Musée du papier d'Angoulême

musée français

Le musée du papier d'Angoulême s'est ouvert en 1988, à la place d'une ancienne papeterie, à Angoulême en France.

Musée du papier d'Angoulême
Angoulême 16 Musée du papier 2013.jpg
Le musée sur une île de la Charente
Informations générales
Ouverture
Visiteurs par an
32 286 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Collections
Collections
Papeterie industrielle, feutres
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
quai de la Charente
16000 Angoulême
Coordonnées
Localisation sur la carte de la Charente
voir sur la carte de la Charente
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

PrésentationModifier

Le musée du papier est installé sur les bords de la Charente sur le site de l'ancienne papeterie de papier à cigarette Joseph Bardou Le Nil. Il a été ouvert au public le . Il présente des expositions sur la papeterie industrielle du XIXe et XXe siècles, sur les industries connexes (imprimerie, fabriques de toiles métalliques et de feutres, mécanique, ...etc.), sur les usages du papier et occasionnellement des présentations d'art contemporain où le papier et le carton sont les matériaux d'expression plastique.

Les bâtiments du musée sont construits sur la Charente et certaines salles sont traversées par le fleuve. Une roue à aubes, des cuviers à pâte à papier, la grande cheminée sont des vestiges qui témoignent de l'activité industrielle du site. L'ensemble architectural a été entièrement réhabilité (Reichen et Robert, architectes).

Une partie des présentations évoque l'histoire du site et la fabrication industrielle du papier en Charente au moyen de documents, photos et témoignages. Les expositions présentent les différents aspects liés à la papeterie industrielle.

HistoriqueModifier

Les bâtiments composaient l'ancienne papeterie Le Nil, de Joseph Bardou, dont la marque a été déposée en 1887, qui fabriquait un célèbre papier à cigarette dont l'emblème était un éléphant. L'usine a été fermée en 1970, et le musée ouvert en 1988[1].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

FréquentationModifier

Chiffres de fréquentation 2001-2017[2]
Année Entrées gratuites Entrées payantes Total
2001 12940 0 12940
2002 8362 0 8362
2003 10396 0 10396
2004 7970 0 7970
2005 14042 0 14042
2006 9018 0 9018
2007 9718 0 9718
2008 12409 0 12409
2009 12132 0 12132
2010 12073 0 12073
2011 14943 0 14943
2012 36275 0 36275
2013 19263 902 20165
2014 20762 590 21352
2015 23353 0 23353
2016 13034 3438 16472
2017 20540 11746 32286

Notes et référencesModifier

  1. Michel Vernus, La fabuleuse histoire du papier, éditions Cabedita, coll. « Archives vivantes », , 175 p. (ISBN 2-882954034, lire en ligne), p. 140
  2. « Fréquentation des Musées de France », sur data.culture.gouv.fr (consulté le 10 mai 2020)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Une Brève histoire du papier (Denis Peaucelle)[réf. non conforme]
  • Fumées du Nil no 0 : présentation du musée, Suivez la fibre ! et Si Saint-Cybard savait ça (Atelier Musée du Papier), édition Ville d'Angoulême, 1988 (épuisé)
  • Fumées du Nil no 1 : Les débuts de la papeterie charentaise (Louis André) et Historique de la papeterie charentaise (Adolphe Lacroix, 1863), Atelier Musée du Papier, édition Ville d'Angoulême, 1989.
  • Fumées du Nil no 3 : Les Laroche, papetiers charentais (René Laroche), Atelier Musée du Papier, édition Ville d'Angoulême, 1992 (épuisé)
  • Fumées du Nil no 4 : Les Lacroix, sept générations de papetiers en Charente (Denis Peaucelle, dir), édition Germa, 1995.
  • Fumées du Nil no 5 : La publicité à l’égyptienne, édition Germa, 1998 (épuisé)
  • Fumées du Nil no 6 : La passion des papetiers, témoignages et documents, édition Germa, 1999.
  • Fumées du Nil no 7 : Imaginaires d’usines, histoire des industries dans le quartier de Saint-Cybard à Angoulême (1791-1995) (Denis Peaucelle), édition Germa, 2002.
  • Les plus belles images du papier à rouler (Denis Peaucelle), édition Parimagine, 2009 (en vente au musée)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier