Melvil-Bloncourt

homme politique français

Suzanne Melvil Bloncourt dit Melvil Bloncourt, né le à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) et mort le dans le 17e arrondissement de Paris[1], est un abolitionniste afro-caribéen de nationalité française.

Melvil-Bloncourt
Image dans Infobox.
Fonction
Député
Guadeloupe
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 56 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Allégeance
Activité
Parentèle
Tony Bloncourt (petit-neveu)
Gérald Bloncourt (petit-neveu)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Il étudie au collège Louis-le-Grand[2]. Durant ses études de droit à Paris[2], il fréquente les militants démocrates. Vers 1845, il crée le Journal des Écoles[3]avec Charles Ferdinand Gambon[2].

Il est nommé commissaire du Banquet des écoles pendant la campagne des banquets[3]. Il contribue au journal de Proudhon, Le Peuple, pendant la révolution de 1848[3].

Il se lance en 1850 dans la rédaction d'une vaste encyclopédie, tout en écrivant dans les journaux républicains.

Sous le Second Empire, il s'occupe surtout d'affaires coloniales et écrit pour des dictionnaires et encyclopédies telle que la Biographie générale de Didot, le Dictionnaire universel de Lachâtre, le Dictionnaire Larousse et le Dictionnaire des Communes de France[2].

À travers ses publications se manifeste « la fierté qu'il avait de son ascendance africaine ». Ce sentiment de race se réalise au sein de la République française dans une perspective d'assimilation politique, son objectif étant la pleine jouissance des libertés publiques pour les citoyens afro-descendants[4].

Le , il est candidat aux élections législatives et élu représentant la colonie de la Guadeloupe par 3 322 voix (5 620 votants, 29 722 inscrits)[5]. Il siège à l'extrême gauche de l’Assemblée nationale[2].

Durant la Commune de Paris, il est nommé directeur des engagements pour les bataillons de marche et d’artillerie au ministère de la Guerre[2] et ne tient pas séance à Bordeaux et à Versailles[5]. À la fin de la Commune de Paris, Melvil-Bloncourt continue son mandat de député. Cependant, ses activités communardes sont démasquées en février 1874 et une autorisation de poursuites est votée le 27 février 1874[2]. Pour y échapper, il fuit[6] et part à Genève. Il est condamné par contumace, le par le 3e conseil de guerre, à la peine de mort, et déchu de son mandat le suivant[2]. Il revient à Paris à la suite de l'amnistie générale[2].

Il est inhumé au cimetière de Saint-Ouen.

FamilleModifier

Son frère aîné, Octave Bloncourt, est un des premiers à rejoindre la première loge maçonnique antillaise pour noirs[4].

Il est l'arrière-grand-oncle du résistant Tony Bloncourt et du peintre et photographe Gérald Bloncourt.

BibliographieModifier

  • « Dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 », Adolphe Robert et Gaston Cougny.

RéférencesModifier

  1. « Actes d'état civil - cote V4E 4835 - vue 23/31 », sur archives.paris.fr.
  2. a b c d e f g h et i « MELVIL-BLONCOURT Suzanne (vicomte) - Maitron », sur maitron.fr, (consulté le )
  3. a b et c François Manchuelle, « Le rôle des Antillais dans l'apparition du nationalisme culturel en Afrique noire francophone », Cahiers d'Études africaines, vol. 32, no 127,‎ , p. 388 (DOI 10.3406/cea.1992.1542, lire en ligne, consulté le )
  4. a et b François Manchuelle, « Le rôle des Antillais dans l'apparition du nationalisme culturel en Afrique noire francophone (The Role of West Indians in the Emergence of Cultural Nationalism in French-Speaking Africa) », Cahiers d'Études Africaines, vol. 32, no 127,‎ , p. 375–408 (ISSN 0008-0055, lire en ligne, consulté le )
  5. a et b « Melvil Bloncourt - Base de données des députés français depuis 1789 - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  6. Généalogie Plurielle, « Généalogie plurielle: L’antillais Melvil-Bloncourt, député de Guadeloupe, qui fut condamné à mort pour participation à la Commune et déchu de son mandat. », sur Généalogie plurielle (consulté le )

Liens externesModifier