Ouvrir le menu principal

Musée de la photographie à Charleroi

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Musée de la photographie.
Musée de la photographie à Charleroi
Charleroi - Musée de la photographie - nouvelle aile - 2.jpg
Informations générales
Ouverture
Surface
8 000 m2, dont
2 200 m2 d'exposition
Visiteurs par an
60 000 (2009)
Site web
Collections
Nombre d'objets
80 000 photographies
2 millions de négatifs
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
11 avenue Paul Pastur
(place des Essarts)
6032 Mont-sur-Marchienne
Coordonnées
Localisation sur la carte de Belgique
voir sur la carte de Belgique
Red pog.svg

Le musée de la photographie à Charleroi a été inauguré en 1987 dans l'ancien carmel néo-gothique de Mont-sur-Marchienne.

Concept du muséeModifier

Deux anciennes et vastes chapelles permettent de présenter des expositions thématiques de grande envergure, de caractère historique, monographique ou thématique, souvent dédiées à la création contemporaine. Elles revêtent toujours un caractère international de même que les expositions permanentes. Deux autres salles proposent d'autres expositions temporaires. Chaque année le musée présente ainsi neuf expositions temporaires (trois expositions simultanées renouvelées tous les quatre mois).

Les expositions permanentes quant à elles ont comme finalité de donner au visiteur une idée de l'histoire de la photographie depuis les daguerréotypes et les premières photos de voyage jusqu'aux démarches artistiques les plus récentes.

Un enchainement de salles jouxtant le cloître de l'ancien carmel et se prolongeant dans la nouvelle aile abrite plusieurs centaines de photographies originales qui sont remplacées régulièrement. La collection complète compte plus de 80 000 photos, dont plus de 800 exposées en permanence, et 2 millions de négatifs[1]. Les documents non exposés sont conservés dans la salle d'archivage où la stabilité de la température (17 °C) et de l'hygrométrie (42 % HR) garantit la meilleure conservation possible. Le musée abrite les collections de photographie de toute la Communauté française de Belgique et possède en dépôt les enquêtes photographiques des archives de Wallonie.

Dans le souci de raconter l'histoire, le musée possède aussi plusieurs milliers d'appareils photographiques appartenant à des époques différentes.

Le Parcours de Découverte et ses deux ateliers, argentique et numérique, sont quant à eux de précieux outils du service éducatif pour accueillir tous types de publics.

Le musée recueille des donations de photographies (négatifs ou tirages) ainsi que de livres sur la photographie issues de différents horizons, y compris de donateurs étrangers.

Le 1er juin 2008 fut inaugurée une nouvelle aile, œuvre de l'architecte Olivier Bastin. Cet agrandissement fait du musée de Mont-sur-Marchienne (Charleroi) le plus grand musée de la photographie en Europe[2].

Dans la nouvelle aile se trouve une cafétéria qui donne sur le parc. Ce parc est librement accessible aux visiteurs du musée comme au public qui peut y accéder par une voie latérale sans passer par le musée. La cafétéria est accessible depuis le parc, mais il faut un ticket d'entrée pour aller dans le musée en la quittant.

Enfin, une bibliothèque riche de 13 000 titres plus 4 000 dossiers consacrés aux photographes est gratuitement accessible aux chercheurs et aux amateurs pour consultation sur place[1].

Aperçu des collectionsModifier

 
George Sand, par Nadar (1864)
 
Éloge du carnage, de Marcel Lefrancq (1946)

On peut ainsi découvrir au musée le Nu féminin d'Auguste Belloc (vers 1855), la célèbre photo prise par François Aubert (photographe) en 1867 de la dépouille mortelle de l'Empereur Maximilien du Mexique après son exécution (en papier albuminé : cette photo servit à certifier la mort de l'Empereur et l'échec politique de Napoléon III à cet égard), la photo des Chutes du Niagara attribuée à Platt D.Babitt (entre 1854 et 1870), un Ambrotype, les daguerréotypes de Modeste Winandy représentant des habitants de Marchienne-au-Pont (1847), la photo de la lune par Adolphe Neyt en 1869 (papier collodionné), les arènes d'Arles photographiées vers 1855 par Édouard Denis Baldus (papier albuminé), le portait de George Sand par Nadar (Photoglyptie) en 1864, la photo de Wilhelm von Gloeden intitulée Sicile, les photos de Norbert Ghisoland (notamment le portrait de quatre ouvrières de la mine au Borinage en 1921 intitulé Vive Sainte Barbe!), le pictorialisme, le célèbre Nude, Point Lobos d'Edward Weston (1936), l'Eloge du carnage du surréaliste Marcel Lefrancq, Henri Cartier-Bresson, les photos de repérage de Misère au Borinage de Willy Kessels, L'accordéoniste, restaurant La Tartine de Robert Doisneau (1953), Le dos d'Astrid de Jeanloup Sieff, New-York de Hubert Grooteclaes (1965), Huh yeh-Mei et sa famille du Chinois Liang Kuo Lung (vers 1990), etc.

En janvier 2010, le musée a édité un catalogue de 320 pages, trilingue (français, anglais, néerlandais), riche de 300 illustrations en quadrichromie représentant un large choix des œuvres présentes dans les collections du musée.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Site officiel du musée
  2. Un superbe écrin pour un trésor enfin dévoilé - Le Soir, 31 mai 2008

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Georges Vercheval, Musée de la photographie à Charleroi, Crédit communal et Communauté Wallonie-Bruxelles, Gand, 1996.

Lien externeModifier