Ouvrir le menu principal

Musée d'Almeria

musée espagnol
Musée d'Almeria
Museo copia.jpg
Façade principale du musée d'Almería
Informations générales
Type
Public museum
Ouverture
Surface
6 291 m2
Visiteurs par an
55 617[1](2012)
Site web
Bâtiment
Protection
Localisation
Pays
Commune
Almería
Adresse
91, Carretera de Ronda (Almería)
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Andalousie
voir sur la carte d’Andalousie
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Espagne
voir sur la carte d’Espagne
Red pog.svg

Le musée d’Almería représente la plus importante institution du système muséal de la province, en hébergeant la plus grande et la plus représentative collection d’objets archéologiques de la même. Il se trouve à Almería (Andalousie, en Espagne), Carretera de Ronda, 91. Il a été inauguré d’une forme définitive en 2006, dans un bâtiment singulier de nouvelle création à qui on a décerné les prix PAD et ARC 2004, nommé finaliste en 2005 du prix FAD et en obtenant en 2008 la mention d’honneur du concours pour le musée européen de l’année convoqué par l’European Museum Forum.

Histoire de l'institutionModifier

La première tentative de création du musée d’Almería se remonte au XIXe siècle. Vers 1880 l'ingénieur belge Louis Siret découvre ceux qui sont considérés encore aujourd’hui les principaux trésors préhistoriques de la région[2]. Fruit de son intense activité archéologique il élaborera une collection importante de pièces dont à la fin de ses jours il donnera au musée archéologique national, avec la demande expresse de ce qu'une partie reste à Almeria. Les conditions pour que cela succède arriveront pendant la Seconde République (décret le 28 mars 1933). Le musée archéologique d'Almería ouvrira ses portes dans deux petites salles cédées par l'École d'Arts et Métiers en 1934, mais parmi sa collection on ne va jamais attribuer les pièces que Louis Siret voulait donner à Almería. Après de nombreuses vicissitudes et précarités, qui s'écoulent au cours des ans, en 2006 il ouvre ses portes dans son siège final[3].

Le musée actuelModifier

Le nouveau bâtiment se compose de trois étages dans lesquels la collection muséographique est distribuée. Une énorme colonne stratigraphique est l'axe qui structure tous les étages et qui monte pratiquement jusqu’au toit du bâtiment, facilitant ainsi que les différentes périodes historiques traitées de chaque étage coïncident avec les strates correspondantes dans la séquence stratigraphique. Presque toute l'exposition est dédiée à la préhistoire dénommée récente, cela est, les âges néolithiques du cuivre et du bronze.

Des collectionsModifier

Exposition permanenteModifier

Elle comprend le premier et deuxième étage du bâtiment et elles sont complètement dédiés aux premières sociétés de chasseurs et des collecteurs, à la société de « Los Millares » (Santa Fé de Mondujar, Almería) et à la société de « El Argar » (Antas, Almería). Du premier étage on peut remarquer le dénommé Le Cercle de la Vie qui recueille des matériaux relatifs au commerce et la guerre dans la société de « Los Millares », ainsi que des objets inscrits à la vie quotidienne de l'installation. Et le dénommé Le Cercle de la Mort qui, avec l'appui d'une projection de vidéo, nous explique l'usage collectif des tombes et de la séquence rituelle réalisée lors de chaque nouvelle inhumation. Au deuxième étage nous sommes surpris de voir une série de murs consécutifs. Il s'agit d'une proposition symbolique qui avance de bas en haut et qui représente les terrasses artificielles sur lesquelles ils ont construit les demeures dans « Fuente Álamo (Cuevas del Almanzora, Almeria), en y incorporant de petites sous salles avec les vitrines qui hébergent de grands pots, des armes de bronze, des objets en argent et en or, en céramique, etc.

Exposition semipermanenteModifier

Le troisième étage comprend des espaces temporels pour des expositions de longue durée, qui regroupe actuellement une collection représentative de pièces romaines et de l'époque islamique. Il faut remarquer la belle sculpture installée sur un grand fragment de mosaïque, il s'agit d’une représentation du dieu Bacchus (originaire d'une villa romaine retrouvée dans la localité de Chirivel, au nord de la province d’Almeria). Nous trouverons aussi des objets variés relatifs à l’incursion romaine dans la péninsule ibérique et surtout à Almería. L'art islamique y est représenté par une ample collection de plaques funéraires, dont Almería a été un centre remarquable de production. Le grand cube qui occupe la partie centrale de la salle contient dans son intérieur des vitrines dédiées à l'époque califale où s'exposent des céramiques, des jouets, des monnaies[4], etc.

Galeries de photosModifier

RéférencesModifier

  1. [1]
  2. López Rodríguez, José Ramón. Historia de los museos de Andalucía: 1500-2000. -- Séville, université de Séville, 2010
  3. Ramos Lizana, Manuel. Musée d'Almeria. Guide officiel. - Séville, Consejería de Cultura, 2013
  4. Ramos Lizana, Manuel [et. al.]. Musée d'Almeria. Vade-mecum. - Séville : Consejería de Cultura, 2009

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier

Liens externesModifier

  • (es) Site officiel
  • Rapport sur nouveau Musée d'Almería [2]
  • Memorial Museum projet et technique Almería [3]
  • Les images et les spécifications techniques Museum Almería. GPD projet [4]
  • Architecture des musées nationaux [5]
  • Base de données collection du musée [6]