Mohammed Dahlan

homme politique palestinien
Mohammed Dahlan
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (61 ans)
Camp de réfugiés de Khan Younès (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Religion
Parti politique
Prononciation

Mohammed Dahlan, né le dans le camp de réfugiés de Khan Younès à Gaza, est un homme politique palestinien[1].

BiographieModifier

Il devient chef du mouvement de jeunesse du Fatah (Ash Shabiba), qu’il contribue à mettre sur pied en 1981[1]. Entre 1981 et 1986, il est emprisonné onze fois par les Israéliens pour son appartenance au mouvement. Il apprend l’hébreu pendant son incarcération et, une fois libéré, termine ses études de gestion à l’université islamique de Gaza[1]. Il est aussi impliqué dans les négociations secrètes qui menèrent aux accords d'Oslo en 1993[2] et à la création de l’Autorité palestinienne. Mohammed Dahlan revient à Gaza avec Yasser Arafat en 1994, où il obtient le poste de chef des Forces de Sécurité Préventive de la bande de Gaza[3].

En 2001, il critique le manque de cohérence politique d'Arafat durant l’Intifada. En , il soutient des demandes de réforme de l’Autorité palestinienne, et démissionne de son poste de chef de sécurité après un désaccord avec Arafat. En , malgré une forte opposition de la part d’Arafat, Mohammed Dahlan est choisi par Mahmoud Abbas, récemment désigné Premier ministre, comme ministre d’État pour la Sécurité mais quitte son poste lors du départ d'Abbas. Après la mort de Yasser Arafat en , Mohammed Dahlan est nommé, le , au poste de ministre des Affaires civiles dans le gouvernement composé par le Premier ministre palestinien Ahmed Qoreï.

En , à l'heure des combats fratricides inter-palestiniens, entre le Fatah et le Hamas, Mohammed Dahlan est réfugié en Égypte, d'où il dirige la Sécurité préventive palestinienne.

Une commission, chargée d'enquêter sur la débâcle de ses services de sécurité face au Hamas en juin 2007 dans la bande de Gaza, avait été mise en place par ses soins. À la suite des conclusions de celle-ci, il démissionne - le : 26 juillet - de son poste de conseiller à la sécurité nationale du président palestinien Mahmoud Abbas en invoquant des problèmes de santé[2]. En effet, durant ces combats il se trouvait en Allemagne pour se faire opérer des deux genoux.

Exilé aux Émirats arabes unis depuis son expulsion du Fatah pour des faits de corruption, il est devenu conseiller du prince Mohamed Ben Zayed et est l'un des artisans de la normalisation des relations entre le pays du Golfe et Israël[4].

Il présente une liste à l'occasion des élections législatives palestiniennes de 2021 avec le soutien financier des Émirats[4].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c EU-Turn, « DAHLAN, Mohammed | Institut MEDEA », sur www.medea.be (consulté le )
  2. a et b « Palestine : Mohammed Dahlan privilégié à Marwan Barghouti pour succéder à Abbas », sur geopolis.francetvinfo.fr (consulté le )
  3. « Mohamed Dahlan prépare son retour à la lumière », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  4. a et b Samuel Forey, « Élections en Palestine. On se remet à parler politique », sur Orient XXI,