Ouvrir le menu principal

Michel Pelchat (homme politique)

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michel Pelchat.

Michel Pelchat
Fonctions
Sénateur de l’Essonne
Député de la 5e circonscription de l’Essonne
Conseiller général du canton de Gif-sur-Yvette
Vice-président du conseil général de l'Essonne
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Paris
Date de décès (à 68 ans)
Lieu de décès Paris
Nationalité Française
Parti politique UDF puis UMP
Profession Ingénieur au CEA

Michel Pelchat, né le et mort le à Paris, était un homme politique français. Membre de l'Union pour un mouvement populaire, il fut conseiller général du canton de Gif-sur-Yvette et premier vice-président du conseil général de l'Essonne, député de la cinquième circonscription de l'Essonne puis sénateur de l’Essonne.

Sommaire

BiographieModifier

Origines et vie familialeModifier

Michel Pelchat est né le à Paris et décédé le à Paris[1] en cours de mandat. C’était un ami personnel de l’industriel et homme politique Serge Dassault[2]. Il avait un fils Richard Pelchat avec qui il partageait sa passion pour le rugby et le vélo.

Études et formationModifier

Carrière professionnelleModifier

Michel Pelchat exerçait les fonctions d’ingénieur au Commissariat à l'énergie atomique.

Carrière politiqueModifier

Michel Pelchat a successivement été conseiller général du canton de Gif-sur-Yvette, premier vice-président du conseil général de l'Essonne, député de la cinquième circonscription de l'Essonne de 1986 à 1995 puis sénateur de l’Essonne de 1995 à son décès en 2004[3]. Il était considéré comme l'un des « pères fondateurs de l’Essonne »[4]. Il est à l'origine de la législation sur les quotas de chansons françaises à la radio[5].

Synthèse des fonctions politiquesModifier

Mandats nationauxModifier

Sénateur de l’EssonneModifier

Il devint sénateur de l’Essonne à l’occasion de l’élection sénatoriale de 1995. Au Sénat, il était vice-président de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées[6], président du groupe d’amitié France-Turquie pour lequel il effectua plusieurs voyages diplomatiques[7].

Député de la cinquième circonscription de l’EssonneModifier

Élu à la proportionnelle lors le sur la liste de l’Union pour la démocratie française, il conserva son poste de député de la cinquième circonscription de l'Essonne jusqu’à son élection au poste de sénateur[8],[9],[10].

Mandats locauxModifier

Conseiller général du canton de Gif-sur-YvetteModifier

Michel Pelchat a été élu conseiller général du canton de Gif-sur-Yvette à l'occasion des premières élections de 1976. Il perdit son poste lors des élections cantonales de 1998. Durant cette période, il fut premier vice-président du conseil général de l'Essonne de 1988 à 1998.

Conseiller municipal de Gif-sur-YvetteModifier

Michel Pelchat était encore conseiller municipal à son décès.

Autres mandatsModifier

Michel Pelchat a présidé le syndicat intercommunal des ordures ménagères de la vallée de Chevreuse. Il était aussi membre du comité d’honneur d’élus locaux contre le Sida[11].

Intégrité publique et condamnationsModifier

Une information judiciaire fut ouverte à son encontre en 1996 pour abus de biens sociaux, recel, corruption active et complicité dans le cadre de la signature d’un contrat en 1989 entre l'homme d'affaires Vsevold Dimitrieff et le Syndicat intercommunal des ordures ménagères de la vallée de Chevreuse, alors présidé par Michel Pelchat[12]. Les perquisitions organisées au siège du Siom ne donnèrent pas lieu à sa mise en examen[4].

Pour approfondirModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

SourcesModifier