Mounir Chamoun

psychothérapeute et psychanalyste libanais

Mounir Chamoun (né le à Deir-el-Qamar dans le Chouf au Liban et mort le à Paris[1]) est un psychothérapeute et psychanalyste libanais.

BiographieModifier

Après l’École supérieure des lettres de Beyrouth, il obtient un doctorat en psychologie à l’université Lumière Lyon 2. Il est membre de la Société psychanalytique de Paris et de l'Association psychanalytique internationale. Il enseigne la psychologie et la psychanalyse à l’École supérieure des lettres puis à la Faculté des lettres et des sciences humaines de l’université Saint-Joseph[2] à la fondation de laquelle il participe en 1977. Vice-recteur de cette université en 1995, il crée en 1996 « l’Université pour tous ». Il fonde avec Adnan Houbballah et Adel Akl[3] la Société libanaise de psychanalyse[4] en 1980 et crée en 2000 le Cercle d’études psychanalytiques. Il est rédacteur en chef de la revue Travaux et Jours de l’USJ.

ŒuvreModifier

  • « Problèmes de la famille au Liban », dans Travaux et jours no 25, 1967, p. 13-40
  • Les superstitions au Liban : aspects psycho-sociologiques, Beyrouth, éd. Dar El-Machreq, 1973, X-332 p.-14 p. de pl. ; rééd. 1986, XI-332 p., coll. « Hommes et sociétés du Proche-Orient »[5]
  • « Par le voile islamique, que soustraire au regard ? », Adolescence no 49, 2004/3, L’Esprit du temps, p. 543-551
  • « Aspects psychologiques du bilinguisme », dans Sélim Abou, Katia Haddad, Une francophonie différentielle, Beyrouth, 1993, p. 443-458 [lire en ligne]

BibliographieModifier

  • Robert Cresswell, « Mounir Chamoun, Les superstitions au Liban : aspects psycho-sociologiques », dans L'Homme, vol. 16, no 1, janvier-, p. 193-196.
  • « La famille en 1967 : présentation de l'étude de Mounir Chamoun » dans Myrna Gannage, L'enfant, les parents et la guerre : une étude clinique au Liban, Esf Éditeur, 1999 (ISBN 271011318X)

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier