Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dureuil.
Michel Dureuil
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Mouvement

Michel Dureuil, né le à Paris et mort à Saint-Jeannet (Alpes-Maritimes) le , est un artiste peintre français de la nouvelle école de Paris.

BiographieModifier

Second enfant de Fernand Dureuil, chauffeur de taxi parisien originaire de Cussy-en-Morvan et d'Anost dans la région du Morvan, et de son épouse Germaine Jaeck, Michel Dureuil voit le jour au pied de la Butte Montmartre, en 1929, au 2 rue André Messager. Il présente très jeune des dispositions pour le dessin et réalisa des carnets de croquis de Paris sous l'Occupation. Il suit dans un premier temps des cours de dessin industriel à l'école de dessin professionnel au 185 rue Saint-Maur à Paris 11e arrondissement, puis entre à l'École nationale supérieure des beaux-arts où il intègre l'atelier de Jean Dupas dans lequel il fera connaissance de ses condisciples : Jean-Pierre Alaux, Paul Ambille, Joseph Archepel, Maurice Boitel, Paul Collomb, Mickaël Compagnion, Émile Courtin, Geoffroy Dauvergne, qui lui offre une toile : La Tentation de Vénus, Claude Dechezelle, Roger Forissier, Garand, Roland Guillaumel, Paul Guiramand, Jean Joyet, Henriette Lambert, Jean Monneret, André Pédoussaut, Olivier Pettit, René Quillivic, André Plisson, Ernest Risse, Frédéric Vidalens.

Jean Dupas, ayant dû subir une intervention chirurgicale, il fut remplacé en 1951 par Edmond Heuzé. Il fera la connaissance de Michel Henry élève de Roger Chapelain-Midy qui le présentera plus tard au galeriste Étienne Sassi.

Il fait de fréquents séjours à Saint-Nom-la-Bretèche ou réside son galeriste. Sa rencontre avec le couturier parfumeur Edward Molyneux qui le prend sous sa houlette, va donner un essor à sa carrière. Il accompagne celui-ci en Jamaïque à Montego Bay. De retour en France il voyage dans le sud-ouest de la France : Bayonne, Saint-Jean-de-Luz, visite la Catalogne, les Pays-Bas et la Suisse (Kandersteg).

La famille quitte Paris pour s'installer à Maintenon en Eure-et-Loir. C'est l'armée, il est incorporé au régiment du train de Montlhéry et part après ses classes à Miliana en Algérie. De retour en France, il épouse Michelle Brème qui lui donnera une fille: Caroline en 1955. Le couple part habiter à Biot, aux Clausonnes, propriété d'Edward Molyneux, dans les Alpes-Maritimes. Lorsque Molyneux part vivre à Monte-Carlo, les Dureuil reviennent à Maintenon.

Il ira vivre dans le Luberon, à Biot, et s'installera définitivement à Saint Jeannet ou il meurt en 2011.

ŒuvresModifier

PeinturesModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • 1960, La Toile Jaune, Antibes
  • 1960, Menton
  • 1962, Voiliers au port (Antibes), (Bloom Fine Art & Antiques Inc)
  • Le marché d'Antibes
  • La Baie des Anges
  • Le Vieux Nice
  • Le Fauteuil
  • La route du village Luberon
  • Saint-Michel l'observatoire-Le Luberon (vente de la collection Étienne Sassi, hôtel des ventes de Cannes, le 10 mars 2012, lot no 66)
  • Antibes, retour au port (vente coll Sassi, Hôtel des Ventes de Cannes le 10 mars 2012, lot no 67)
  • Quai Vauban à Antibes (vente collection Sassi, Hôtel des Ventes de Cannes, le 10 mars 2012, lot no 68)
  • Le Vieux Nice (vente collection Sassi, Hôtel des Ventes de Cannes le 10 mars 2012, lot no 69)
  • En attendant la promenade (vente collection Sassi, Hôtel des Ventes de Cannes le 10 mars 2012, lot no 70)
  • La Vigne en hiver dans le Luberon (vente collection Sassi, Hôtel des Ventes de Cannes, le 10 mars 2012, lot no 71)
  • Barques au port (vente collection Sassi, Hôtel des Ventes de Cannes, le 10 mars 2012, lot no 72)
  • Monte Carlo (Arthur James Galeries,)
  • Dimanche après-midi à Valbonne (Étude de Provence, vente du 7 mars 2010, lot no 352, Samilhac MOA)

SalonsModifier

Expositions, galeriesModifier

Collections publiquesModifier

BibliographieModifier

  • Noel Barber, romancier et journaliste au Daily Mail, Michel Dureuil, plaquette en Français et Anglais pour l'exposition chez Arthur Tooth en 1961, Arthur Dent & Sons Ltd, première édition seconde en 1965.
  • Paul W. Gallico, Michel Dureuil, plaquette de l'exposition à la galerie Ror Volmar en 1970.
  • Alain Valtat, Geoffroy Dauvergne (1922-1977), Catalogue Raisonné, 1996,Sceaux, 483.p. BnF (FRBNF 35857851).

Notes et référencesModifier


Articles connexesModifier