Michel-Roland des Escotais

Michel-Roland des Escotais
Titre Comte des Escotais
Grade militaire Lieutenant-Général
Distinctions Honneurs de la Cour (1767)
Biographie
Naissance
Décès (73 ans)
Père Michel-Séraphin des Escotais
Mère Louise-Elisabeth de Montmorency-Laval
Enfants Louis-Jacques des Escotais, Anne des Escotais, Michelle-Geneviève

Michel-Roland des Escotais, comte des Escotais et de Chantilly, est né en 1708[1] et mort en 1781[2]. Il reçut les honneurs de la Cour le [3],[4]. Son frère, Louis-Joseph des Escotais, fut grand prieur d'Aquitaine et dernier gouverneur de l'île de Ré[2],[5]. Son fils ainé, Louis-Jacques des Escotais, fut Maréchal de France[2].

BiographieModifier

Michel-Roland des Escotais nait en 1708 en Touraine[6]. Son père, Michel-Séraphin des Escotais, est capitaine des vaisseaux du roi. Sa mère, Louise-Elisabeth des Montmorency-Laval, est la fille de Gabriel de Montmorency, comte de Laval[7].

En 1736, il épouse Anne-Geneviève de Pineau de Viennay, fille de Jacques de Pineau de Viennay, baron de Lucé et conseiller au Parlement[2],[8]. De cette union naissent trois enfants[2]:

  • Louis-Jacques des Escotais, né le , Maréchal de France[2],
  • Anne des Escotais, mariée le au comte de Chavagnac,
  • Michelle-Geneviève des Escotais, mariée en 1777 au marquis de Luart[9].

Il acquiert en 1745 le château du Plessis à Bueil-en-Touraine[6] ainsi que le château de la Roche à Saint-Paterne[10].

En 1747, il obtient l'érection de ses terre en comté des Escotais par lettres patentes du roi Louis XV[2],[4] en remerciement de ses services dans l'armée.

Le , il reçoit les honneurs de la Cour[3],[4], distinction nobiliaire des plus prestigieuses réservée aux plus anciennes familles nobles s'étant illustrées sur le champ de bataille (famille antérieure à 1190[11],[12]).

Au cours de sa carrière miliatire, il gravit les échelons jusqu'à sa promotion au titre de Lieutenant-Général des armées de Louis XV puis Louis XVI[8].

Il meurt le , en son château de la Roche des Escotais, à l'âge de 73 ans[1],[13].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Journal historique et politique des principaux événements des différentes cours d'Europe, numéro XXV, Genève, Michel Lambert, (lire en ligne), p. 140
  2. a b c d e f et g M. de Saint-Allais, Nobiliaire universel de France, tome 4, Paris, (lire en ligne), p. 145
  3. a et b André Borel d'Hauterive, « Nomenclature générale des personnes admises aux honneurs de la cour », dans Annuaire de la noblesse de France, Paris, 1849-1850 p. 289 [lire en ligne].
  4. a b et c M. Lainé, Dictionnaire véridique des origines des maisons nobles ou anoblies du Royaume de France, Paris, (lire en ligne), p. 378
  5. Commission des arts et monuments de Charente-Maritime, Recueil des actes de la Commission des arts et monuments de la Charente-Inférieure, Hus (Saintes), (lire en ligne), p. 243
  6. a et b « Château du Plessis », sur Culture.gouv.fr (consulté le 8 septembre 2017)
  7. Saint-Allais, Nobiliaire, tome 4, Paris, , p. 145
  8. a et b Aubert de La Chesnaye Des Bois, Dictionnaire de la noblesse : contenant les généalogies, l'histoire et la chronologie des familles nobles de France, tome 7, Paris (lire en ligne), p. 340
  9. M. de Saint-Allais, Nobiliaire universel de France, tome 8, Paris, (lire en ligne), p. 181
  10. André Montoux, Vieux Logis de Touraine, tome 4 et 7, p. 222 (tome 4), 76 (tome7)
  11. M. le Cte de Quatrebarbes, Œuvres choisies du roi René : avec une biographie et des notices. Tome 2, Paris, (lire en ligne), p. 45
  12. E. Soulié, Notice du Musée National de Versailles, Paris, (lire en ligne), p. 572
  13. La gazette de France, Paris, (lire en ligne), p. 378