Moriba Koïta

musicien malien
Moriba Koïta
Description de l'image defaut.svg.
Informations générales
Surnom Le Virtuose
Naissance Kenenkoun (Mali)
Décès
Activité principale Griot
Musicien
Genre musical Musique traditionnelle
Instruments N'goni

Moriba Koïta est un griot et musicien malien mort le . Surnommé « le Virtuose », c'était un joueur de n'goni, une guitare traditionnelle malienne.

BiographieModifier

Origines et débutsModifier

 
Un n'goni, guitare traditionnelle malienne.

Moriba Koïta est originaire du village de Kenenkou dans la région de Koulikoro, situé à 55 km de Bamako. Il est issu d’une famille de griots. Dès l’âge de 4 ans, il est initié par son père au tama (percussion d’aisselle), puis au n'goni, deux instruments majeurs joués par les griots[1].

CarrièresModifier

Initié à la musique traditionnelle malienne et au griot depuis son plus jeune âge, il est sélectionné par le Ministère des Arts et de la Culture pour intégrer l’Ensemble instrumental national du Mali, qui a pour mission de prospecter, répertorier et mettre en valeur l’héritage du Mali dans le domaine de la musique et de la chanson. Il s'y produit durant 12 années. Sa maîtrise du « n'goni Ba » (n'goni basse) comme du « n'goni Micin » (n'goni aigu) lui vaut, par la suite, de s'installer parmi les grands noms de la musique malienne en collaborant notamment avec des artistes tels que Salif Keïta, les deux Fanta Damba, Kassé Mady Diabaté, Oumou Kouyaté, Amy Koita, Nahawa Doumbia ou encore Kandia Kouyaté.

Collaborations internationales, concerts et festivalsModifier

En 1993, il s'installe à Paris et accompagne des artistes maliens, mais aussi des musiciens français. Il collabore lors d’Africolor 2008[2] avec le groupe Moriarty ou pour Africolor 2009 avec le Quatuor Bela, ensemble à cordes de musique contemporaine.

Manu Dibango, Mory Kanté, Salif Keïta, Nayanka Bell, Sekouba Bambino Diabaté, Cheick Tidiane Seck & Hank Jones, Dee Dee Bridgewater, Youssou N'Dour… ont travaillé avec le « Virtuose du n'goni »[réf. nécessaire].

Il fonde l'ensemble mandingue, le « Mande Foli »[3] qui rassemblait la danse, les chants, et tous les instruments traditionnels du Mali, puis le groupe traditionnel Sorotoumou, avec lequel il a enregistré son premier album, Sorotoumou. Il se produit également en solo, racontant les joies et les peines de la vie quotidienne, les hauts faits de l'histoire bambara, ou la toute-puissance de Dieu.

DécèsModifier

Moriba Koïta meurt le , jour anniversaire de l'indépendance du Mali, victime d'un AVC.

DiscographieModifier

RéférencesModifier

  1. « Personnes », sur Africultures (consulté le 17 mai 2019)
  2. « Dossier de presse » [PDF], sur africolor.com, (consulté le 17 mai 2019)
  3. « Biographie MORIBA KOITA », sur infoconcert.com (consulté le 17 mai 2019)