Mosquée de Ali Bitchin

bâtiment en Algérie

La mosquée de Ali Bitchin (arabe: مسجد علي بتشين) ou mosquée de Zouj Euyoun (signifie la mosquée à deux fontaines) est une mosquée historique à Alger. La mosquée est située à l'intérieur de la Casbah d'Alger, au croisement entre la rue Bab el oued et le quartier inférieur de la casbah. Elle est classée sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Mosquée de Ali Bitchin
Image illustrative de l’article Mosquée de Ali Bitchin
Entrée de la mosquée Ali Bitchin située dans la Casbah d'Alger
Présentation
Nom local جامع زوج عيون
Culte Musulman
Type Mosquée
Début de la construction 1622
Fin des travaux ?
Style dominant Style mauresque
Géographie
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Algérois
wilaya Alger
Commune Casbah
Coordonnées 36° 47′ 13″ nord, 3° 03′ 43″ est

Carte

Histoire modifier

La mosquée a été nommée du nom de son commanditaire et commandant de la flotte algéroise Ali Bitchin, naturalisation de Piccinini après sa conversion à l'Islam, car "renégat" italien d'origine toscane, présumé né à Massa en Italie et mort en 1645. Il fit fortune dans la Régence d'Alger ottomane en pratiquant le corso au sein de la marine de la Régence de 1630 à 1646. Il finança la construction de la mosquée qui débuta en 1622[1] dans le style ottoman algérois, qui se distinguait déjà des modèles d'Anatolie par le chaulage des murs extérieurs en blanc et sa dotation d'un minaret unique (15m de haut) typique du style maghrébin médiéval : base carrée surmontée d'un lanternon, façades ornées de colonnades et moulures, chaulage blanc.

Au début, la mosquée avait une superficie de 500 mètres carrés et se composait de trois étages, trois chambres, dix magasins, une boulangerie, un hammam, un moulin et une auberge. L'auberge abritait autrefois hommes politiques et chefs religieux. Son hammam était particulièrement populaire et il est resté actif jusqu'au début de l'occupation française. La mosquée était située dans la partie commerciale de la casbah.

Pendant l'occupation française, la hauteur du minaret a été réduite à 12 mètres. La mosquée a ensuite été affectée à une pharmacie militaire avant d'être transformée en église baptisée Notre Dame des Victoires de 1843 à 1962[2]. Ce qui lui fait perdre certains traits de l'architecture islamique. Elle a été reconvertie en mosquée à l'indépendance de l'Algérie[3].

Architecture modifier

La mosquée pouvait initialement accueillir jusqu'à 500 fidèles. Après les travaux de rénovation de 2010, elle peut désormais accueillir 800 fidèles[4].

Notes et références modifier

  1. « La mosquée Ali Betchine », sur www.algermiliana.com (consulté le )
  2. « Mosquée Ali Bitchin | Atlas Arhéologique Algérien », (consulté le )
  3. « Raïs Betchine, le politicien, putschiste et constructeur de mosquée qui a défié le sultan ottoman - Algerie360 », sur www.algerie360.com, (consulté le )
  4. « Restaurée par l’agence Turque TIKA: La mosquée Ali Betchine retrouve ses fidèles », sur Les Échos d'Alger, (consulté le )

Annexes modifier

Bibliographie modifier

  • Samia Chergui, Les mosquées d'Alger. Construire, gérer et conserver (XVIe – XIXe siècles), Paris : PUPS, 2011, p. 58-80.
  • Dokali, R., Les mosquées de la période turque à Alger, Alger : SNED, 1974.

Articles connexes modifier