en 1997[1].

Elle s'est vu décerner plusieurs prix, dont, en 1979 le Prix Guy-et-Lilianne-Frégault pour Éducation et classes sociales : analyse de l'idéologie conservatrice "cléricale et petite bourgeoisie" au Québec au milieu du XIXe siècle paru en 1978[1],[3], ou encore en 1998, le prix Esdras-Minville[4], pour l'ensemble de ses publications dans le domaine des sciences humaines. Elle est membre depuis 1996 de la Société royale du Canada[1].

Références modifier

  1. a b c d e f et g Hélène Charron, « Fahmy-Eid, Nadia [Port-Saïd 1936] », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber (dir.), Dictionnaire universel des créatrices, Éditions Des femmes, , p. 1480
  2. Martine Sonnet, « Nadia Fahmy-Eid & Micheline Dumont (Prés.), Maîtresses de maison, maîtresses d'école : femmes, famille et éducation dans l'histoire du Québec, Montréal, Boréal Express, 1983, (Études d'histoire du Québec ; 12) », Histoire de l'éducation, no 25,‎ , p. 113-115 (lire en ligne)
  3. René Durocher, « Chronique de l’Institut », Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 33, no 3,‎ , p. 484-485 (DOI 10.7202/303807ar, lire en ligne)
  4. (en) Wendy Robbins, Meg Luxton, Margrit Eichler et Francine Descarries, Minds of Our Own: Inventing Feminist Scholarship and Women’s Studies in Canada and Québec, 1966–76, Wilfrid Laurier University Press, (lire en ligne), p. 349

Liens externes modifier